Odeurs corporelles (aine, aisselles, pieds, etc.)

Odeurs corporelles (aine, aisselles, pieds, etc.)

Causes et Symptômes associés

Hyperhydrose – Sueur sur tout le corps ou localisée.

Mauvaise hygiène corporelle – Variables.

Pied d’athlète – Apparition de cloques, crevasses entre les orteils.

Pneumonie – Battements de cœur rapides, douleurs thoraciques lors de l’inspiration, essouflcment, fièvre, frissons intenses, lèvres violacées, toux grasse avec mucosités sanguinolentes.

Urémie – Chute du débit urinaire, convulsions, déshydratation, haleine sentant l’urine, maux de tête intenses, nausées, somnolence,
troubles visuels divers, visage enflé (enfant), vomissements.

Les responsables: les bactéries
Les odeurs corporelles, en général, proviennent de l’aine, des aisselles, des mains et des pieds. Elles résultent d’un savant mélange de sueur et de bactéries.
La sueur, en soi, ne sent rien. Tout au moins ne contient-elle pas
de mauvaises odeurs. C’est uniquement lorsqu’elle se combine aux
bactéries que nous laissons proliférer sur notre corps qu’elle produit
cette « fragrance » dont nous nous passerions bien volontiers.
Le corps humain compte 3 millions de glandes sudonparcs. Celles-ci n’ont pas que pour fonction de nous gêner en certaines circonstances, loin de là. Elles servent aussi à maintenir la température du corps à 37°C et à seconder les reins en éliminant sueur et toxines. Sans glandes sudoripares, en d’autres mots, nous ne pourrions vivre. Cependant, il arrive aussi qu’elles en fassent un peu trop.

S’il s’agit d’hyperhydrose
Les glandes eccrines forment un type particulier de glandes sudoripares. Contrairement aux glandes apocrines (autre variété de glandes sudoripares, uniquement situées aux endroits pileux), elles sont disséminées par tout le corps, mais avec une nette prédominance aux mains et aux pieds. La chaleur ou le stress aidant, parfois pour des raisons purement physiologiques, il arrive qu’elles produisent de véritables flots de sueur.
Il existe 2 types d’hyperhydrose: généralisée ou localisée.
L’hyperhydrose généralisée
On ne connaît pas sa cause exacte. Mais, comme le terme l’indique, elle prend tout le corps ou presque pour cible.
Elle est liée à des maladies comme le diabète, rhyperthyroïdie,
l’obésité, à la prise de certains médicaments et à la ménopause.

L’hyperhydrose localisée
Elle est causée par le stress ou la chaleur. Elle s’en prend aux aisselles, aux mains et aux pieds ou encore aux 3 endroits à la fois.
Certaines personnes, après avoir mangé un plat très chaud, souffriront du même problème mais au visage uniquement.

Le traitement de l’hyperhydrose
Dans le cas de l’hyperhydrose généralisée, il faut d’abord traiter  la cause physiologique: maladie, prise de médicaments ou ménopause. Une fois celle-ci prise en charge, rhyperhydrose généralement disparaît, ne laissant plus dans son sillage qu’un mauvais souvenir.

L’hyperhydrose localisée, elle, est traitée à l’aide de badigeons de
chlorure d’aluminium sur les endroits responsables de l’inconfort.

S’il s’agit d’une mauvaise hygiène corporelle
Dissipons un malentendu : vous souffrez d’un problème non pas
lie à un défaut d’hygiène corporelle mais congénital.
En roccurrence, ce sont vos glandes aprocrincs qui fonctionnent
trop, et cela depuis votre adolescence tout probablement.
Les glandes apocrines forment un type à part de glandes sudoripares. A l’opposé des glandes eccrines (autre type de glandes sudoripares, que l’on retrouve sur tout le corps), elles sont situées dans les endroits pileux uniquement, endroits réputés pour dégager davantage d’odeurs. Elles émettent une sueur plus épaisse que leurs
consœurs les glandes eccrines. Cette sueur, lorsqu’elle se lie aux
bactéries présentes à la surface du corps, produit cette odeur irrésistible au goût des animaux mais « terrassante » pour les humains.

S’il s’agit du pied d’athlète
C’est un problème très commun causé par une prolifération de
champignons microscopiques.
Le principal vecteur de ce type de champignons est l’humidité. Si vous avez l’habitude, par exemple, de porter des chaussures ou des bottes qui libèrent mal l’humidité (caoutchouc, plastique, etc.) ou encore des chaussettes de fibres synthétiques (elles aussi libèrent mal l’humidité), ne soyez pas surpris si vos pieds vous jouent des tours.
Il en va de même par ailleurs si vous marchez dans les endroits publics (piscine, douches communes, trottoirs, etc.) pieds nus. Là encore, le champignon veille au grain. Beaucoup de cas de pied d’athlète sont d’ailleurs dus à un contact imprudent dans les endroits publics.
Que faire?
Plusieurs solutions s’offrent à vous.
Vous pouvez, dans un premier temps, faire l’essai d’une pommade antifongique vendue sans ordonnance. Elles ne sont pas toutes d’égale efficacité mais elles donnent parfois de bonsrésultats.
– Comme mesures complémentaires, évitez autant que faire se peut les chaussures qui favorisent l’humidité au lieu de la libérer. Égalemet. portez toujours des bas ou des chaussettes dans vos chaussures.

S’il s’agit d’une pneumonie
Consultez la rubrique Toux avec mucosités sanguinolentes dans
la section Cœur et système circulatoire/respiratoire.

S’il s’agit de l’urémie
Consultez la rubrique Convulsions dans la section Symptômes
généraux.

Attention!
Si l’odeur que dégage votre corps est fruitée ou encore rappelle
étrangement celle de l’urine, consultez dans les plus brefs délais.
Une odeur fruitée est un indice de diabète et celle de l’urine, d’urémie, une maladie qui peut avoir des conséquences graves.

 

 

 

Commentaires