Pupille dilatée

Pupille dilatée

Causes et Symptômes associés

Blessure a tête – Variables.

Glaucome aigu – Baisse de la vision, douleurs oculaires, maux de têle, nausées, sensibilité à la lumière, vomissements, yeux injectés de
sang.

Réaction médicamenteuse – Variables.

Syndrome d’Adie – Absence de réaction à la lumière.

Tumeur au cerveau – Changement de personnalité, convulsions, déclin intellectuel, faiblesse, fièvre, léthargie, maux de tête, troubles neurologiques divers (difficulté d’élocution, étourdissements. perte de sensation unilatérale, tremblement, vision dédoublée, etc.), vomissements.

Le diaphragme de l’œil
C’est la pupille en effet qui décide de la quantité de lumière qui entre dans votre œil. S’il n’y en a pas assez (la nuit), elle se dilate, de manière à permettre à la rétine de vous renvoyer une image. S’il y en a trop, elle se contracte.
La pupille réagit en fonction de vos besoins et en même temps elle protège votre œil contre les incursions parfois trop brutales du milieu ambiant.
Une pupille normale, placée dans des conditions normales de luminosité, mesure de 3 à 4 millimètres. Une pupille dilatée peut
occuper tout l’iris.
Si l’une de vos pupilles est dilatée en permanence, vous savez donc à quel point parfois cela peut être source d’inconfort.

Ce que vous pouvez faire
Tout dépend de la cause de votre problème. Dans un cas en particulier, celui du syndrome d’Adie, il n’existe aucun traitement. Le temps seul arrange les choses.
Mais pour le reste, vous pouvez réagir, vous débarrasser de ce symptôme pour le moins encombrant.

S’il s’agit d’un blessure à la tête
Beaucoup de gens se blessent à la tête et négligent par la suite de voir un médecin, croyant que cela n’en vaut pas la peine.

Mais à d’autres moments il faut impérativement réagir.
Si vous, ou l’un de vos proches, présentez ce signe, n’hésitez donc pas. Rendez-vous tout de suite à l’hôpital. Il peut s’agir d’un traumatisme crânien risquant d’entraîner d’autres dégâts, s’il n’est pas immédiatement contrôlé.
D’autres symptômes accompagnent un traumatisme crânien. Les plus importants sont les maux de tête et un début de somnolence.
Des deux, le plus préoccupant est le début de somnolence.
Le début de somnolence est le signe annonciateur du coma!

S’il s’agit d’un glaucome aigu
Consultez les rubriques:
Troubles de la vision dans la section Œil, pour Glaucome;
Yeux injectés de sang, même section, pour Glaucome aigu.

S’il s’agit d’une réaction médicamenteuse
Certains médicaments ont pour effet secondaire d’entraîner une dilatation de la pupille. Les collyres censés enlever les rougeurs des yeux en font partie.
Mentionnons aussi les substances à base d’adrénaline, telles l’atropine, l’épinéphrine, etc.
Si, donc, pour vous les médicaments ont cet effet secondaire désagréable, voyez au plus tôt votre médecin afin qu’il ajuste votre
ordonnance en conséquence.
Dans votre cas, le fait que votre pupille soit anormalement dilatée peut représenter un facteur de risque. La conduite d’une automobile de jour, par exemple, ne doit certainement pas être de tout repos pour vous.
Ne mettez donc pas en jeu et votre santé et votre sécurité. Agissez avant qu’il ne soit trop tard. Et dites-vous que le médicament que vous prenez – à moins d’un impératif médical majeur – n’est peut-être pas celui qu’il vous faut.

S’il s’agit d9un glaucome aigu
Consultez les rubriques:
Troubles de la vision dans la section Œil, pour Glaucome;
Yeux injectés de sang, même section, pour Glaucome aigu.

S’il s’agit d’une réaction médicamenteuse
Certains médicaments ont pour effet secondaire d’entraîner une dilatation de la pupille. Les collyres censés enlever les rougeurs des yeux en font partie.
Mentionnons aussi les substances à base d’adrénaline, telles l’atropine, l’épinéphrine, etc.
Si, donc, pour vous les médicaments ont cet effet secondaire dés-
agréable, voyez au plus tôt votre médecin afin qu’il ajuste votre
ordonnance en conséquence.
Dans votre cas, le fait que votre pupille soit anormalement dilatée peut représenter un facteur de risque. La conduite d’une automobile de jour, par exemple, ne doit certainement pas être de tout repos pour vous.
Ne mettez donc pas en jeu et votre santé et votre sécurité. Agissez avant qu’il ne soit trop tard. Et dites-vous que le médicament que vous prenez – à moins d’un impératif médical majeur – n’est peut-être pas celui qu’il vous faut.

S’il s’agit d’une tumeur au cerveau
La pupille dilatée est un signe neurologique mineur, en ce qui concerne la tumeur cérébrale. A cet égard, les changements dans le comportement, l’insensibilité d’un côté du corps, les maux de tête sont beaucoup plus typiques.
Cependant, accompagnée d’autres symptômes, la mydriase (ou pupille dilatée) ne ment pas. Elle peut être un indice très révélateur. Le traitement de la tumeur cérébrale dépend de la taille de celle-ci. Il peut inclure la chirurgie. la chimiothérapie, les corticostéroïdes et la radiothérapie.
(Consultez également les rubriques Mal de tête dans la section
Symptômes généraux et Convulsions, même section).

Au moment où votre médecin vous prescrit un remède, deman-
dez-lui toujours quels en sont les effets secondaires. Si l’un de
ces effets secondaires risque de vous nuire dans vos activités,
mentionnez-le.
Une hygiène de vie adéquate
représente très souvent une excellente alternative aux médica-
ments, sinon un complément indispensable.
Si vous prenez un collyre pour enlever les rougeurs de vos yeux,
cessez au bout de la troisième journée. Au-delà, vos yeux déve-
lopperont une accoutumance qui feront réapparaître vos rougeurs
comme par enchantement dans les jours suivants.
Ne prenez jamais à la légère une blessure à la tetc. Méfiez-vous
en particulier lorsqu’il y a tendance à la somnolence : c’est le pire
des symptômes.

Attention!
Une mydriase (ou pupille dilatée) peut aussi dénoter une atteinte
du nerf optique, si elle survient graduellement. Dans ce cas, elle sera
accompagnée d’un autre symptôme, la chute de la paupière supérieure.

 

 

 

Commentaires