Nez bouché

Nez bouché

Causes et Symptômes associés

Blessure ou malformation du nez:  Douleur dans le cas d’une blessure, respiration difficile dans le cas d’une malformation du nez

Cancer du nez:  Eternuements, saignements de nez récurrents

Corps étranger:  Obstruction nasale d’un seul côté, mucus malodorant

Grippe:  Brûlures dans les yeux, faiblesse musculaire, fièvre, frissons, gastro-entérite, maux de gorge, maux de tête, muscles douloureux, obstruction des fosses nasales avec écoulements, somnolence, sueurs nocturnes, toux sèche avec ou sans mucosités

Intolérance au lactose:  Bruits abdominaux, crampes abdominales, diarrhées, flatulences, retard de croissance et perte de poids chez le nourrisson, selles flottantes. Parfois : sang dans les selles, selles très malodorantes, vomissements

Polypes nasaux:  Augmentation du volume des sécrétions nasales, mauvaise haleine

Rhume:  Écoulements nasaux, gorge irritée, mauvaise haleine, somnolence, sueurs nocturnes, toux sèche avec ou sans mucosités, voix nasillarde

Sinusite:  Douleurs faciales et oculaires, fatigue, fièvre, gorge irritée, grande quantité de mucus vert et jaune, larmoiements, mauvaise haleine, maux de tête, toux sèche avec ou sans mucosités, voix nasillarde

Si, comme le croyait Rostand, le nez est un organe qui vous confère du prestige personnel et social, il peut, dans certaines circonstances, vous rendre la vie tout à fait misérable.
Quoi de plus désolant, en effet, que de se retrouver avec un nez bouché, des sinus congestionnés et un bon mal de tête. Réduit, alors, à respirer la bouche entrouverte, à la recherche d’un remède pour soulager votre mal, vous avez immanquablement l’air hébété et
perdu.  Tel est bien le scénario classique que doivent endurer les personnes victimes d’une sinusite carabinée !
A un moindre degré, le rhume des foins ou une rhinite vasomotrice peuvent également vous infliger pareils tourments. Toutefois, les écoulements nasaux clairs et abondants qui sévissent durant les crises allergiques vous permettent facilement de les différencier de la sinusite.

Ce que vous pouvez faire
S’il s`agit d’une blessure ou d’une malformation du nez
Les infections et les allergies ne sont pas les seuls problèmes de santé à pouvoir vous empêcher de respirer normalement. Une fracture du nez, par exemple, peut très bien plusieurs années après l’accident entraîner progressivement une obstruction. Il en va de même d’une déformation du nez à la naissance ou d’un développement anormal du septum nasal, cette cloison cartilagineuse qui sépare vos deux narines.
De tels facteurs ne sont pas aussi rares qu’on pourrait le croire. II faut savoir, en effet, que 7 % des nouveau-nés subissent durant l’accouchement des blessures nasales importantes.

S’il s’agit d’un corps étranger 
Dans le cas des enfants qui se retrouvent avec une seule narine obstruée, il faudra plutôt vérifier la présence d’un objet quelconque inséré dans leur nez tel une fève, un pois ou un bouton.
II est à noter, cependant, que l’hypertrophie des végétations adénoïdes demeure, chez les enfants, la cause la plus fréquente de l’obstruction nasale.

S’il s’agit d’une intolérance au lactose 
La toute première chose à faire est d’identifier la cause de votre allergie. Environ 10 % des gens qui souffrent de façon chronique d’un nez bouché sont en fait simplement allergique au lait, estime le Dr Alexander Chester, qui enseigne à la faculté de médecine de l’Université Georgetown, à Washington. Commencez donc par éliminer de votre menu les produits laitiers, pour bien vérifier qu’ils ne sont pas responsables de votre congestion nasale.

S’il s’agit de polypes nasaux
Votre nez bouché pourrait aussi être dû à la présence d’un polype. Il s’agit d’une excroissance infectée de la muqueuse nasale, qui semble être associée aux allergies. Des polypes peuvent très bien passer inaperçus lorsqu’ils sont petits et peu nombreux. Mais, en règle générale, ils se développent suffisamment pour envahir les voies nasales et en obstruer le passage.
– Dans un tel cas, pas besoin d’aller à l’hôpital pour vous les faire enlever. En effet, votre médecin peut, à son cabinet, procéder à
l’ablation de vos polypes par une simple opération effectuée sous anesthésie locale.

S ‘il s’agit d’une sinusite
Autant le rhume est-il une infection virale, autant la sinusite est une infection bactérienne. Mais cela n’empoche nullement ces deux maladies de cohabiter.
En effet, lorsque vous attrapez un rhume, la résistance de vos muqueuses nasales contre les bactéries diminue grandement. C’est la raison pour laquelle la sinusite se manifeste souvent comme le prolongement du rhume, soit de 5 à 7 jours après son début.
Dès lors, l’infection bactérienne accentue l’inflammation des tissus muqueux tout en augmentant la quantité des sécrétions nasales.

