Respiration difficile

Respiration difficile

Causes et Symptômes associés

Asthme:  Anxiété, douleurs à la poitrine, essoufflement, respiration rapide/bruyante et sifflante, sécrétions abondantes, toux sèche avec ou sans mucosités (surtout le soir et la nuit)

Emphysème:  Poitrine en forme de tonneau, respiration bruyante, respiration courte, respiration rapide

Hypertension artérielle:  Initialement, aucun dans 50 %. Sinon : bourdonnements d’oreille, étourdissements/vertiges, maux de tête la nuit ou au réveil, nervosité, troubles oculaires. Signaux subséquents : douleurs à la poitrine, mictions nocturnes/fréquentes et excessives, paralysie passagère des membres, saignements du nez, troubles oculaires sévères (la respiration difficile apparaît dans la phase subséquente)

Insuffisance cardiaque:  Difficulté à respirer après un effort, difficulté à rester allongé (surtout la nuit), fatigue. A un stade plus avancé : atrophie du foie ; crachats mousseux et sanguinolents ; œdème des pieds, des jambes, des cuisses et de l’abdomen ; pertes de mémoire ; respiration bruyante ; toux sèche avec ou sans mucosités

Insuffisance respiratoire chronique:  Battements rapides du cœur, cyanose (peau bleuie), hypertension artérielle, respiration courte

Obésité:  Ballonnement abdominal ; cellulite ; douleurs aux pieds, aux jambes et au dos ; essoufflement ; fatigue générale : hypertension ; insuffisance cardiaque ; mauvais fonctionnement général de 1 organisme ; troubles liés au diabète ; varices

S`il s’agit-il d’un problème au cœur ?
La plupart du temps, la respiration difficile est l’indice d’une maladie broncho-pulmonaire ou encore, d’un trouble d’origine nerveuse.
Mais il arrive aussi, et assez souvent, que le cœur soit en cause. Ne perdons jamais de vue en effet que cœur et poumons non seulement sont voisins, mais aussi se complètent dans leurs fonctions. Il n’est donc pas étonnant que la maladie de l’un, parfois, finisse par influencer l’autre, et vice-versa.

Ce que vous pouvez faire
Beaucoup de gens éprouvent une gêne respiratoire. Mais celle-ci, le plus souvent, est occasionnelle ou liée, par exemple, à une maladie des voies respiratoires (laryngite, trachéite, bronchite, etc.) qui, lorsqu’elle est guérie, ne laisse plus de séquelles. Si vous ressentez cette gêne en permanence ou encore si le moindre effort vous coûte, faites-vous examiner. Un indice en particulier devrait vous mettre la puce à l’oreille : létal de fatigue.  L’état de fatigue est un symptôme commun à nombre de maladies, mais lorsqu’il est associé à la gêne respiratoire, il indique que votre cœur est en mauvais état.

S’il s ‘agit d`une insuffisance cardiaque
Votre cœur renâcle à la tâche. Il ne remplit pas sa principale fonction, qui est de pomper le sang et de le redistribuer dans tout le corps.

Plusieurs raisons expliquent ce problème.
Mais faisons d’abord une distinction. Il existe 3 types d’insuffisance cardiaque :
1. L’insuffisance cardiaque gauche.
2. L’insuffisance cardiaque droite.
3. L’insuffisance cardiaque globale (gauche et droite).

Les deux premiers types ont chacun leur réseau de causes, tandis
que le troisième est, si l’on peut dire, un malheureux mélange des deux.

S`il s’agit d’une insuffisance cardiaque gauche
Elle peut être causée par l’un ou l’autre des problèmes suivants: hypertension artérielle, maladie cardiaque, myocardiopathie (maladie du muscle du cœur), rétrécissement de l’aorte. Parfois aussi, un trouble du rythme peut se mêler de la partie, au même titre qu’une maladie systémique du genre anémie ou hyperthyroïdie.

S’il s’agit d’une insuffisance cardiaque droite
Elle est liée, le plus souvent, à une maladie pulmonaire, ou encore à l’hypertension artérielle pulmonaire.

Existe-t-il des facteurs de risque ?
Oui. Ils sont pour la plupart communs aux maladies du cœur et des poumons. Ce sont le tabac, l’obésité, l’excès d’alcool, une alimentation riche en graisses animales et en sel.

Quelles sont les complications possibles ?
Ce sont l’œdème pulmonaire et l’insuffisance cardiaque totale. Ces 2 maladies, si elles ne sont pas traitées à temps, peuvent mener à la mort.

Comment traite-t-on l’insuffisance cardiaque ?
Tout dépend de la cause.
– Dans certains cas, le repos absolu sera de rigueur, de même qu’une alimentation pauvre en graisses et en sel. (Ce qui est bien sûr de votre ressort !)
– Dans d’autres, des vasodilatateurs seront appelés à la rescousse ainsi qu’une variété de remèdes, dont les diurétiques.
En d’autres termes, ce qui importe, à ce stade, c’est d’abord de contrôler l’insuffisance elle-même pour éviter les complications.
– Par la suite, il faudra s’attaquer à la cause véritable du mal :
hypertension artérielle, cardiopathie, myocardiopathie, troubles
du rythme, etc.
Une fois cette cause traitée, l’insuffisance, en général, a tendance à s’estomper (sauf si elle est d’origine myocardiopathique ou liée à une maladie pulmonaire chronique).

Mais aussi…
– Tabac, excès d’alcool et de graisses animales devraient être évités dans la mesure du possible. Ce sont en fait les 3 ennemis du
cœur.

Attention !

Si  vous avez de la difficulté à dormir, la nuit, voire si vous devez
rester assis dans votre lit parce que vous respirez mal autrement, sonnez l’alerte. Il s’agit là de l’un des principaux symptômes de l`insuffisance cardiaque.

Commentaires