Sensibilité à la lumière

Sensibilité à la lumière

Causes et Symptômes associés

Conjonctivite – Douleurs oculaires, impression d’avoir du sable dans l’œil, larmoiement, pus au coin de l’œil, yeux injectés de sang et/ou irrités.

Dégénérescence maculaire – Lignes droites distorsionnées. perception d’une tache noire (stade avancé), vision centrale embrouillée.

Entropion – Douleur. larmoiement.

Glaucome aigu – Baisse de la vision, douleurs oculaires, maux de têle, nausées, pupilles anormalement dilatées, vomissements, yeux injectes de sang.

Hyperthyroïdie – Amaigrissement (sans perte d’appétit), battements de cœur accélérés et irréguliers, bouffées de chaleur, crampes musculaires. démangeaisons oculaires, dérèglement du cycle menstruel (chez la femme), faiblesse générale, goitre (parfois), hyperactivité, larmoiement, nervosité, protubérance oculaire unilatérale ou bilatérale (il peut même y avoir une difficulté à fermer l’ail protubérant – ou les 2 yeux), transpiration excessive, tremblement des doigts, vision floue, yeux cernés et/ou secs.

Infection des voies respiratoires –Congestion nasale, courbatures, enrouement, fièvres, maux de gorge, mucosités.

Kératite –Douleurs oculaires, larmoiement, rougeurs, sensation de corps étranger.

Méningite – Chez l’adulte : délire, coma (si non traitée), convulsions, éruptions de petites taches rouges ou pourpres sur tout le corps, fièvre élevée, intolérance au bruit et à la lumière, maux de tête, raideurs de la nuque et de la colonne vertébrale, vomissements – Chez le nourrisson: apparence malade, irritabilité, manque d’appétit, vomissements (aucun des signes classiques: raideurs de la nuque, intolérance à la lumière et au bruit, etc.. ne s’applique au nourrisson) – Chez l’enfant; apparence malade, changement brusque de comportement, convulsions, maux de tête, raideurs de la nuque, vomissements.

Migraine – Cécile temporaire unilatérale, douleurs oculaires, engourdissement du visage ou fourmillements (parfois), alourdissements, faiblesse dans un bras ou une jambe (parfois), larmoiements, maux de tête violents, mictions fréquentes et excessives, nausées/vomissements, perception de points lumineux, sueurs froides.

Ptôsis – Affaissement de la paupière supérieure strabisme, dilatation ou rétrécissement de la pupille, vision dédoublée.

Réaction médicamenteuse -Variables.

Ce que vous pouvez faire
La photosensibilité est un phénomène courant, en dépit de son caractère anormal.
Elle survient souvent lors d’affections des voies respiratoires et de problèmes liés plus ou moins directement aux yeux.
La plupart du temps, elle est le signe d’une maladie sans réelle gravité. Elle disparaît lorsque disparaît la maladie elle-même.
Mais il peut arriver aussi qu’elle annonce des problèmes autrement plus sérieux. Comment savoir s’il s’agit d’un problème sérieux? La meilleure solution, bien sûr, consiste à noter vos autres symptômes.
La photosensibilité, en effet, ne se présente jamais seule au rendez-vous. Elle est toujours accompagnée.

S’il s’agit d’une conjonctivite
Consultez la rubrique Douleurs oculaires dans la section Œil.

S’il s’agit d’une dégénérescence maculaire
Consultez la rubrique Troubles de la vision dans la section Œil.

S’il s’agit d’un entropion
Consultez la rubrique Paupières inférieures rouges dans la section

S’il s’agit du glaucome aigu
Consultez les rubriques:
Troubles de la vision dans la section Œil, pour Glaucome;
Yeux injectés de sang, même section, pour Glaucome aigu.

S’il s’agit d’une hyperthyroïdie
Consultez les rubriques:
Goitre dans la section Peau, cheveux et ongles;
Yeux protubérants dans la section Œil.

S’il s’agit d’une infection des voies respiratoires
Comme elles sont nombreuses, la première étape consiste à déterminer celle dont vous souffrez.
Cela dit, à peu près toutes les infections des voies respiratoires se soignent de la même façon. Outre l’usage des divers remèdes vendus sur prescription (antibiotiques et/ou antiseptiques), vous pouvez aussi prendre certaines précautions ou faire appel à des solutions naturelles.
Une première précaution: si vous fumez, profitez-en pour cesser.
Fumer lorsque Ton souffre d’une infection des voies respiratoires, c’est un peu comme faire de l’escalade tout en étant tiré vers le bas.
Si vous êtes non fumeur et que vous vivez dans un environnement de fumeurs, demandez que l’on « écrase », du moins pour le
temps que vous êtes souffrant.

