Nez rouge

Nez rouge

Causes et Symptômes associés

Couperose:  Front, visage, cou et poitrine rougeâtres, nez bulbeux, pellicules, présence de petites pustules sur le nez

Érysipèle:  Douleurs, fièvre, zones enflées et rougeatres autour des veux et de la bouche

Rhinophyma:  Nez large et bulbeux aux couleurs cées, surface irrégulière et grêlée

Ce que vous pouvez faire
S’il s’agit tic lacouperos 
La couperose est une maladie chronique de la peau qui affecte des dizaines de millions de personnes à travers le monde. Elle rut diagnostiquée pour la première fois au XIVe siècle par un chirurgien français, le Dr Guy de Chauliac.
Alors associée à une consommation excessive d’alcool, la couperose était aussi appelée « pustule du vin ». Beaucoup plus tard, on la désigna sous le nom d’acné rosacée. Ce terme, encore utilisé aujourd’hui, est en réalité scientifiquement injustifié.
Tout d’abord, il a été démontré que l’alcool n’est pas responsable de la couperose. En effet, bien que boire puisse aggraver la maladie, il n’est pas rare que des gens qui ne consomment pas d’alcool en soient atteints tout aussi sévèrement.

Ensuite, les dermatologues savent, aujourd’hui, que la couperose est une maladie bien différente de l’acné. Les traitements conventionnels utilisés pour traiter un tel problème de peau risquent même d’empirer la couperose.
De plus, contrairement à l’acné qui se manifeste surtout à l’adolescence, la couperose apparaît à un âge plus avancé, soit à 30 ou
40 ans, et parfois même après 50 ans. Bien que les causes de la couperose soient mal connues, les scientifiques pensent qu’elle est liée à une hypersensibilité du réseau vasculaire de la peau du visage. Les éléments déclenchants sont, habituellement, tout facteur ou toute circonstance qui provoque des rougeurs au visage.
Celles-ci, en premier lieu passagères, apparaissent sur les joues et le menton dans le cas des femmes et surtout sur le nez chez les hommes. Avec le temps et si aucun traitement n’est entrepris, les rougeurs deviennent de plus en plus prononcées et de plus en plus permanentes, signe que la maladie gagne irréversiblement du terrain.
Des petits vaisseaux sanguins commencent, alors, à paraître à la surface de la peau aux endroits affectés. Des bosses et des pustules
peuvent éventuellement se développer, en particulier sur le nez. Dans les cas les plus graves, des excroissances tissulaires se forment. On parle alors de rhinophyma.

Agissez dès i’apparition des premiers symptômes
Un sondage effectué par Galderma Canada, une entreprise pharmaceutique située à Toronto, a montré que 70 % des personnes
atteintes de couperose peuvent ne jamais être diagnostiquées ou traitées adéquatement.
Il est aussi prouvé que les hommes sont, généralement, atteints plus sévèrement que les femmes parce que ceux-ci ont moins tendance à chercher de l’aide avant que leur maladie ne soit très avancée. Bien des gens ignorent, en fait, que les tous premiers symptômes de la couperose ne sont pas qu’une manifestation temporaire mais bien le reflet d’un état chronique qui continuera d’évoluer si rien n’est fait.
Une telle ignorance peut donc s’avérer lourde de conséquences.
En effet, la couperose risque de causer des dommages permanents au visage – au point parfois, de le défigurer. De plus, parce qu’elle évoque une hygiène inadéquate et qu’elle est toujours faussement associée à l’alcoolisme, la couperose conduit bien souvent à un manque d’estime de soi.
Fort heureusement, selon le Dr Mark Dahl, président du département de dermatologie de l’Université du Minnesota (États-Unis), non seulement on peut arrêter la progression de la maladie, mais il est possible de faire régresser les symptômes lorsqu’elle est traitée à temps.

N’attendez donc pas. Si vous croyez souffrir de la couperose, consultez sans tarder un dermatologue. Selon l’état de votre peau, celui-ci vous prescrira des crèmes médicamenteuses que vous devrez appliquer quotidiennement. Pour empêcher la progression de la maladie, vous devrez également éviter tout ce qui provoque des réactions d’hypersensibilité vasculaire liées à vos rougeurs.

