Nez sec

Nez sec

Causes et Symptômes associés

Conditions climatiques ambiantes:  Démangeaisons nasales, éternuements, formation de croûtes dans les voies nasales, perturbation de l’odorat, saignements de nez

Effet secondaire provenant d’une médication: Mêmes symptômes que précédemment

Syndrome de Gougerot-Sjogren:  Assèchement de la bouche, de la gorge et des yeux, bronchite, constipation chronique, difficulté à avaler, enrouement, sécheresse vaginale Parfois : rhumatismes articulaires

Ce que vous pouvez faire 
S`il  s’agit de conditions climatiques ambiantes
La température froide de l’hiver et l’air sec qui l’accompagne, ainsi que les maisons surchauffées durant plusieurs mois constituent autant de facteurs qui peuvent assécher les délicates membranes de vos parois nasales.

Les climats chauds et secs auront, bien sûr, le même effet. Si vous travaillez par forte chaleur ou dans un milieu qui vous expose continuellement à la poussière, attendez-vous, également, à avoir le nez sec et irrité.
Bien que cela ne soit que très rarement le signe d’une maladie grave, une muqueuse nasale asséchée en permanence peut entraîner des saignements de nez persistants et, parfois, une lésion de la cloison nasale.
Pour éviter tous les inconvénients liés à un assèchement des muqueuses nasales, vous devez, en premier lieu, vous assurer que l’air
ambiant de votre maison est bien humidifié. Utilisez donc, si nécessaire, un humidificateur et réglez-le pour obtenir un taux d’humidité qui se situe entre 35 et 45 % au moins.
Outre cette recommandation essentielle, voici d’autres « trucs » qui vous seront d’un grand secours.

Buvez beaucoup d’eau
La soif ne se manifeste, bien souvent, que lorsqu’un état de déshydratation est déjà présent. Il est donc important de boire beaucoup même si vous n’avez pas soif.
– Six à 8 verres d’eau par jour devraient être suffisant pour prévenir une déshydratation de l’organisme qui, autrement, affecterait aussi vos muqueuses nasales.
N’oubliez pas qu’il est toujours préférable d’hydrater les tissus de l’intérieur plutôt que par l’application topique de crèmes

Protégez vos voies nasales
Si l’aspect extérieur de votre nez vous préoccupe beaucoup, vous devriez tout autant prendre soin de son intérieur.
Il existe, pour cela, des pommades à base de sérum physiologique que vous pouvez appliquer, au besoin, sur les membranes nasales. Vous serez en mesure de les hydrater tout en atténuant l’irritation et les démangeaisons qui accompagnent toujours un nez sec.
Un onguent de consoude ou du gel d’aloe vera peut aussi très bien accomplir cette tâche. En dernier recours, vous pouvez utiliser de la vaseline en faisant bien attention, toutefois, de ne pas en avaler par les voies respiratoires.
En effet, selon le Dr Suzan R. Winn, une allergologue de Fort Worth Allergy and Asthma Associates, au Texas, la vaseline comme toutes les gelées à base de pétrole peuvent entraîner une forme de pneumonie si elles pénètrent dans les poumons.

Au travail comme à la maison
Lorsque vous devez travailler quotidiennement dans un environnement sec ou poussiéreux, emportez votre pommade au travail et appliquez-la, au besoin, une ou deux fois durant la journée.

Résistez à la tentation
L’irritation et la formation de croûtes sont fréquentes lorsque les muqueuses nasales sont sèches. Se gratter et tenter d’enlever ces
petites accumulations devient un vrai supplice de Tantale auquel il est difficile de résister.

Un onguent de consoude ou du gel d’aloe vera peut aussi très
bien accomplir cette tâche. En dernier recours, vous pouvez utiliser
de la vaseline en faisant bien attention, toutefois, de ne pas en avaler
par les voies respiratoires.
En effet, selon le Dr Suzan R. Winn, une allergologue de Fort
Worth Allergy and Asthma Associates, au Texas, la vaseline comme
toutes les gelées à base de pétrole peuvent entraîner une forme de
pneumonie si elles pénètrent dans les poumons-, ,
Au travail comme à la maison
Lorsque vous devez travailler quotidiennement dans un environ-
nement sec ou poussiéreux, emportez votre pommade au travail et
appliquez-la, au besoin, une ou deux fois durant la journée.
Résistez à la tentation
L’irritation et la formation de croûtes sont fréquentes lorsque les
muqueuses nasales sont sèches. Se gratter et tenter d’enlever ces
petites accumulations devient un vrai supplice de Tantale auquel il
est difficile de résister.

