Perte de poids

Perte de poids

Causes et Symptômes associés

Anorexie mentale – Accès d’hyperactivité, amaigrissement, arrêt du cycle menstruel, peur maladive de grossir, phases dépressives, refus de la sexualité, refus de se nourrir, sensation de froid.

Cancer – Perte d’appétit, fatigue intense, perte de sang, douleurs localisées, cicatrisation anormalement longue.

Diabète sucré – Bouche sèche, bourdonnements d’oreilles, crampes musculaires dans les jambes, engourdissement, faim excessive, fatigue générale, frigidité, gain de poids (dans le cas du diabète gras), impuissance, mauvaise haleine, perte de la libido, perte de poids (dam le cas du diabète maigre), soif excessive, urines abondantes et fréquentes, vision trouble (dans le cas du diabète gras), vulnérabilité aux affections cutanées et vaginales (dans le cas du diabète gras).

Hyperthyroïdie – Battements de cœur accélérés et irréguliers, bouffées de chaleur, crampes musculaires, démangeaisons oculaires, dérèglement du cycle menstruel (chez la femme), faiblesse générale, goitre (parfois), hyperactivité, larmoiement, nervosité, protubérance oculaire unilatérale ou bilatérale (il peut même y avoir une difficulté à fermer l’oeil protubérant ou les 2 yeux), sensibilité à la lumière, transpiration excessive, tremblement des doigts, vision floue, yeux cernés et/ou secs.

Intolérance au lactose (chez le nourrisson) – Ballonnement intestinal, bruits abdominaux, crampes abdominales, diarrhées, flatulences, retard de croissance chez le nourrisson, selles flottantes. Parfois: sang dans les selles, selles très malodorantes, vomissements.

Lupus érythémateux dissémine – Alopécie; anémie; douleurs articulaires/musculaires intenses de nature arthritique; éruptions cutanées prurigineuses en papillon sur les joues, les arêtes du nez ou ailleurs; fièvre; inflammation pulmonaire (douleurs intenses à la poitrine irradiant vers le cou ou l’abdomen et accentuées par la respiration et la toux, essoufflement marqué, toux); inflammation rénale (maux de tête, œdème de la face et des chevilles, perte d’appétit, urines peu abondantes et sanglantes, vomissements) et troubles cardiaques.

Maladie de Parkinson – Écriture désordonnée avec lettres minuscules, raideurs musculaires, faiblesse, traits du visage figés, tremblements au repos (entre autres, le sujet frotte sans arrêt le pouce et l’index l’un contre l’autre), gestes rares, bouche ouverte avec salivation abondante, difficultés d’élocution.

SIDA – Candidoses (infections de la peau causées par un champignon), courbatures, détérioration de l’état général accompagné de fièvre persistante, diarrhées chroniques, douleurs articulaires, éruptions cutanées, fatigue générale, gonflement des ganglions, lésions (sarcome de Kaposi), nausées, perte de cheveux, sensation de froid, sueurs nocturnes.

Tuberculose – Douleurs à la poitrine, essoufflement, fatigue, fièvre (surtout le soir), sueurs nocturnes/froides, toux grasse avec crachats sanguinolents.

Perdez-vous vraiment du poids?
Habituellement, pour perdre du poids, il faut le vouloir. C’est la
terrible loi de la nature!
Si vous ne le voulez pas et que vous fondez malgré tout, il y a un problème.
Mais avant que de vous précipiter chez le médecin, assurez-vous tout d’abord que le phénomène n’est pas passager.
Demandez-vous si ce ne sont pas plutôt les circonstances qui ont été à l’origine de votre perte de poids. Avez-vous subi une épreuve,
dernièrement? Avez-vous éprouvé des difficultés qui vous ont rendu la vie difficile? Vous êtes-vous senti particulièrement nerveux.
Toutes ces choses, comme vous le savez, ont leur importance.
Mais si rien de tel ne s’est produit, alors dressez l’oreille; sinon,
attendez: la nature, n’ayez crainte, finira bien, hélas, par reprendre
ses droits!

Ce que vous pouvez faire
Une fois établi que vous perdez inutilement et anormalement du
poids, il vous faut, bien sûr, connaître la cause de votre problème.
Dans une première étape, donc, consultez.
Sachez aussi que presque toujours une perte anormale de poids n’accompagne de symptômes. Prenez note de ceux-ci et faites-en part à votre médecin. Si vous n’en observez aucun et qu’en dépit de tout vous maigrissez encore et encore, actionnez la sonnette d’alarme. Vous avez besoin d’un examen médical en profondeur.

Votre enfant ou votre adolescent perd-il un peu trop de poids?
lairez-vous un élément suspect? N’hésitez pas: questionnez-le.

S’il s’agit d’une anorexie mentale
Consultez la rubrique Anorexie dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit d’un cancer
Dans les conditions de vie actuelles, 1 personne sur 3 est destinée
à avoir le cancer, au cours de son existence. Mais ne vous affolez
pas: tous n’en meurent pas, loin de là.
Exception faite du poumon et du pancréas (qui restent les 2 grands tueurs), la moitié, sinon plus, des cancers sont guérissables.
Allons plus loin: lorsque pris à temps, c’est-à-dire au stade embryonnaire, de nombreux cas de cette maladie vieille comme le
monde connaissent une issue heureuse.
Il ne faut donc pas se montrer trop pessimiste, même si parfois la tentation est grande.
Ce qu’il s’agit plutôt de faire, c’est de réagir, de ne pas baisser les bras. Et surtout de ne pas hésiter à participer aux campagnes de dépistage.

La maladie s’est déclarée?
Première étape: il est nécessaire, absolument nécessaire d’avoir
une hygiène de vie convenable.
Dites-vous bien une chose: les médicaments on certes leur utilité, dans la lutte contre le cancer, mais tout autant, sinon plus une bonne hygiène de vie.

