Troubles de la vision (tableau synoptique)

Troubles de la vision (tableau synoptique)

Causes et Symptômes associés

Astigmatisme – Distorsions, fatigue oculaire, maux de tête, vision floue.

Cataracte – Eblouissements, perception de halos autoui des lumières, vision floue et/ou dédoublée.

Dégénérescence maculaire – Lignes droites distorsionnées, perception d’une tache noire (stade avancé), sensibilité à la lumière, vision centrale embrouillée.

Glaucome – Perte de la vision périphérique.
Dans les cas aigus: baisse de la vision, douleurs oculaires, maux de tête, nausées, pupilles anormalement dilatées, sensibilité à la lumière, vomissements, yeux injectés de sang.

Myopie – Difficulté à se concentrer, maux de tête.

Presbytie– Difficulté à lire de près, fatigue oculaire, maux de tête.

Strabisme – Rougeurs, vision floue et/ou dédoublée, yeux protubérants.

Beaucoup d’appelés et autant d’élus
Les troubles de la vision concernent 9 personnes sur 10. Très difficile d’y échapper, donc. Autant dire qu’il s’agit là d’un piège dans lequel nous sommes censés tomber à peu près tous un jour, l’âge aidant surtout.
Plusieurs facteurs expliquent les troubles de la vision: hérédité, maladie, tabagisme, mauvaise alimentation, âge, etc. Mais ils expriment tous une seule et même chose : la très grande fragilité de cet organe essentiel chez l’être humain.
Bien que nous soyons presque tous programmés pour subir les
affres d’une mauvaise vision, il reste que nous pouvons retarder
l’échéance, voire la contrer.
En effet, il est possible d’éviter toutes ces épées de Damoclès
suspendues au-dessus de vos têtes. Du moins, en bonne partie.

Ce que vous pouvez faire
Quel que soit votre âge, il vous faut subir un examen de la vue.
C’est là la première étape à suivre. Vous devez vous assurer que tout
est bien en ordre ou, le cas échéant, que votre problème a été détecté
à temps.
Dites-vous que la plupart des troubles de la vision sont asymptomatiques, c’est-à-dire que très souvent rien ne les annonce, rien ne permet de les déceler.
Si votre œil est porteur d’une cataracte, par exemple, vous ne ressentirez ni douleur ni signe d’inconfort particulier. Vous continuerez de vaquer à vos occupations comme si de rien n’était, sauf que la maladie sera là. insidieuse, bien installée en vous.
Donc, très important : examen de la vue. surtout si vous avez pas-
sé 40 ans.

S’il s’agit d’astigmatisme 
Votre cornée a la forme d’un œuf ou peu s’en faut. Ce problème,
fréquent chez les myopes et les presbytes, se traduit par une difficul-
té de mise au point des images.
Exemple: au lieu de distinguer le point devant vous, vous voyez
des lignes parallèles.
Que faire? D’abord, passez un examen de la vue. L’ophtalmologiste déterminera votre degré d’astigmatisme. Par la suite, s’il y a lieu, il vous prescrira des verres correcteurs.
Pour vous débarrasser une fois pour toutes de ce problème gênant, faites aussi des exercices oculaires. Us compléteront à merveille le port de vos verres correcteurs.
Vous trouverez tous ces exercices, très simples d’exécution, dans

S’il s’agit d’une cataracte
Consultez la rubrique Troubles de la vision nocturne dans la section Œil.

S’il s’agit de dégénérescence maculaire
Cette maladie est la principale cause de cécité chez les personnes de 60 ans et plus. Insidieuse, elle se manifeste sous la forme d’une atteinte progressive de la macula, cette région centrale de l’œil qui vous permet d’avoir une vision claire et de distinguer correctement les couleurs.
La principale forme de dégénérescence maculaire est la forme
dite « sèche »; 90 % des cas y sont rattachés. La perte de la vision centrale est très graduelle, la personne qui en est atteinte ne s’aperçoit de rien, si ce n’est qu’elle a plus de difficulté à lire: les mots, les phrases se font de plus en plus évanescents.

Dégénérescence maculaire: facteurs de risque
L’âge, bien sûr, est le premier facteur. Mais il y a aussi le sexe: les femmes sont nettement plus à risque que les hommes. Côté race, les études démontrent que les Caucasiens sont plus touchés que les Noirs. Enfin, si vous mangez gras et fumez, vous multipliez vos
risques de vous retrouver un jour avec une D.M.

S’il s’agit d’un glaucome
II affecte 5 à 7 % de la population âgée de 50 ans et plus.
Tout comme la dégénérescence maculaire, c’est une maladie au
caractère très insidieux. En apparence, vos yeux fonctionnent normalement, mais en réalité votre vision périphérique est très affectée: vous voyez les murs devant vous, mais pas ceux sur le côté.
Le glaucome se caractérise par une augmentation trop forte de la pression intra-oculaire. Celle-ci, normalement, se situe entre 15 et
20 mm de mercure. Dans certains cas de glaucome aigu (voyez la rubrique Yeux injectés de sang dans la section Œil), elle peut atteindre jusqu’à 80 mm de mercure !
Mais tout grave qu’il soit, le glaucome se traite. A l’aide d’un collyre beta-bloquant, vous pouvez en effet ramener votre pression
intra-oculaire à un niveau normal et ainsi jouir d’une meilleure vision.
L’ennui toutefois, avec les collyres béta-bloquants, c’est qu’ils perdent généralement de leur efficacité au bout d’une dizaine d’années. Mais qu’à cela ne tienne ; en les associant à d’autres types de collyres, on en arrive au même résultat, soit à une pression intra-
oculaire satisfaisante.
Et la chirurgie?
Dans certains cas rebelles, on y fait appel. Elle consiste « à pratiquer une valve dans la paroi de l’œil afin que cette dernière s’ouvre quand la tension intra-oculaire augmente » ,
Ce type d’intervention, selon le Dr Michael Assouline, du service
d’ophtalmologie de l’Hôtel-Dieu de Paris, donne souvent d’excellents résultats, mais comme il s’accompagne parfois de complications, il vaut mieux, dit-il, lui préférer le traitement médical conventionnel.

Le test du miroir
Souffrez-vous d’un glaucome sans le savoir ? Voici un moyen simple de faire votre propre diagnostic.
– Placez-vous face à un miroir de préférence carré, à environ 40 cm, et regardez bien le centre.
Laissez passer quelques secondes puis essayez de voir les côtés.
Les distinguez-vous correctement?
Non? Eh bien, il est possible que vous ayez un problème de vision périphérique.

S’il s’agit d’une myopie
Voilà le problème de 25 % de la population. Le globe oculaire est trop long, de sorte que les images provenant de loin se forment en avant de la rétine, d’où cette impression de flou que vous avez régulièrement.
La myopie est souvent héréditaire. Mais elle peut résulter aussi d’une maladie mal soignée durant l’enfance, telle la rougeole.
De nos jours, la myopie se soigne très bien. En plus de la vaste panoplie de verres correcteurs et de lentilles cornéennes existant sur le marché, il est maintenant possible, grâce au laser, de recouvrer sa vision d’antan.

S’il s’agit de presbytie
C’est le problème le plus courant chez les personnes de 40 ans et
plus. La cause principale : le vieillissement naturel du cristallin.
L’œil de lui-même n’arrive plus à faire la mise au point nécessaire à la vision de près: si vous lisez, vous êtes obligé de tenir à distance
votre livre ou votre journal.
– Normalement, le port de verres correcteurs devrait suffire à redresser la situation. Mais vous pouvez faire plus, voire beaucoup plus.
Il est possible en effet de donner davantage de tonus à vos yeux, simplement en exécutant quelques exercices de base (que vous
retrouverez à la rubrique Troubles de la vision nocturne dans la section

S‘il s’agit d’une myopie sévère.
Ces exercices vous permettront, entre autres avantages très appréciables, d’éviter de devoir vous faire prescrire trop souvent de nouveaux verres, un phénomène très fréquent tant chez les myopes que chez les presbytes. Qui sait, peut-être arriverez-vous de la sorte à vous débarrasser pour de bon de vos verres. Cela s’est déjà vu (sans jeu de mots).

S’il s’agit de strabisme
Consultez la rubrique Vision dédoublée dans la section Œil.

Mais aussi…
Nourrissez vos yeux convenablement. Comment? En incluant beaucoup de vitamine A dans votre alimentation. La vitamine A est non seulement indispensable à la vision, mais aussi, à cause de ses vertus antioxydantes, elle joue un rôle préventif essentiel en matière de cancer et de maladies oculaires.
Si vous avez un jeune enfant, amenez-le voir l’ophtalmologiste.
Si jamais il présente un problème aux yeux, vous vous en féliciterez.
Personnes de 40 ans et plus, répétons ce conseil: faites-vous examiner les yeux au moins tous les 2 ans et. idéalement, chaque année. Comme il a été dit dans cette rubrique, la plupart des troubles de la vision arrivent sans tambour ni trompette. Ils s’installent et voilà que vous vous retrouvez devant le fait accompli.
N’attendez pas.

Attention!
Certaines maladies prédisposent aux troubles de la vision. Ce sont le diabète, les maladies cardio-vasculaires. l’hypertension, l’anémie, les maladies nerveuses et les maladies des reins. Si vous entrez dans une de ces catégories, tenez-vous toujours au fait de la santé de vos yeux. Faites-vous examiner régulièrement.

 

Commentaires