Tremblement

Tremblement

Causes et Symptômes associés

Abus d’amphétamines – Insomnie, maux de tête, nausées, troubles de la vision, vertiges, vomissements.

Abus de caféine – Anxiété, battements de cœur rapides, insomnie, nervosité.

Alcoolisme – Agressivité et forte imlaiùé. besoin physiologique d’alcool, consommation solitaire, convulsions, faiblesse de caractère, hoquet. impuissance. irresponsabilité, mouvements incontrôlables des yeux, nausées et vomissements, perte d’appétit, perte de mémoire, ralentissement des réflexes, recherche d’excuses pour boire et tendance au mensonge, troubles de la coordination.

Hyperthyroïdie – Amaigrissement (sans perte d’appétit), battements de cœur accélérés et irréguliers, houflées de chaleur, crampes musculaires, démangeaisons oculaires, dérèglement du cycle menstruel (chez la femme), faiblesse générale, goitre (parfois), hyperactivité, larmoiement, nervosité, protubérance oculaire unilatérale ou bilatérale (il peut même y avoir une difficulté à fermer l’ail protubérant ou les 2 yeux), sensibilité à la lumière, transpiration excessive, tremblement des doigts, vision floue, yeux cernés et/ou secs.

Hypoglycémie – Baisse de la pression artérielle, bourdonnements d’oreille, comportement étrange, convulsions, étourdissements, évanouissements, grande faiblesse, hypersudation (sueurs froides), manque de concentration, maux de tête, pâleur extrême, palpitations, perte de connaissance (si non traitée), respiration rapide, sueurs froides, vertiges, vision trouble.

Maladie de Parkinson – Bouche ouverte avec salivation abondante, difficultés d’élocution. écriture désordonnée avec lettres minuscules, faiblesse, gestes rares, perte de poids, raideurs musculaires, traits du visage figés, tremblements au repos (entre autres, le sujet frotte sans arrêt le pouce et l’index l’un contre l’autre).

Maladie de Wilson – Difficultés d’élocution, mouvements désordonnés des membres (chez l’enfant), mouvements ralentis, raideurs musculaires, visage figé.

Réaction médicamenteuse – Variables.

Stress excessif – Accélération du pouls, agitation, anxiété, baisse de la libido, bouche sèche, chute de cheveux, difficultés psychologiques, irritabilité, déprime, divers ennuis de santé (allergies, cou ou dos raide, diarrhée, maux de tête, etc.), fatigue généralisée, insomnie, manque de concentration, pertes de mémoire, sueurs froides, tensions musculaires.

Tremblement essentiel – Dodelinement de la tête, voix chevrotante.

Tumeur maligne au cerveau – Changement de personnalité, déclin intellectuel, étourdissements, faiblesse, fièvre, léthargie, maux de tête, somnolence, troubles neurologiques divers (difficulté d’élocution. perte de sensation unilatérale, problèmes de mémoire et de concentration, vision dédoublée, etc.), vomissements.

Il survient à tout âge
On associe souvent le tremblement à l’âge, voire à la sénilité.
C’est à tort. Il peut survenir à tout moment de votre vie, peu importe
même votre état de santé général.
Il vous suffît d’abuser de certaines substances ou de vous laisser
tii’P envahir par la tension, et voilà qu’il vous prend pour cible.
Les tremblements sont des contractions involontaires des muscles de certaines parties du corps. La plupart du temps, le cou, les bras et les mains son visés ; très rarement les jambes et les pieds.
Contrairement aux convulsions, ils ne sont pas épisodiques. Lorsqu’ils s’installent, c’est pour plusieurs heures, plusieurs jours, voire dans certains cas pour plusieurs années.
On distingue 2 types de tremblement: de repos et d’attitude.
Dans le premier, le tremblement persiste même lorsque vous êtes
assis ou couché. La maladie de Parkinson illustre ce type.
Dans le second, il n’apparaît que lorsque vous vous mettez en
mouvement. Certaines maladies (alcoolisme, hyperthyroïdie, hypoglycémie, etc.) en sont la marque dislinctive, mais le plus souvent il fait suite à des abus ou au surmenage.

Ce que vous pouvez faire
Si votre tremblement est lie à une maladie comme l’alcoolisme,
l’hypoglycémie, l’hyperthyroïdie, la maladie de Wilson, etc.
consultez votre médecin. Il vous prescrira sans doute un médicament qui jugulera vos secousses.
Il en va de même bien sûr si vous présentez tous les symptômes de la maladie de Parkinson. Cette maladie fait également appel à une médication précise.
Pour le cas où vous seriez trop tendu, trop enclin à abuser de la caféine, des médicaments, voire des drogues dures, lisez ce qui
suit.

S’il s’agit d’un abus d’amphétamines
Les amphétamines, rappelons-le, sont des stimulants Elles augmentent l’activité électrique du cerveau au niveau des neurotransmetteurs et de ce fait, elles ne sont pas innocentes.
Certes, elles améliorent certaines fonctions intellectuelles comme
la concentration et la mémoire, elles agissent comme coupe-faim
dans certains cas d’obésité (en provoquant une sensation de plénitude dans l’estomac), et elles mettent fin à ce trouble du sommeil fort ennuyeuse, la narcolepsie.
Mais elles ont aussi leurs revers; en d’autres mots, des effets secondaires qui peuvent se révéler très désagréables si vous en
consommez trop et pendant trop longtemps. Le tremblement en est
un, mais d’autres peuvent se manifester : insomnie, maux de tête, vertiges, etc.

Que devez-vous faire?
Les amphétamines, même lorsqu’elles sont prescrites, ne doivent jamais être prises pendant de longues périodes, sinon elles perdent de leur efficacité et provoquent des effets secondaires indésirables.
Le mieux, dans votre cas, serait donc, en accord avec votre médecin, de cesser leur usage, surtout si vous avez outrepassé le délai de l’ordonnance.
Si vous en prenez de votre chef, c’est-à-dire sans ordonnance, jetez toutes vos pilules. À l’évidence, elles ne vous conviennent pas.
Si vous devez continuer à en prendre
Dans ce cas, quelques précautions s’imposent:
1. N’outrepassez pas le délai de l’ordonnance ni la quantité à prendre.
2. Évitez l’alcool au moment d’avaler votre médicament car il exacerbe les effets secondaires.
3. Si vous êtes enceinte, avertissez tout de suite votre médecin qui vous demandera sans doute de cesser leur usage. Il en va de même si vous allaitez votre enfant car les amphétamines ont une
propriété: elles passent dans le lait maternel.

S’il s’agit d’un abus de caféine
Combien de tasses de café buvez-vous en moyenne quotidiennement?
Si vous en prenez plus de 3 et que vous avez des tremblements,
lelon les médecins, vous abusez du café.
En d’autres mots, vous êtes plus sensible à la caféine que la moyenne des gens. Certaines personnes en effet peuvent consommer autant de café qu’elles le désirent, elles n’y sont pas sensibles.
D’autres, au contraire, tout comme vous, après quelques tasses, ont des effets secondaires immédiats: banements de cœur accélérés,
angoisse, palpitations, tremblements, etc.
Pourquoi la caféine agit-elle ainsi?
La caféine est un alcaloïde, c’est-à-dire une substance d’origine végétale qui, tout de suite après son absorption par l’organisme (environ 30 minutes), agit sur le système nerveux central.
À faibles doses, elle ne produira pas d’inconvénient. Au contraire, elle favorisera la concentration, gardera en éveil, détendra les muscles et se comportera comme un vasodilatateur et un diurétique.
I n d’autres termes, la caféine est un excellent remède contre l’asthme, la constipation et. surtout, la migraine (voyez Mal dejête dans la section Symptômes généraux).
Si vous en prenez trop, par contre, ses nombreux méfaits surgiront: problèmes d’ordre neurologique divers (dont vos tremblements), risque de cancer accru, arythmie, nervosité, états de panique, etc.
En d’autres termes, face à la caféine, tout est affaire de degré.

S’il s’agit de l’alcoolisme
Consultez la rubrique Nausées et/ou vomissements dans la section Système gastro-intestinal, mais aussi les rubriques:
– Convulsions dans la section Symptômes généraux:
– Perte de mémoire dans la section Cerveau et système nerveux;
Impuissance dans la section Organes sexuels et reproducteurs;
– Diarrhée aiguë et Diarrhée chronique dans la section Système gastro-intestinal.

S’il s’agit d’hypoglycémie
Consultez la rubrique Étourdissements dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit de la maladie de Parkinson
On suspecte les pesticides d’en être la cause.
Chose certaine, elle s’attaque surtout aux hommes d’un certain
Age ayant vécu, qui plus est, un grand stress.
La maladie de Parkinson atteint les cellules grises du locus niger (une partie de l’encéphale), les frappant de dégénérescence.
Cette dégénérescence, à son tour, empêche la production de la dopamine, un neurotransmetteur qui joue un rôle capital dans votre motricité.

Quel est le traitement utilisé?
Il consiste à remettre de Tordre dans votre activité motrice.
On emploie pour ce faire la lévodopa, un médicament qui traite
les symptômes de la maladie elle-même, et la kinésithérapie,
c’est-à-dire la rééducation de la marche.

À éviter si vous prenez de la lévodopa: la vitamine B6
Cette vitamine annule les effets de la lévodopa, qui reste malgré tout un médicament essentiel pour vous. Si vous prenez des suppléments vitaminiques, vérifiez donc si, à tout hasard, ils ne contiendraient pas de cette vitamine « anti-lévodopa ».
Les autres sources usuelles de vitamine B6 sont les avocats, les haricots, les pois, le thon, le foie de bauif et l’avoine.