Prenez soin de votre peau
Devoir appliquer une ou deux fois par jour, sur son visage, des crèmes médicamenteuses peut sembler une perte de temps, surtout pour un homme ! Pourtant, si vous souhaitez conserver votre beauté la plus intacte possible, il faudra vous plier à ce petit rituel. Faites-en un moment privilégié où, dans le calme, vous prenez le temps de vous arrêter et de vous réconforter.
Voilà comment vous pouvez procéder :
– évitez, tout d’abord, les gants de toilette rugueux qui s’accrochent à la peau. Utilisez plutôt vos doigts pour vous laver avec une crème nettoyante ou un savon non granuleux. Rincez à l’eau tiède et séchez votre visage à l’aide d’une serviette de coton épaisse, sans toutefois vous frotter ;
– lorsque votre visage est sec, appliquez votre lotion médicamenteuse. Puis, attendez 10 minutes pour étendre une crème hydratante à base d’eau, non parfumée et très douce ;
– si vous voulez camoufler vos rougeurs et redonner à votre peau une couleur naturelle, finissez votre toilette en appliquant un fond de teint vert ou jaune ;
– faites attention aux produits de beauté qui sont parfumés ou qui contiennent de l’alcool, du menthol ou de l’huile d’eucalyptus. Ils peuvent avoir une action irritante sur une peau sensible. Si vous utilisez déjà une crème que vous soupçonnez être irritante, changez de produit. Vous pouvez toujours demander conseil auprès d’une esthéticienne.

Apprenez à contrôler votre stress émotionnel
Si la moutarde vous monte facilement au nez, faites attention car c’est bien votre appendice nasal qui risque d’en être marqué pour le restant de vos jours !
En effet, pour 90 % des personnes souffrant de couperose, le stress émotionnel est le facteur prédominant qui est responsable des rougeurs au visage et qui, de ce fait, aggrave leur état. Cela s’explique par le fait que l’adrénaline relâchée dans de telles situations exerce une action très dilatante sur les vaisseaux sanguins.
Bien sûr, la colère n’est pas la seule forme de stress à pouvoir enflammer de la sorte votre visage. L’anxiété et l’inquiétude sont, elles aussi, en tête de liste. Viennent ensuite les problèmes familiaux et le travail.
Mais, peu importe les situations qui vous affectent, vous devez avant tout apprendre à contrôler vos réactions. Ainsi, une étude récente a démontré que 92 % des gens qui incorporent dans leur vie des techniques de relaxation, de méditation ou de contrôle de stress réussissent à réduire la fréquence de leurs crises de rougeur.
Plusieurs choix s’offrent à vous pour atteindre un tel but.

– Les techniques de relaxation et de méditation sont nombreuses et variées. Celles qui font appel à la visualisation, au contrôle de la
respiration et à la prise de conscience du corps sont, généralement, les plus efficaces pour réduire le stress émotionnel. Trouvez donc une méthode qui vous convienne et pratiquez-la tous les jours.
– L’exercice physique et les activités sportives sont, aussi, une bonne façon de vous libérer des tensions physiques et mentales accumulées. Toutefois, pour ne pas aggraver votre couperose, évitez de vous pousser physiquement à bout. (Voyez plus loin Des exercices, mais avec modération).
– Ne vous jetez pas dans la gueule du loup inutilement. Si vous savez, par exemple, que les bouchons de circulation vous font enrager, évitez-les en modifiant votre horaire quand cela est possible.
– Si vous êtes un amateur de café, diminuez votre consommation.
– Une bonne nuit de sommeil est essentielle pour commencer la journée du bon pied. Si vous souffrez de troubles du sommeil, déterminez-en la cause pour remédier à la situation.