De plus, le mucus s’épaissit et prend une couleur jaunâtre. Vous avez mal à la tête et vos sinus congestionnés créent une pression douloureuse autour des yeux. Vous pouvez aussi avoir une fièvre de 39°C et plus (et dans ce cas, consultez votre médecin sans tarder !). On parle alors de sinusite aiguë. Cependant, une ou plusieurs sinusites aiguës mal soignées peuvent conduire à la sinusite dite chronique. En plus d’avoir l’impression de traîner continuellement un rhume et d’avoir le nez congestionné, vous noterez que des écoulements nasaux et postnasaux s’installent de façon permanente. Vous avez aussi mal à la gorge et toussez sans arrêt. La sensibilité de votre odorat diminue grandement et vous avez une mauvaise haleine. Vous pouvez avoir mal à la tête et avoir une fièvre légère inférieure à 38°C
Il est à noter que la sinusite chronique est également associée aux allergies, à la présence de polypes, ou encore, à une déviation de la cloison nasale. De façon générale, si la sinusite aiguë répond bien aux traitements antibiotiques, la sinusite chronique requiert parfois une intervention chirurgicale. Mais, quoi qu’il en soit, c’est toujours un mauvais drainage du système qui favorise la prolifération des bactéries propices à l’infection des sinus. Vous devez donc commencer par libérer et nettoyer vos voies nasales de tout leur mucus infecté.

L’utilisation de l’eau salée puui ucuuycr voue nez agit à un double niveau, d’une part, en désinfectant vos muqueuses nasales et, d’autre part, en vous permettant d’évacuer tout le mucus qui bouche votre nez. C’est une technique que les pratiquants du yoga utilisent depuis des siècles pour faciliter leurs exercices de respiration. Mélangez et dissolvez bien, dans un demi-verre d’eau, environ de cuillerée à thé de sel. Puis, à l’aide d’une cuillère à soupe, aspirez alternativement par chaque narine l’eau salée. Faites ce petit rituel aussi souvent que vous en avez besoin.

Offrez à votre nez les vapeurs réconfortantes d’un délicieux bouillon de poulet
Il est toujours recommandé de boire beaucoup lorsque vous êtes enrhumé. La chose est encore plus nécessaire si votre rhume évolue en sinusite. Et selon le Dr Irwin Ziment, professeur de médecine à l’Université de Californie, à Los Angeles, le bouillon de poulet demeure l’un des liquides les plus efficaces pour décongestionner votre nez bouché.
En effet, le bouillon de poulet contient de la cystine, un acide aminé dont les propriétés chimiques s’apparentent à celles de Pacétylcystéine, un médicament qui augmente la quantité du fluide dans les bronches et favorise l’expectoration du mucus.
Une étude scientifique effectuée par le Dr Marvin Sackner, un spécialiste des poumons au Mount Sinai Médical Center, à New
York, a même démontré que les vapeurs émanant du bouillon de poulet agissaient en elles-mêmes, comme un puissant décongestionnant.
– L’idéal est donc de vous préparer un bouillon de poulet bien chaud et, tout en le laissant refroidir avant de le consommer, d’en respirer les vapeurs pendant 5 à 10 minutes.

Profitez-en pour épicer un peu votre vie…
De nombreux expectorants et décongestionnants vendus aujourd’hui en pharmacie contiennent des ingrédients actifs très similaires à ceux retrouvés dans certaines épices comme les piments
forts, le raifort, l’ail et la moutarde. Hippocrate avait donc bien raison de prescrire des piments pour soigner les infections respiratoires. Ainsi, la capsaïcine, ingrédient actif retrouvé dans le piment rouge, agit en stimulant les terminaisons nerveuses de la bouche, de la gorge et de l’estomac. Celles-ci, en retour, activent des glandes qui, instantanément, se mettent à sécréter abondamment des fluides au niveau des yeux, du nez et des bronches.
N’hésitez donc pas à bien épicer vos repas 2 ou 3 fois par semaine

… mais évitez bien l`alcool
L’alcool contient des sous-produits de fermentation comme la tyramine et le tanin qui feront gonfler vos muqueuses nasales encore plus et bloqueront de la sorte vos sinus, signale le Dr Alexander Chestcr, déjà cité plus haut.
Toutefois, les spiritueux auraient un effet moins marqué que le vin ou la bière.

L`ail, plus que jamais
Les propriétés antiseptiques et antibiotiques de l’ail sont, dans le cas de la sinusite, tout à fait appropriées puisqu’il est, ici, question d’une infection bactérienne. De plus, l’ail a la capacité de régulariser
le flot de mucus. Toutefois, n’oubliez pas que pour bénéficier de ses bienfaits, vous devez le manger cru. De une à deux gousses par jour, selon votre facilité à les digérer, devrait être suffisant.
Rajoutez Pail finement haché à votre plat principal ou à votre bouillon au moment de le consommer.

Attention !
N’abusez pas des antihistaminiques. Ceux-ci, après un usage prolongé, risquent en effet d’assécher vos muqueuses nasales et de rendre encore plus difficile le dégagement de vos sinus. N’utilisez pas de décongestionnants pendant plus de 3 ou 4 jours d’affilée. Autrement, une réaction de rebond qui vous laissera
encore plus congestionné qu’auparavant risque de se produire lors-
que vous arrêterez d’en prendre. Evitez de vous moucher avec trop de force. En effet, dans le cas où la véritable cause de votre nez bouché serait un objet ou un polype, vous risqueriez de vous abîmer les voies nasales plus qu’autre chose.
Une sinusite qui n’est pas traitée peut entraîner de sérieuses conséquences. L’infection qui a le champ libre peut, en effet, évoluer en otite moyenne, en bronchite aiguë ou en pneumonie. Il existe même des risques de méningite. Vous ne devez donc absolument pas négliger ou tarder à soigner votre maladie. Consultez sans tarder votre médecin lorsque votre état emoire ou si vous avez une fièvre supérieure à 39°C.

Commentaires