Comment prévenir la maladie de Parkinson
Rien n’est encore définitivement prouvé, mais comme il semble exister un lien de cause à effet entre les pesticides et la maladie elle-même, il est préférable que vous vous montriez prudent si jamais vous avez à manipuler ce type de substances.
Aussi, si vous tenez à tout prix à traiter votre pelouse ou vos rosiers, prenez soin de toujours porter des gants et un masque.
Mieux encore, faites totalement fi de ces substances. Elles perturbent l’environnement et elles ne sont nullement nécessaires à vos plantes. D’autres types de traitements, beaucoup plus écologiques, existent, qui permettent d’atteindre à des résultats encore meilleurs.

S’il s’agit de la maladie de Wilson
D’origine héréditaire, elle est caractérisée par une accumulation
de cuivre dans le foie et l’encéphale. Elle survient entre 5 et 40 ans.
Très souvent elle modifie l’humeur, pousse à des comportements
étranges.
Si elle n’est pas soignée, la maladie de Wilson peut conduire à la
démence. Son traitement est simple: alimentation pauvre en cuivre
(élimination des aliments suivants: champignons, foie, légumes.

S’il s’agit d’une réaction médicamenteuse
Plusieurs médicaments, sans parler des drogues illicites, du fait
qu’ils agissent sur le système nerveux central, peuvent provoquer des tremblements, surtout si vous en abusez.
– les antidépresseurs tricycliques;
– le lithium ;
– les médicaments de la famille des phénothiazines;
– la phénytoïne (contre les convulsions épileptiques);
– les psychoanaleptiques (car ils stimulent l’activité psychique);
– l’insuline en surdose.
Côté drogues illicites, plusieurs occasionnent des tremblements, notamment lorsqu’il y a sevrage ou manque, mais les plus connues et les plus largement utilisées sont: la cocaïne, l’héroïne et la morphine.

S’il s’agit d’un stress excessif
Consultez la rubrique Stress excessif dans la rubrique Cerveau et système nerveux.

S’il s’agit du tremblement essentiel 
Il touche 2 % de la population, en bonne partie des personnes âgées. Il est caractérisé par des tremblements affectant indifféremment les paupières, la tête, la voix, les bras ou les mains. Très rarement, il s’attaquera aux jambes et aux pieds.
Les tremblements apparaissent dès que vous vous mettez en mouvement. Au repos, ils vous laissent.
Maladie relativement bénigne, le tremblement essentiel n’en rend pas moins certains actes de la vie courante très difficiles. Se
maquiller, par exemple, faire la cuisine, manger, s’habiller, écrire,
deviennent parfois des montagnes.

La cause
Elle est pour le moment inconnue. On observe toutefois que dan
50 % des cas, l’hérédité joue un rôle.
Son traitement
– Il est avant tout médicamenteux. Il repose sur la prise d’un bêta-bloquant comme le propranolol ou d’un anticonvulsivant.
– Il faut également, sinon faire une croix sur les excitants comme la
caféine et le tabac, tout au moins diminuer fortement leur consommation.
– On remarque enfin que le fait de consommer de l’alcool en quantité modérée réduit considérablement les tremblements.

S ‘il s’agit d’une tumeur maligne au cerveau
Consultez la rubrique Convulsions dans la section Symptômes
généraux.

Mais aussi…
Attention aux excitants en général: alcool, tabac, caféine, drogues, etc. Ils agissent tous sur le système nerveux central, par conséquent ils ne feront rien pour vous aider, bien au contraire.

Si vous tremblez trop au moment des repas, utilisez des assiettes
à hauts rebords. Vous empêcherez ainsi les aliments de finir ailleurs que dans votre bouche.
Essayez le biofeedback. une technique de contrôle des rythmes
biologiques qui gagne à être connue. Elle se pratique grâce à un appareil électronique en vente ou en location dans les pharmacies.

L’appareil lui-même, par le biais d’électrodes, mesure tous vos paramètres physiologiques : la température du corps, celle de la
peau, les ondes cérébrales, le pouls, la respiration, la motilité musculaire, l’électricité musculaire, etc.
Le but de l’exercice est de vous apprendre à mieux connaître vos
rythmes biologiques et ainsi de pouvoir les maîtriser. Il vous aidera également à vous détendre, c’est-à-dire à réduire de beaucoup vos tremblements.

Attention!
Tout le monde tremble à l’occasion : de plaisir, d’émotion, de peur, etc. Mais ce tremblement est transitoire.
C’est lorsqu’il perdure sans raison valable qu’il faut s’inquiéter, la consultation alors s’impose.

 

 

Commentaires