Le but d’une bonne hygiène de vie est:

1 ) d’empêcher la propagation de la maladie à l’intérieur de votre organisme;

2) d’amener celle-ci sinon à régresser, du moins à se stabiliser.

Ce qu ‘implique une bonne hygiène de vie
La confiance en soi, la confiance en ses propres possibilités constitue la meilleure arme contre le cancer. Tous les experts s’accordent à le reconnaître : une attitude défaitiste face à la maladie revient à lui laisser toute la place.
La lutte contre le stress doit également figurer parmi vos priorités. Le stress, c’est bien connu, est le terrain d’élection de nombreuses maladies, dont le cancer. Si vous le laissez vous envahir, vous aurez sûrement beaucoup plus de mal à remonter la pente.

Les 15 moyens d’éviter le cancer, selon la revue
Prévention (par ordre d’importance)
1. Cessez de fumer.
2. Passez des examens de dépistage réguliers.
3. Pratiquez Pauto-palpation des seins/examen de la prostate
pour tous les hommes passé 50 ans.
4. Limitez vos expositions au soleil.
5. Diminuez votre consommation d’alcool.
6. Fuyez les endroits enfumés.
7. Réduisez votre consommation de graisses animales.
8. Mangez davantage de fibres.
9. Consommez plus de fruits et de légumes, de préférence
crus.
10. Préférez le pain de blé entier au pain blanc.
11. Surveillez votre poids.
12. Évitez les toxines domestiques.
13. Faites régulièrement de l’exercice.
14. Augmentez votre consommation de cruciféracées (chou,
navet, brocoli, radis, raifort, etc.).
15. Bannissez les aliments contenant de la nitrite (agent de conservation utilisé dans les charcuteries, entre autres).

Quelques avis importants concernant les plantes médicinales
Comme vous pouvez le constater aux rubriques respectives concernant les différents types de cancer (cancer du pancréas, de l’intestin grêle, de la langue, du larynx, etc.), certaines plantes jouent un rôle thérapeutique important.

S’il s’agit du diabète sucré
Consultez les rubriques:
– Miction fréquentée!excessive(polyurie) dans la section Appareil urinaire:

Frigidité et Perte de la libido dans la section Organes sexuels et
irproducteurs.

S’il s’agit d’une hyperthyroïdie
Consultez les rubriques:
Goitre dans la section Peau, cheveux et ongles;
Yeux protubérants dans la section Œil.

S’il s’agit d’une intolérance au lactose (chez le nourrisson)
Consultez la rubrique Ballonnement abdominal dans la section
Système gastro-intestinal.

S’il s’agit du lupus érythémateux disséminé
Consultez les rubriques:
Démangeaisons cutanées avec éruptions dans la section Peau,
cheveux et ongles;

S’il s’agit de la maladie de Parkinson
Consultez la rubrique Tremblement dans la section Symptômes
généraux.

S’il s’agit du SIDA
Etant donné les risques de propagation liés à cette maladie, le mmeilleur conseil que l’on puisse donner – et le seul , malheureusement, à défaut de remède – c’est: prudence.
Prudence en tout:
– si vous êtes « à risque », utilisez des préservatifs, n’hésitez pas un seul instant;

Les 3 voies de transmission du SIDA
Elles sont notoires mais répétons-les pour clarifier la chose:
1. La voie sexuelle: sperme, sécrétions vaginales, liquide prostatique;
2. La voie sanguine: sang infecté (transfusion, échange de seringues, rapports anaux);
3. La voie transplacentaire: mère séropositive.

Mais aussi…
Ce bon vieux conseil sera toujours de mise: soyez à l’écoute de
votre corps. À sa façon il vous parle, vous lance des signaux
d’alarme. Une variation de poids trop subite en est un, encore
qu’il faille souvent la situer dans son contexte.

En période de stress, beaucoup de personnes perdent du poids,
voire en gagnent et cela, parfois, de façon très rapide. Aussi, ne
vous étonnez pas si l’aiguille de votre pèse-personne a tendance à
osciller d’un extrême à l’autre lorsque vous sentez un peu trop de
pression autour de vous. Songez plutôt à vous défaire de cette
pression.
Une alimentation équilibrée, peu riche en gras saturés, contribue,
cela va sans dire, au maintien d’un poids standard.
Une alimentation équilibrée, c’est en vérité peu de choses: des
fruits et légumes en grande quantité, des fibres, des poissons
gras, des légumineuses, un peu de viande, etc. Le reste, comme toujours, est affaire de goût.
Pour conserver un poids égal ou sensiblement égal (si ce poids
vous convient, bien sûr), rien de mieux que la pratique d’un exercice régulier. L’exercice assure un bon tonus musculaire, accroît la capacité cardio-respiratoire, bref, permet au corps d’arriver à un sage équilibre.
Si vous – ou une personne de votre entourage êtes traité pour
l’une ou l’autre de ces maladies, diabète, hyperthyroïdisme,
tuberculose, suivez scrupuleusement les indications de votre médecin.
N’abandonnez surtout pas votre médication parce que vous vous
sentez mieux.
Dites-vous que le médicament que vous prenez a été dosé en fonction de votre problème spécifique et que si vous laissez tout
tomber, ses effets s’annuleront automatiquement. La maladie
alors reviendra vous hanter, et avec plus d’âpreté encore.

Attention!
Si vous suivez un régime amaigrissant et que vous perdez du poids beaucoup trop vite (exemple : 3 kilos dès la première semaine), consultez. Votre métabolisme, visiblement, est détraqué.
Il en va de même si la perte de poids enregistrée survient de façon
tout à fait abrupte, sans motif valable.

 

 

 

Commentaires