S’il s’agit d’une kératite
Consulte/ la rubrique Douleurs oculaires dans la section Œil.

S’il s’agit d’une méningite
Consultez les rubriques:
– Mal detêle dans la section Cerveau et système nerveux;
– Taches rouges virant au pourpre ou au noir dans la section Peau,
cheveux et ongles.

S’il s’agit de la migraine
Consultez la rubrique Mal de tête dans la section Symptômes
généraux.

S’il s’agit d’un ptôsis
Cette maladie fait surtout des victimes parmi les jeunes enfants.
Tant mieux en un sens car plus le sujet est jeune, et mieux cette
maladie se traite.
Si votre jeune enfant en est atteint, il serait préférable d’envisager
I’opération.
Si vous attendez trop, le risque qu’il ne perde une partie de son
acuité visuelle s’accroîtra. Sans parler que le strabisme est également une menace pour lui.
Mais on peut aussi être victime du ptôsis (affaissement plus ou
moins total et permanent de la paupière supérieure) à tout âge.
Nombre de cas, par exemple, surviennent après un accident ou
encore suite à une opération aux yeux (pour une cataracte, entre
autres).
– Dans la mesure où votre ptôsis – ou celui de votre petit – ne nuit
pas à votre vision ou ne vous a pas fait perdre de votre acuité
visuelle (vous le saurez, bien sûr, si vous vous faites examiner),
laissez faire les choses. Portez plutôt des verres fumés si vous
désirez absolument masquer ce petit défaut.
Un autre truc: la tige coussinée. Celle-ci se dissimule dans la
monture des verres et a pour fonction de soutenir la paupière
récalcitrante. Clic est suffisamment souple pour permettre le
clignement des yeux.

S’il s’agit d’une réaction médicamenteuse
Nombreux sont les médicaments rendant les yeux trop sensibles à la lumière. Les principaux sont les antibiotiques, les antihistaminiques et les antifongiques.
Si votre médecin vous a prescrit l’un de ceux-ci, demandez-lui d’en réviser si possible la posologie ou sinon, de vous remettre une autre ordonnance.
Pratiquement tous les médicaments ont des effets secondaires, mais si pouvez éviter ceux qui risquent de vous invalider, tant mieux.

S’il s’agit d’une sclérite
Vous souffrez d’une inflammation de la sclérotique, c’est-à-dire du blanc de l’ceil.
En principe, la sclérite est rare car le blanc de l’œil est très peu
vascularisé.  Cependant, lorsqu’il y a allergie, elle peut survenir.
Son traitement repose sur les corticostéroïdes.

Mais aussi…
Des études le prouvent: les gens en général très sensibles à la lumière et qui, par ailleurs, ne présentent pas d’autres symptômes invalidants, souffrent d’une déficience en vitamine A – de type bêta-carotène en particulier.
N’oublions pas que la vitamine A joue un rôle essentiel dans l’organisme. Elle est un antioxydant majeur (elle empêche, si on
veut, les tissus de « rouiller ») et clic participe au métabolisme des
hormones stéroïdiennes (cruciales en ce qui concerne la vision).
Par conséquent, si vous trouvez vos yeux un peu trop fragiles, et
que pour le reste vous vous sentez en bonne santé, faites le plein
de vitamine A.
Les sources de vitamine A sont le foie, les produits laitiers non écrémes, les œufs, les poissons gras, les fruits, les légumes verts
et jaunes, sans oublier la carotte et l’orange qui regorgent de
beta-carotène.

Attention!
Si vous souffrez de photosensibilité, il serait bon que vous fassiez
examiner vos yeux par un spécialiste, surtout si vous avez passé le
cap des 45 ans. Ne perdez pas de vue que les maladies dégénéra»vos
des yeux commencent en règle générale à exercer leurs ravages vers
cet âge. Faites donc acte de prévention.
Quant au risque de méningite, il demeure toujours présent. Les
2 principaux symptômes à surveiller sont la somnolence et une  raideur dans la colonne vertébrale. Chez un jeune enfant, soyez à l’affût de toute excroissance apparaissant sur le sommet du crâne.

 

 

Commentaires