erkältung

Toux grasse avec expectorations

Causes et Symptômes associés

Bronchite:  Douleurs musculaires, frissons, fièvre, maux de gorge, respiration bruyante et courte

Bronchite chronique:  Lèvres violacées (parfois), sécrétions abondantes permanentes ou récidivantes, mauvaise haleine

Emphysème:  Essoufflement, lèvres violacées, poitrine en forme de tonneau

Mal de gorge: Fièvre

Pharyngite chronique:  Altération de la voix, déglutition difficile, fièvre, frissons, ganglions du cou gonflés, gorge rouge vif sèche, irritée et enflée, impression d’une grosseur dans la gorge, points blancs sur les amygdales, raideurs de la nuque, toux accompagnée d’expectorations visqueuses et épaisses, nausées, vomissements

Pneumonie: Battements de cœur rapides, douleurs thoraciques lors de l’inspiration, essouflement, fièvre, frissons intenses, lèvres violacées, odeurs corporelles, toux avec mucosités sanguinolentes

Trachéite: Douleurs thoraciques

Tuberculose:  Essoufflement, fatigue, fièvre (surtout le soir), perte de poids, sueurs nocturnes/froides, toux grasse avec crachats sanguinolents

Une toux qui fait souvent mal
Ce type de toux est souvent accompagné de ce symptôme caractéristique : des douleurs à la cage thoracique. Des douleurs qui sont parfois telles qu’elles vous font appréhender un simple raclement de gorge. En fait, ces déchirements, pour les appeler ainsi, viennent de la trachée, ce conduit qui sert de passage à l’air entre le larynx et les bronches. Ils sont l’indice que la muqueuse qui tapisse ce lieu de passage est aussi enflammée. Mais bien souvent aussi, une toux grasse avec des expectorations signale tout simplement une bronchite. Plus rarement, beaucoup plus rarement même, il pourra s’agir d’un cancer, d’emphysème ou d’une pneumonie.

Ce que vous pouvez faire
La plupart des maladies des voies respiratoires, du moins les plus bénignes, telles les maux de gorge et les bronchites, appellent le
même traitement de base : l’hydratation.  De fait, les voies respiratoires, lorsqu’elles sont infectées, ont tendance à s’assécher. Cela provoque ces douleurs ou ces picotements si désagréables que vous ressentez tout au fond de votre gorge. Pour contrer tout cela, rien de mieux donc que les liquides, de préférence chauds.

S’il s’agit d’une bronchite
Tout comme les maux de gorge, les bronchites surviennent surtout en hiver. Honni soit donc le froid ! Les principales causes en sont le tabagisme et la pollution atmosphérique. C’est une maladie duc à l’infection des bronches (conduits qui amènent l’air jusqu’aux alvéoles pulmonaires) ou des bronchioles (subdivisions des bronches). On estime que de 10 à 25 % des adultes peuvent la contracter. La bronchite peut apparaître brutalement et elle se résorbe en général au bout de 2 semaines. Affaire de patience, donc.
En attendant, voici ce qu’il faut faire :
– buvez beaucoup de liquides, de préférence chauds. Les liquides non seulement hydratent, dans ce cas précis, mais diluent le mucus ;
– reposez-vous ;
– prenez de l’aspirine (ou du paracétamol, si vous y êtes allergique ou que vous en détestez les effets) ;
– fuyez comme la peste la fumée de cigarette ;
– prenez un expectorant.

Quand voir votre médecin
– Si vos expectorations se transforment en mucosités, ce qui est signe d’infection.
– Si votre toux persiste au-delà de 2 semaines.
– Si vous crachez du sang.
– Si vous avez le souffle court.
– Si vous avez de la fièvre.
– Si vous êtes une personne à risque souffrant d’une autre maladie.

Bronchite et trachéo-bronchite.
Il arrive très souvent qu’une bronchite soit précédée de cette inflammation de la trachée appelée trachéite (voyez Toux sèchi avec ou sans mucosités dans la section Cœur et système circulatoire/respiratoire). On parle alors de trachéo-bronchite. Le symptôme caractéristique de ce type d’infection est une toux parfois grasse ou sèche produisant une douleur vrillante au niveau de la cage thoracique. Une trachéite, normalement, ne requiert pas d’antibiotiques, son origine étant souvent virale. Dans le cas de la bronchite, par contre, ils sont nécessaires.

S’il s’agit d’une bronchite chronique
90 % des gens souffrant de bronchite chronique sont des fumeurs. On décrit d’ailleurs souvent la bronchite chronique comme étant la « maladie du fumeur ». On parle de bronchite chronique lorsque les épisodes de toux avec expectorations surviennent presque tous les jours durant 3 mois et que ces périodes de toux persistante réapparaissent pendant au moins 2 années de suite. C’est donc une maladie au long cours. La bronchite chronique appelle ordinairement un traitement médical comprenant antibiotiques, bronchodilatateurs, fluidifiants de sécrétions, etc. Mais sachez bien une chose : tout cet arsenal thérapeutique ne vous sera d’aucun secours si vous n’éliminez pas la source de votre problème qui est le tabac (dans la mesure, bien sûr, où vous fumez ou vivez dans un environnement de fumeurs). De fait, 8 % seulement des non-fumeurs sont sujets à la bronchite chronique alors que la proportion grimpe à 50 % chez les fumeurs. Une autre grande cause de la bronchite reste et demeure la pollution atmosphérique. Une seule solution alors : vivre à la campagne, mais elle n’est pas à la portée de tous, tant s’en faut.