Les aliments qui sonnent l’alarme
Tout comme le stress, l’alimentation peut être un facteur déterminant dans la progression de la couperose. Ainsi, les aliments qui vous réchauffent, qui vous procurent des bouffées de chaleur soudaine ou qui dilatent vos capillaires entraîneront, à coup sûr, des
réactions de rougeur sur votre visage. Bien entendu, tous les individus ne sont pas affectés de la même manière. C’est donc à vous de déterminer quels sont les aliments les plus susceptibles d’aggraver votre couperose. Comme point de départ, vous pouvez quand même suivre ces quelques recommandations.
– Devant un délicieux chocolat chaud, un café ou un bouillon de poulet encore fumant, soyez patient. C’est, en effet, la chaleur de ces boissons – et non leurs substances – qui peuvent induire des rougeurs en vous réchauffant trop fortement. Prenez donc toujours le temps de souffler sur vos boissons chaudes avant de les boire. Idéalement, vous ne devriez ressentir aucune bouffée de chaleur en les consommant.
– Le poivre noir, le poivre de cayenne, le paprika, les piments forts et toutes les autres épices fortes font l’effet de vrais petites bombes sur un système vasculaire hypersensible. Si vous aimez la cuisine mexicaine ou indienne, apprenez donc simplement à la déguster sans épices.
– Bien que l’alcool, comme nous l’avons mentionné, n’est pas responsable de la couperose, son action dilatante sur les vaisseaux sanguins peut aggraver vos symptômes. Buvez le moins possible d’alcool et toujours en petite quantité.
– L’histamine est une autre substance qui dilate les capillaires. Tous les aliments qui contiennent ou qui entraînent une libération d’histamine dans votre organisme sont donc à risque.
– II en va ainsi de l’aubergine, de l’avocat, de la crème sure, des épinards, de la tomate, du foie de poulet, du fromage, du yaourt, des agrumes, de la banane, de la figue, du raisin et du chocolat.

Si l’un de ces aliments accentue effectivement vos rougeurs, vous pouvez prendre un antihistaminique une heure ou deux avant de le consommer. Vous annulerez ainsi l’effet de l’histamine qu’il
contient.
– Certains malades ont rapporté avoir été affectés en consommant de la vanille, des prunes, de la sauce soja, des vinaigrettes et des viandes marinées.
– La niacine est une vitamine du groupe B qui peut causer un accès de sang au visage. Le foie et la levure de bière en contiennent beaucoup, mais ce sont surtout les suppléments de niacine dont vous devrez vous méfier. I! est à noter que l’aspirine peut contrecarrer l’effet de la niacine.
– Enfin, bien manger veut aussi dire cuisiner. Si vous avez la vocation d’un grand chef et aimez préparer les repas, évitez de travailler dans un endroit surchauffé. Assurez-vous toujours que la cuisine est bien ventilée et que de l’air frais y circule.

Des exercices, mais avec modération
L’exercice physique représente, bien sûr, une bonne façon de vous maintenir en forme tout en éliminant les tensions et le stress. Mais attention, en vous faisant transpirer et en accélérant votre circulation sanguine, le conditionnement physique risque de se retourner contre vous en provoquant des flambées de rougeur. Tout comme pour l’alcool, la modération aura ici bien meilleur goût.
Prenez donc ces quelques précautions.
– Lors de vos exercices, ne vous poussez pas à bout et ne surchauffez pas votre organisme. Un effort modéré soutenu de façon prolongée sera tout aussi bénéfique pour votre santé, peut-être même plus. Ainsi, plutôt que de pratiquer intensément le jogging, vous pouvez par exemple faire de la marche rapide.
– Durant les journées chaudes de l’été, faites vos exercices tôt le matin quand l’air est encore frais. Dans la maison, assurez-vous toujours d’avoir une bonne ventilation.
– Si vous commencez à souffrir de la chaleur, ayez à portée de main un vaporisateur rempli d’eau fraîche et aspergez-en votre visage. Buvez toujours beaucoup d’eau pour éviter de vous déshydrater.
– Sucer un morceau de glace peut prévenir la dilatation des vaisseaux sanguins en faisant baisser rapidement votre température.
– Si vous vous adonnez à un sport en plein air, protégez toujours votre peau avec une crème solaire.
– Le tiers des gens atteints de couperose est affecté par le temps froid et le vent. Lorsque vous faites du ski ou tout autre activité extérieure, protégez donc bien votre visage. Utilisez des crèmes hydratantes pendant les mois d’hiver froids et secs.
– Ne finissez pas vos séances d’entraînement par une douche bien chaude ou un sauna. La chaleur ne fera, une fois de plus, que dilater tous les vaisseaux sanguins de votre corps.

S’il s’agit d’érysipèle
L’érysipèle est une infection bactérienne de la peau causée par un streptocoque. Elle est, généralement, associée à une plaie dans la
peau. De la fièvre est présente et des boursouflures peuvent, éventuellement, apparaître.
– Un traitement aux antibiotiques est efficace lorsqu’il est entrepris à temps.

S’il s’agit de rhinophyma 
La rhinophyma est la conséquence d’une hyperactivité des glandes sébacées du nez.
– Au bout de plusieurs années, si rien n’est fait, le nez devient énorme, bulbeux et de couleur violacée. Seule la chirurgie esthétique peut alors corriger la situation.

Commentaires