Sensation de froid

Sensation de froid

Causes et Symptômes associés

Alimentation déficiente -Faiblesse musculaire, fatigue, pâleur.

Anorexie mentale – Accès d’hyperactivité, amaigrissement, arrêt du cycle menstruel, peur de grossir, phases dépressives, refus de la sexualité, refus de se nourrir.

Hypothyroïdie – Chez les enfants: allure trapue, distension de rabdomcn. goitre, hyposudation. œdème aux pieds, paupières et visage mboursouflés, peau froide et moite, retard de développement physique et mental (petite taille, air hébété), traits grossiers.

– Chez l’adulte apathie, baisse de la libido, changements dans les régies, cheveux clairsemés, constipation, fatigue et somnolence, dépression, difficulté à concevoir un enfant, douleurs musculaires accompagnées de crampes, frilosité, goitre, hyposudation, intolérance au froid, manque de concentration, ongles secs et friables qui poussent plus lentement, paupières et visage boursouflés, peau froide, sèche et rugueuse; perte d’équilibre, perte de mémoire, ralen-
tissement du rythme cardiaque, règles plus longues et plus abondantes (chez certaines femmes), rigidité des articulations surtout le matin, stérilité, surdité, voix basse et rauque.

Maladie d’Addison (insuffisance surrénalienne) –Anémie, anomalies cutanées (peau anormalement foncée ou bronzée, taches noires, etc.), chute des poils pubiens, crampes stomacales, déshydratation, diarrhée ou constipation, douleurs abdominales, faiblesse et fatigue qui s’aggravent de plus en plus, hypotension artérielle, indigestion accompagnée de nausées et de vomissements, perte de poids et d’appétit, perte de conscience, vertiges.

Maladie ou phénomène de Raynaud – Extrémités pâles et douloureuses, sensation de picotement au moment du réchauffement.

Métabolisme lent – Constipation, fatigue, peau sèche, pouls lent.

Sida – Armaigrissement. candidoscs (infections de la peau causées par un champignon), courbatures, détérioration de l’état général accompagnée de fièvre persistante, diarrhées chroniques, douleurs articulaires, éruptions cutanées, fatigue générale, gonflement des ganglions, lésions (sarcome de Kaposi), nausées, perte de cheveux, sueurs nocturnes.

Les femmes plus que les hommes
Certaines personnes, en majorité des femmes, éprouvent une véritable sensation de froid, même en été. Elles ont beau faire, elles doivent se vêtir plus que de raison, en dépit d’un thermomètre à la hausse.
À ce phénomène, plusieurs explications sont possibles. Les plus souvent invoquées sont un métabolisme ralenti et une alimentation nettement déficiente en calories.
Mais il en existe d’autres qui. pour moins fréquentes qu’elles
soient, jouent un rôle. Ainsi, les gens maigres, par exemple, sont
nettement plus sensibles à la température ambiante que les gens de
constitution normale.
Il en va de même pour les personnes âgées (elles deviennent plus sédentaires avec le temps), les anorexiques, les hypothyroïdiens et les femmes préménopausées.
Celles-ci, en effet, ont souvent des accès de « frilosité » qui heureusement pour elles toutefois, ont tendance à disparaître une fois la ménopause venue (ce qui donne à penser que le facteur hormonal est aussi à prendre en considération).

Ce que vous pouvez faire
Beaucoup de personnes sont d’un naturel frileux tout en étant par
ailleurs en parfaite santé. Si c’est votre cas, ne vous inquiétez pas
Outre mesure. Demandez-vous toutefois si votre alimentation est
nuisante.
Si le problème est récent, posez-vous des questions. Certaines maladies de type métabolique ont en effet comme symptôme la sensation de froid. Pour en avoir le cœur net. consultez un médecin.

S’il s’agit d’une alimentation déficiente
Ètes-vous une personne âgée? Si c’est le cas. peut-être portez-vous moins d’attention à ce que vous mangez, tant et si bien que votre organisme manquant de « carburant », au moindre écart de température, vous frissonnez.
Il est possible aussi que vous ayez tout simplement perdu le sens du goût, problème très fréquent lorsque l’on prend de l’âge. La perte du goût en effet entraîne souvent – et nécessairement – un net désintérêt envers la nourriture, désintérêt qui peut finir par mettre votre santé en péril.
Que faire?
S’il s’agit du goût, reportez-vous à la rubrique Perte de goût dans
la section Bouche. Vous y trouverez toutes les causes du problème ainsi que les diverses solutions pour y remédier.
Si vous mangez moins – ou moins bien – pour d’autres raisons, le
mieux serait sans doute de consulter votre médecin. Après analyse, il pourra vous indiquer les aliments les plus adaptés à votre état.
Suivez-vous un régime amaigrissant?
Si oui, sans doute est-il trop sévère. Peut-être même, sinon à coup sûr, souffrez-vous d’une carence en fer.
La carence en fer est fréquente, lors des régimes amaigrissants, fille se traduit par une légère anémie et bien sûr une désagréable sensation de « frilosité ».

Si vous êtes à la recherche d’aliments riches en fer, en voici quelques-uns – qui du reste ne viendront pas contrecarrer votre idéal d’une taille mince: le foie, le chou, les épinards, les haricots blancs, les lentilles, le persil, les poireaux et les œufs.

S’il s’agit d’une anorexie mentale
Consultez la rubrique Anorexie dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit d’une hypothyroïdie
Consultez la rubrique Goitre dans la section Peau, cheveux et ongles.

S’il s’agit de la maladie d’Addison (insuffisance surrénalienne)
Consultez la rubrique Chute des poils pubiens dans la section Organes sexuels et reproducteurs.

S’il s’agit de la maladie ou du phénomène de Raynaud
Consultez la rubrique Extrémités froides dans la section Cœur et
système circulatoire/respiratoire.

S’il s’agit d’un métabolisme lent
Dès la trentaine, le métabolisme ralentit. Résultat, vous avez davantage froid que lorsque vous étiez plus jeune.
Le métabolisme, rappelons-le, contrôle non seulement le rythme
cardiaque, la respiration, etc., mais aussi la température du corps. En
d’autres termes, à métabolisme ralenti faute d’activité, température
du corps moins élevée.
Comment vous sortir de cette impasse?
La réponse est simple : stimulez votre métabolisme.
Comment stimuler votre métabolisme
1. Faites de l’exercice. Tous les médecins vous le diront: la meilleure façon de réchauffer l’organisme, partant, de brûler ses graisses, ses sucres, etc., c’est de s’activer.
2. Ne vous couvrez pas trop lorsque vous allez dehors. Laissez plus-tôt votre métabolisme s’habituer graduellement à la température
ambiante. A la longue, vous verrez, vous aurez moins froid.
3. Faites de même à 1’inténcur : ne montez pas trop le chauffage de toute manière, il coûte les yeux de la tête. Laissez-le à une température confortable, soit, mais sans exagérer. Si vous avez
froid, malgré tout, sortez faire une marche. Lorsque vous revien-
drez, vous ne sentirez plus les effets du froid.
4. Ayez une alimentation très variée. Ce conseil est presque une
lapalissade, mais c’est le seul qui s’applique à votre cas. En ayant
une bonne alimentation, vous permettrez à votre métabolisme de
vous fournir la chaleur interne dont vous avez besoin.

S’il s’agit du SIDA
Consultez la rubrique Perte de poids dans la section Symptômes
généraux.

Mais aussi…
L’éternel conseil: évitez le tabac. Il provoque la vasoconstrition, c’est-à-dire la mauvaise circulation sanguine. Or la mauvaise circulation sanguine a toujours pour corollaire une moins résistance au froid.
Autre tabou: les graisses. Elles aussi occasionnent la vasoconstrition à cause des plaques d’athérome qui se forment sur Ie parois des vaisseaux. Répétons-le: l’exercice améliore la circulation sanguine, d’autres mots, il réchauffe. Autre moyen d’améliorer la circulation sanguine: le ging! (Gingko biloba).  Ses propriétés sont multiples: il abaisse la tension artérielle, disparaître la sensation de lourdeur dans les jambes, améliore mémoire, etc. C’est un également un antioxydant réputé, c’est-dire qu’il lutte contre le vieillissement des tissus.  Le gingko est habituellement vendu dans les boutiques de diététique sous forme de capsules.

Vous pouvez aussi améliorer votre métabolisme grâce à la visualisation. C’est une technique simple, efficace, à la portée de tous,
qui vous permettra d’atteindre votre objectif rapidement. (Pour en
savoir plus long, consultez la rubrique Stress excessif dans la section Cerveau et système nerveux.)

Vous arrive-t-il parfois d’avoir froid sans savoir pourquoi?
Demandez-vous alors si vous n’avez pas de fièvre. Beaucoup d’états maladifs sont précédés par une soudaine – et parfois persistante – sensation de froid. Pour le savoir, prenez votre température.

Attention!
Si votre peau est anormalement froide, même lorsqu’il fait chaud à l’extérieur, votre métabolisme est peut-être plus affecté que vous ne le croyez. Faites-vous examiner.
Il en va de même si ce sont vos extrémités qui ont froid. Il peut s’agir alors de la maladie ou du phénomène de Raynaud, deux maladies qui se traitent bien.

 

 

Commentaires