S’il s’agit d’un mal de gorge
Que voilà une affection fréquente, surtout par temps froid ! Ses origines sont multiples (bactérienne ou virale), mais la plupart du temps les grands responsables sont le tabac, l’air trop sec dans les bureaux ou les appartements, la pollution atmosphérique ou sinon (pour ne pas dire souvent) un excès d’enthousiasme lors d’un match de football.
Il est assez facile de venir à bout d’un mal de gorge. Voici la marche à suivre :
– buvez beaucoup de boissons chaudes (thé, tisane avec miel) ;
– prenez de la vitamine C en abondance (3 000 mg par jour, le temps que vous ressentiez un net soulagement) ;
– l’éternel conseil : évitez la fumée de cigarette, que vous en soyez un adepte ou non. Ce conseil vaut surtout pour les enfants vivant dans un environnement de fumeurs. On sait à quel point leur organisme est encore fragile ;
– gargarisez-vous régulièrement. Les solutions gargarisantes ne guérissent pas en soi, selon le Dr Benninger, mais elles hydratent.
D’autres mentionnent cependant l’action désinfectante des gargarismes à l’eau salée.

S’il s’agit d’une trachéite
Une trachéite provoque normalement une toux sèche, accompagnée ou non d’expectorations. Mais il peut aussi arriver – et ceci se produit généralement en quelques jours – que l’infection s’étende aux bronches, entraînant des mucosités épaisses et une toux déchirante au niveau de la cage thoracique.
On parle alors de trachéo-bronchite. Ce type de problème est facile à traiter, mais avec des antibiotiques seulement.

Mais aussi…
– Si vous êtes sujet aux maux de gorge, aux rhumes et aux bronchites, sachez que l’air que vous respirez normalement dans votre lieu de vie devrait, scion le Dr Bcnninger, contenir de 35 à 40 % d’humidité. Si ce n’est pas le cas, procurez-vous un humidificateur d’air. C’est un achat que vous ne regretterez pas.
– Attention aux brosses à dents, elles sont souvent porteuses de germes, au dire du Dr Richard T. Glass. Une sage précaution serait donc d’en changer toutes les 2 semaines, surtout si, encore une fois, vous êtes sujet aux affections des voies respiratoires.
– On ne le dira jamais assez : faites de l’exercice. Marchez, courez, jouez au tennis, nagez, au moins 2 ou 3 heures par semaine. En faisant de l’exercice, vous augmentez non seulement vote capacité cardio-vasculaire mais aussi votre capacité respiratoire. En d’autres mots, vous opposez une résistance plus grande aux bactéries et virus de tout poil qui voudraient élire domicile dans votre gorge.
– À la recherche d’une solution gargarisante peu coûteuse et effi-
cace ? La voici : 1 cuillère à café de gros sel dilué dans une tasse
d’eau chaude. Attention : gargarisez-vous lentement. Ne vous prenez surtout pas pour un volcan en éruption, vous vous feriez plus de mal que de bien.
– Côté expectorants, le mieux ce sont encore les inhalations d’herbes. Parmi les plus efficaces, mentionnons les graines de fenouil et d’anis, la pulmonaire officinale, la guimauve et le pas-d’âne. A ne pas négliger, les huiles essentielles de pin et d’eucalyptus.
– Si vous voulez savoir comment vous y prendre pour inhaler, reportez-vous à Mais aussi… à la rubrique Toux sèche avec ou sans mucosités dans la section Cœur et système circulatoire/respiratoire)
– Les maux de gorge vous tracassent plus souvent qu’autrement ? Voici un bon truc pour vous : l’ail. D’après le Dr Yu-Yan Yeh, c’est à la fois un antifongique et un antiviral qui, dans les cas de maux de gorge d’origine virale, procure un soulagement fort efficace. Incluez-en autant que possible dans votre alimentation, frais ou en poudre.
– Si vous désirez un traitement de choc, faites ce qui suit. Dans un mixeur, mélangez un verre de jus de tomate ou de légumes, 2 gousses d’ail et 1 goutte de sauce Worccstershire.
Brassez le tout à haute vitesse et buvez.
Haleine de cheval garantie mais vous ne vous en porterez que mieux !

Attention !
Si vous souffrez d’une bronchite, qu’elle soit chronique ou aiguë, il est très important d’être attentif. Une bronchite peu ou pas soignée est un facteur de risque considérable. Elle peut conduire à l’insuffisance respiratoire, à l’emphysème, à la pneumonie et même à un cancer broncho-pulmonaire.

 

Commentaires