Close-up of the feet of a couple on the bed

Saignement entre les règles et après le coït

Causes et Symptômes associés

Baisse d’œstrogène – Saignements légers et réguliers au milieu du cycle qui, par ailleurs, reste normal.

Cancer du col. de l’utérus ou des ovaires – Constipation; douleurs pelviennes et lombaires; nausées; perte de poids; pertes sanglantes, blanches, jaunâtres ou malodorantes; problèmes d’incontinence; saignements après le coït; vomissements, etc.

Infection du col de l’utérus – Douleurs abdominales, douleurs durant le coït, légers saignements entre les règles, pertes vaginales abondantes et nauséabondes, claires ou épaisses, de couleur gris blanchâtre ou jaunâtre, saignements après le coït.

Inflammation vaginale – Ceux d’une infection vaginale (pênes blanches et granuleuses, fortes démangeaisons), muqueuse vaginale sèche due à la ménopause, saignements après le coït.

Pilule anticonceptionnelle mal adaptée – Saignements qui se produisent à la même période du cycle menstruel durant quelques mois, qui ne durent qu’un ou deux jours bien que votre cycle semble néanmoins normal.

Polypes sur le col de l’utérus – Douleurs pelviennes, règles irrégulières et/ou abondantes, saignements après le coït.

Stérilet mal adapté – Douleurs pelviennes, fièvre, règles abondantes, saignements entre les règles et après le coït.

Ce que vous pouvez faire
Si vous constatez que vous perdez un peu de sang entre vos règles ou après un coït, il est important d’en élucider la cause sans trop tarder. Il est possible que vos saignements n’aient rien d’alarmant mais s’ils résultent d’un trouble des organes génitaux (une infection, des polypes, voire un cancer), c’est une autre histoire.
Mieux vaut ne pas prendre de risques.

S’il s’agit d’une baisse d’œstrogènes
Environ 10 % des femmes ont de légers saignements durant un jour ou deux au milieu de leur cycle. Si c’est votre cas, ne vous en inquiétez pas. Il y a de fortes probabilités que ces saignements soient provoqués par une baisse du taux d’oestrogènes qui coïncide avec l’ovulation.
Si vos règles débutent 14 jours plus tard exactement, tout es normal.
S’il s’agit d’un cancer du col, de l’utérus ou des ovaires
Consultez la rubrique Règles irrégulières dans la section Organes
sexuels et reproducteurs.

S’il s’agit d’une infection du col de l’utérus 
Plusieurs facteurs peuvent provoquer une infection du col. La blennorragie, l’herpès, les infections à trichomonas ou à champignons, la chlamydia, les substances chimiques contenues dans les tampons et serviettes sanitaires, les douches et les vaporisateurs
vaginaux, les savons ou même le fi! d’un stérilet sont autant de cau-
ses possibles.
Il se peut aussi que l’infection soit causée par la prolifération anormale d’une bactérie vaginale courante.
Si vous éprouvez quelques-uns ou plusieurs des symptômes liés à
une infection du col de l’utérus, consultez votre médecin. Ce dernier
examinera votre col et effectuera un frottis (test Papanicolaou).
Voici alors ce qui peut se passer.
– Si vous être atteinte d’une blennorragie, d’une infection à trichomonas ou à champignons ou si votre infection provient d’une
bactérie vaginale, votre médecin vous prescrira un traitement
approprié. Il est capital que votre partenaire sexuel suive aussi un
traitement, sans quoi vous risquez fort de ne jamais vous en
sortir.
– Si votre médecin croit que l’infection est provoquée par des substances irritantes, consultez Mais aussi… à la rubrique Démangeaisons de la vulve (section Organes sexuels et reproducteurs) pour connaître les mesures préventives à prendre. Ces mesures sont également valables pour prévenir les infections du col de l’utérus. Dans les cas d’infection majeure, votre médecin vous prescrira des antibiotiques par voie orale ou intraveineuse.

Prenez vos précautions
Pour réduire les risques d’infection, utilisez un préservatif lorsque vous avez des rapports sexuels avec différents partenaires.
Adoptez aussi de saines habitudes de vie. Une bonne alimentation, un sommeil réparateur et des exercices réguliers sont autant de facteurs qui fortifient votre système immunitaire.

S’il s’agit d’une inflammation vaginale
Une muqueuse vaginale enflammée à cause d’une infection ou
asséchée c’est souvent le cas chez les femmes ménopausées –
risque de saigner légèrement suite à un coït.
Si les saignements sont dus à une muqueuse vaginale fragilisée par un manque d’oestrogènes, utilisez une crème vaginale à base d’œstrogènes.
(Pour en savoir davantage sur la question, consultez la rubrique
Sécheresse vaginale dans la section Organes sexuels et reproducteurs).

S’il s’agit d’une pilule anticonceptionnelle mal adaptée
Les hormones que contient la pilule peuvent modifier sensiblement votre métabolisme. Ainsi, ne soyez pas étonnée de constater une diminution de votre flux menstruel lorsque vous commencez à prendre la pilule. De légers saignements peuvent également se produire entre vos régies. C’est notamment ce qui se passe lorsque vous avez oublié de prendre une pilule ou que vous l’avez prise en retard.
Ces saignements inhabituels ne devraient pas vous inquiéter dans
la mesure où ils sont bel et bien occasionnés par la pilule.
Mais dans le doute, consultez votre gynécologue afin qu’il tire les choses au clair.

S’il s’agit d’une inflammation vaginale
Une muqueuse vaginale enflammée à cause d’une infection ou
asséchée, c’est souvent le cas chez les femmes ménopausées
risque de saigner légèrement suite à un coït.
Si les saignements sont dus à une muqueuse vaginale fragilisée
par un manque d’œstrogènes, utilisez une crème vaginale à base
d’œstrogènes.
(Pour en savoir davantage sur la question, consultez la rubrique
Sécheresse vaginale dans la section Organes sexuels et reproducteurs).

S’il s’agit d’une pilule anticonceptionnelle mal adaptée
Les hormones que contient la pilule peuvent modifier sensiblement votre métabolisme. Ainsi, ne soyez pas étonnée de constater une diminution de votre flux menstruel lorsque vous commencez à prendre la pilule. De légers saignements peuvent également se produire entre vos règles. C’est notamment ce qui se passe lorsque vous avez oublié de prendre une pilule ou que vous l’avez prise en retard.

S’il s’agit de polypes sur le col de l’utérus
Consultez la rubrique Règles irrégulières dans la section Organes
sexuels et reproducteurs.

S’il s’agit d’un stérilet mal adapté
Si vous constatez des saignements inhabituels entre vos règles ou après le coït suite à l’installation d’un stérilet, faites-en part à votre médecin. Il est possible que votre utérus rejette le stérilet mis en place.
C’est ce qui se produit chez 5 à 20 % des utilisatrices. Il s’agit souvent de femmes qui n’ont jamais été enceintes et de femmes dontl’utérus est petit.

 

 

 

Commentaires