Règles irrégulières

Règles irrégulières

Causes et Symptômes associés

Cancer du col, de l’utérus ou des ovaires -Constipation, douleurs pelviennes el lombaires, nausées, perles sanglantes, blanches, jaunâtres ou malodorantes, problèmes d’incontinence, perte de poids, saignements après les rapports sexuels, vomissements, etc.

Début de la puberté – Accumulation de tissus graisseux au niveau du bassin et des cuisses, acné, apparition des poils du pubis et des aisselles, croissance rapide, début des règles, développement des organes génitaux.

Fibrome ou polypes – Douleurs pelviennes, règles inrégulières et abondantes.

Infection génitale – Douleurs pelviennes, fièvre, pertes vaginales verdâtres et malodorantes.

Maladie Cushing – Acné, atrophie de la peau, augmentation  des tissus adipeux au niveau de la poitrine, du dos, du visage (faciès lunaire) et du cou (cou de bison), céphalées, cicatrisation lente, ecchymoses, faiblesse musculaire, hypertension, impuissance, vergetures rougeâtres.

Ménopause – Augmentation ou au contraire, diminution des règles; bouflés de chaleurs; confusion; état dépressif; étourdissements; frissons; gain de poids; insomnie; irritabilité; manque de concentration; maux de tète; miction fréquente et impérieuse; perte de cheveux; perte de mémoire; sécheresse vaginale; transpiration excessive; yeux secs.

Problème de poids – Manque de tissus graisseux dû à d’importantes dépenses calorifiques ou à une alimentation insuffisante.

Surmenage – État de fatigue prolongé, irritabilité, stress, tendance dépressive.

Usage de médicaments ou de contraceptifs oraux – Aucun sympiôme particulier.

Ce que vous pouvez faire
Un grand nombre de femmes ont des règles irrégulières. D’un mois à l’autre, la longueur du cycle peut varier de quelques jours sans que rien ne « cloche » pour autant.
C’est entre autres souvent le cas des jeunes filles qui en sont à leurs premières règles et des femmes qui arrivent à la cinquantaine.
Si vous n’éprouvez aucun autre symptôme, vous ne devez absolument pas vous inquiéter de ces petites irrégularités.
Par ailleurs, si vous avez plus de 20 ans et que votre ménopause n’est pas commencée, informez votre médecin de toute variation importante de vos cycles menstruels qui persistent plus de 3 mois. Ce dernier tiendra sans doute à effectuer un examen gynécologique afin de déterminer la cause exacte de ces changements. Notez toutefois que celle-ci est parfois difficile à identifier, en particulier s’il s’agit de causes psychologiques ou environnementales.

S’il s’agit d’un cancer du col, de l’utérus ou des ovaires
– Le cancer du col de l’utérus affecte principalement les femmes entre 40 et 50 ans. Toute forme de traumatisme du col (lésions).

La meilleure prévention consiste donc à consulter régulièrement votre gynécologue (une fois par an) afin qu’il puisse effectuer les tests de dépistage requis.
Vous êtes davantage à risque si:
• vous changez souvent de partenaire sexuel;
• vous avez contracté une maladie sexuellement transmise;
• vous avez eu plusieurs enfants (le risque augmente avec le
nombre de grossesses et d’accouchements).
– Le cancer de l’utérus touche les tissus qui tapissent l’intérieur de l’utérus.
Vous êtes davantage à risque si:
• vous êtes ménopausée – et plus particulièrement si votre ménopause est survenue tardivement;
• vous ne consultez pas régulièrement votre gynécologue qui par mesure préventive doit effectuer des dépistages systématiques;
• vous souffrez d’endométriose;
• vous êtes sujette aux polypes;
• vous présentez un taux d’oestrogènes trop élevé ou une carence en progestérone (à cause d’un mauvais fonctionnement hormonal ou d’une hormonothérapie mal dosée);
• vous souffrez d’hypertension, de diabète et/ou d’obésité.
Si vous êtes ménopausée depuis plus d’un an et que vous constatez une perte de sang, consultez immédiatement votre gynécologue qui pratiquera alors une biopsie de l’endomètre.
Vos chances de guérison sont directement liées à la rapidité du diagnostic. Tant que les tissus cancéreux n’affectent que le corps
utérin, vous avez beaucoup de chances de guérir.
– Le cancer des ovaires, plus rare que les deux précédents, résulte souvent d’un kyste organique qu’on aurait omis de traiter et qui dégénère en cancer. Il s’agit d’une complication assez rare mais
redoutable. Ce type de cancer reste difficile à diagnostiquer.

S’il s’agit du début de la puberté
Certaines jeunes filles ont des règles irrégulières pendant un ou deux ans. Les règles peuvent survenir 2 fois par mois ou encore tous les 2 ou 3 mois, être minimes ou très abondantes.
Chez l’adolescente, de telles variations sont normales. Lorsque les ovaires ont atteint leur maturité et qu’une première ovulation se produit, les cycles deviennent alors plus réguliers.

S’il s’agit d’un fibrome ou de polypes
Les polypes utérins sont généralement des tumeurs bénignes.
Moins d’une tumeur sur 200 est cancéreuse.
Les polypes utérins se développent à l’intérieur de la cavité utérine tandis que les fibromes se logent sur la paroi extérieure de
l’utérus.