Pourtant, en cédant à la tentation, vous ne faites qu’amplifier le problème en irritant d’avantage vos voies nasales et en accentuant
les démangeaisons.
– Rincez-vous plutôt le nez à l’eau salée de façon régulière et cessez d’arracher les croûtes qui se sont formées. Celles-ci finiront, en effet, par tomber d’elles-mêmes;
Vous pouvez, en alternance, utiliser un vaporisateur nasal salin.

S`il s’agit d’un effet secondaire provenant d’une médication
Pour les gens souffrant d’un rhume ou d’une allergie, les antihistaminiques et les vaporisateurs nasaux médicamenteux sont, bien souvent, indispensables.
Il n’en demeure pas moins que de tels médicaments peuvent parfois vous laisser face à un choix douloureux : avoir les voies nasales complètement asséchées et irritées si vous les utilisez ou, alors, avoir le nez qui coule sans arrêt si vous décidez de vous en passer.
Certains broncho-dilatateurs et les remèdes contenant de l’atropine (qui se retrouve dans les gouttes pour les yeux, les analgésiques et les médicaments pour le cœur) sont également bien connus pour leur effet asséchant sur les muqueuses nasales.
Dans de telles circonstances, il est tout d’abord important de consulter votre médecin pour vérifier s’il ne vous est pas possible de changer de médication.

Dans le cas du rhume ou d’une allergie, il existe fort heureusement des solutions de rechange qui vous permettront, tout au moins, de diminuer grandement l’utilisation d’antihistaminiques ou de vaporisateurs nasaux médicamenteux.
Dans tous les cas, vous pourrez aussi appliquer les soins mention-
nés plus haut.

S’il s’agit du syndrome de Gougerot-Sjogren
Le syndrome de Gougerot-Sjôgren est une maladie auto-immune qui se caractérise par un dérèglement des glandes lacrymales et salivaires ainsi que des autres glandes muqueuses de l’organisme. Il en résulte un assèchement prononcé de la bouche, du nez et des yeux. De plus, il est estimé que la moitié des personnes qui sont atteintes du syndrome de Gougerot-Sjôgren souffrent, également, d’arthrite
rhumatoïde. Les médecins ne connaissent pas les causes de ce syndrome qui affecte surtout les femmes âgées de plus de 45 ans. Il n’existe pas non plus de traitement médical précis.
Cependant, vous pouvez atténuer les symptômes de la maladie et éviter, aussi, de graves complications en appliquant les quelques soins de base suivants :

1. Pour maintenir une humidification constante de la cornée et des conjonctives, utilisez des gouttes et des onguents spécialement
conçus pour les yeux. Pour plus de détails, consultez Mais aussi… dans la rubrique Yeux secs dans la section Œil.
2. Pour compenser l’insuffisance des glandes salivaires, pratiquez une hygiène buccale et dentaire stricte. Pour plus de détails, consultez S’il s’agit du syndrome de Gougerot-Sjôgren dans la rubrique Bouche sèche dans la section Bouche.
3. Pour lutter contre l’assèchement des muqueuses nasales, maintenez en permanence, à la maison, un taux d’humidité de 40 a
45 %. Appliquez également tous les soins qui ont été mentionnés pour les conditions climatiques.
Enfin, si vous croyez être atteint du syndrome de Gougerot-Sjogren, vous devez bien sûr obtenir une évaluation médicale de votre état de santé.

Attention !
Il est important de consulter votre médecin lorsque votre assèchement nasal s’accompagne des symptômes suivants :
– vous vous sentez abattu ;
– vous avez des douleurs articulaires, des éruptions cutanées et de la fièvre ;
– vous avez des saignements de nez importants ou que vous ne pouvez arrêter ;
– vos muqueuses nasales asséchées dégagent une odeur nauséa-bonde.

Commentaires