S’il s’agit d’une infection génitale
Si vos règles tardent, si vous ressentez une douleur au niveau de l’utérus, des trompes ou des ovaires et que, de surcroît, vous avez de la fièvre, soupçonnez une infection pelvienne.
Consultez rapidement votre médecin qui, selon l’infection diagnostiquée, vous prescrira un médicament approprié. Des antibiotiques administrés par voie orale et un repos complet suffisent
généralement à vous remettre sur pied.
– Une infection sévère requiert toutefois un traitement plus énergique. Vous risquez alors d’être hospitalisée pour un traitement aux antibiotiques intraveineux.
– Si, malgré les antibiotiques, votre état ne semble guère s’améliorer, votre médecin envisagera la possibilité de drainer l’abcès ou encore de procéder à l’ablation des tissus infectés.
– Si votre infection est provoquée par la présence d’un stérilet,celui-ci  devra être retiré.

S’il s’agit de la maladie de Cushing
Une obésité du tronc, du dos et de la face constitue le principal  symptôme de la maladie (ou syndrome) de Cushing. La maladie est assez rare et elle frappe plus souvent les femmes que les hommes.

Il peut apparaître à n’importe quel âge mais les personnes d’âge moyen y sont plus exposées. Chez la femme, la maladie se déclare souvent durant une grossesse ou peu après.
Le syndrome de Cushing résulte d’une surproduction d’hormones cortico-surrénales. Cette surproduction peut être entraînée par:
– une maladie des surrénales;
– la prise de médicaments corticoïdes pour le traitement de l’asthme, l’arthrite ou d’autres maladies chroniques.

S’il s’agit de la ménopause
Consultez la rubrique BoutYécs de chaleur dans la section Symptômes généraux ainsi que les rubriques:
– Yeux secs dans la section Œil;
– Perte de la libido (S’il s’agit d’un changement hormonal chez la femme) dans la section Organes sexuels et reproducteurs;
Régies abondantes dans ta section Organes sexuels et reproducteurs;
– Sécheresse vaginale (S’il s’agit d’une sécheresse vaginale due à la ménopause) dans la section Organes sexuels et reproducteurs;

S’il s’agit d’un problème de poids
Vous avez un corps d’athlète? Ou de mannequin? Et sans un de graisse en trop? Ou encore, ce qui est plus grave, vous souffrez d’anorexie? Voilà qui explique peut-être l’irrégularité de vos règles.

S ‘il s’agit de surmenage
Le stress est sans doute la principale cause de l’irrégularité des règles. La perte d’un emploi, celle d’un être cher, une période d’examens, un mariage ou un divorce sont autant d’événements qui peuvent perturber votre cycle menstruel.
Si vous traversez une période difficile, trouvez le temps de vous ressourcer. Des périodes de stress intense qui se prolongent finissent souvent par entraîner de sérieux problèmes.
Par conséquent:
1. Voyez d’abord si vous ne pouvez pas éliminer quelques activités afin de prendre un peu plus de temps pour vous reposer. Pouvez-vous:
– supprimer quelques heures de travail par semaine?
– vous libérer de tel ou tel engagement social?
– vous coucher 30 minutes plus tôt quelques soirs par semaine?
2. Apprenez à vous détendre. Comment?
Respirez en profondeur… Installez-vous confortablement dans
un endroit paisible et fermez les yeux pendant quelques minutes… Imaginez que vous êtes allongée sur une plage ensoleillée…. etc.

S’il s’agit de l’usage de médicaments ou de contraceptifs oraux
Certains médicaments et traitements, dont notamment les contraceptifs oraux et ceux utilisés dans le traitement des cancers, sont susceptibles de provoquer l’arrêt des règles. Il arrive très souvent que les femmes qui prennent la pilule n’aient plus de règles du tout. Il est également fréquent que les règles ne reviennent pas instantanément après l’arrêt de la pilule. Certaines femmes devront attendre de 3 à 4 mois avant que leurs cycles ne se rétablissent, et parfois davantage. Cette situation n’a rien d’alarmant. Tout finit généralement par rentrer dans l’ordre.

Mais aussi…
Comme nous Pavons déjà mentionné, il n’est pas toujours facile de savoir ce qui provoque l’irrégularité des règles. Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte. L’appareil reproducteur de la femme est un système complexe qui, semblc-t-il, ne fonctionne bien que si tout est en parfait état.
Pour vous aider à mieux comprendre le fonctionnement de votre système de reproduction, tenez un journal-santé dans lequel vous inscrirez – notamment tout ce qui concerne votre système de reproduction.
Notez-y:
• vos cycles menstruels;
• les événements importants (qui, on le sait, peuvent influencer votre biochimie);
• vos antécédents médicaux;
• les problèmes menstruels qu’ont connus votre mère, vos sœurs, votre grand-mérc et vos tantes.
Ces informations pourraient vous fournir – à vous ou à votre médecin des indices non négligeables.

Attention!
Le fait de fumer beaucoup, surtout chez les femmes très maigres,
provoque une diminution d’œstrogènes qui peut entraver le cycle
menstruel.

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires