Miction douloureuse

Miction douloureuse

Causes et Symptômes associés

Arthrite gonococcique (chez l’homme) –  Douleurs aiguës dans la région de la prostate, fièvre, inflammation le plus souvent localisée au genou, à la cheville ou au poignet; tissus environnants qui deviennent
rouges, chauds et très douloureux au toucher et au mouvement (le mauvais temps aggrave les douleurs), mictions nocturnes fréquentes et difficiles

Blennorragie (gonorrhée) Aucun d’abord. Ensuite:

– Chez la femme: douleur «nominale-rapports sexuels douloureux, pertes blanchâtres ou jaunâtres qui ternissent les urines, saignements inhabituels (ces symptômes qui n’apparaissent que tardivement peuvent varier d’une femme à l’autre);

– Chez l’homme: écoulements urétraux de pus, mictions fréquentes et impérieuses sensation de brûlure à la miction, urines troubles.

Calculs de la vessie – Démangeaisons, miction fréquente, pus et sang dans les urines.

Cancer de la vessie – Anémie, fièvre, miction fréquente, perte de
poids, reins douloureux (au niveau lombaire), rétention d’urine, sang en fin de miction.

Cystite de la jeune mariée – Difficulté à uriner, incontinence urinaire, miction fréquente et impérieuse, miction nocturne, sang dans les urines, sensations de brûlure à la miction, urines nauséabondes et troubles, urines peu abondantes (parfois).

Prostatite – Augmentation du volume de la prostate, douleur dans la région de la prostate, fièvre élevée, miccion fréquente avec du sang, présence de sang dans le sperme (parfois), urines peu abondantes et troubles.

Pyélonéphrite aiguë – Fièvre, frissons, miction fréquente et impé
rieuse avec du sang, reins douloureux, urinés peu abondantes, urines troubles et foncées.

Pyélonéphrite chronique – Miction fréquente et impérieuse (jour nuit), reins douloureux, urines troubles.

Trichomonase

– Chez la femme: démangeaisons et rougeurs vulvaires et vaginales, douleurs à la pénétration, mictions provoquant une odeur
désagréable, pertes jaunâtres et nauséabondes.

– Chez l’homme: parfois aucun. Écoulements urétraux le matin, inflammation du sillon balanopréputial (sillon à la base du gland), méat urinaire rouge et gonflé.

Pourquoi avez-vous mal?
Eprouver une douleur plus ou moins cuisante lors de la miction, cela arrive à tout le monde. Cela ne signifie pas, loin de là, que vous soyez victime d’une infection ou que votre vessie fourmille de calculs. Tout simplement, il est fort probable que votre urine soit unpeu trop acide.
Certains aliments sont tout particulièrement acides: les abats surtout et aussi, mais à un moindre degré, les viandes et les volailles.
Ne vous inquiétez donc pas outre mesure si, à l’occasion, il vous
arrive de ressentir une brûlure en urinant. Essayez seulement de
vous rappeler ce que vous avez mange la veille. Là réside sans nul
doute la clé du mystère.
Mais si ce que vous avez mangé n’est pas le grand coupable et si,
au surplus, les douleurs persistent jour après jour? Alors, c’est que
vous avez un problème.

Ce que vous pouvez faire
Très important: identifiez le type de douleur que vous ressentez.
– Est-ce une sensation de brûlure, de picotement, de démangeaison?
– La douleur apparaît-elle au début de la miction, pendant ou à la fin ?
– Est-elle brève ou, au contraire, dure-t-cllc tout le temps de la miction?
– Notez également les symptômes qui l’accompagnent.
Tous ces détails, vous le constaterez par la suite, se révéleront
fort utiles lorsque vous irez consulter votre médecin.
Pour le reste, voici la démarche à suivre!

S ‘il s’agit d’arthrite gonococcique (chez l’homme)
C’est là une forme d’arthrite désormais très rare – et plus encore
chez l’homme que chez la femme. Cette maladie fait habituellement
suite à une blennorragie.

Comme dans le cas de la plupart des MST, son traitement repose
un les antibiotiques.
Pour plus de détails sur l’arthrite gonococcique, consultez les
rubriques:
Douleurs articulaires (en général) dans la section Muscles et
squelette; (rampes menstruelles (arthrite gonococcique chez la femme) dans la section Organes sexuels et reproducteurs.

S’il s’agit d’une blennorragie (gonorrhée)
Consultez la rubrique Urines troubles dans la section Appareil
urinaire.

S’il s’agit de calculs de la vessie
À vrai dire, les calculs ne se forment jamais dans la vessie. Ils se
développent d’abord dans les reins, après quoi ils se déversent
– mais pas tous – dans la vessie.
Les enfants et les personnes âgées de sexe masculin sont souvent
les victimes de ce type de problème.
Les enfants consomment beaucoup de calcium (en particulier sous forme de produits laitiers). Or le calcium est l’une des causes
de la formation des calculs dans les reins.
Quant aux hommes d’âge mûr, ils ont beaucoup plus tendance que les femmes à avoir de l’acide urique, la deuxième grande cause des calculs. Ils consomment en effet davantage d’alcool et d’aliments contenant de la purine. deux sources majeures d’acide urique.

Que faire?
Tout dépend de la taille de vos calculs.
S’ils sont minuscules (moins de 5 mm) et que vous ne ressentez
pas d’inconfort majeur, votre médecin vous demandera sans
doute d’attendre. Au besoin, il vous prescrira un médicament qui
aidera à faire fondre vos calculs.
Chez l’enfant, la plupart du temps, les calculs disparaîtront
d’eux-mêmes dans les urines.

– S’ils sont volumineux, l’urologue procédera sans doute à un examen cystoscopique (examen de la vessie à l’aide d’un tube introduit dans l’urétrc). Après quoi, il pratiquera une lithotripsie, c’est-à-dire une opération consistant à broyer et pulvériser vos calculs pour qu’ils s’éliminent d’eux-mêmes à travers les voies naturelles. Cette opération se fait de différentes façons: par ondes de choc, au moyen d’un rayon laser, par utéroscopie (introduction encore une fois d’un tube dans l’urètre), etc. Dans presquetous les cas, cette opération est sans douleur.
– En ce qui concerne les calculs très volumineux, une opération dite « à ciel ouvert » est envisagée. En d’autres mots, une courte incision est faite dans le quadrant inférieur de l’abdomen.

Comment prévenir la formation de calculs
– Le meilleur moyen, c’est encore de limiter votre consommation
d’aliments à forte teneur en acide urique et en acide oxalique (lequel a la propriété de fixer le calcium):

  • aliments contenant beaucoup d’acide urique (ou de purinel anchois, abats, bouillon de volaille, caviar, oie, certains fruits de mer (hareng, maquereau, moules, sardines, pétoncles), levure (de bière ou à pâtisserie);
  • aliments riches en acide oxalique : haricots, bière, caféine,agrumes, oscille, epinards, tomates et rhubarbe.

Buvez également beaucoup d’eau, au moins I litre à 1 litre 1/2
par jour. C’est là le meilleur moyen de drainer vos reins.
– Si vous avez l’habitude de consommer de la vitamine D sous
forme synthétique, n’excédez jamais 400 mg par jour. La vita-
mine D a aussi pour propriété de fixer le calcium.

S’il s’agit d’un cancer de la vessie
Consultez la rubrique. Miction fréquente avec du sang dans la
section Appareil urinaire.

S’il s’agit d’une cystite de la jeune mariée
Consulte/ la rubrique Miction fréquente et impérieuse (Cystite)
dans la section Appareil urinaire.

S’il s’agit d’une prostatite
Consultez la rubrique Miction fréquente avec du sang dans la
non Appareil urinaire.

S’il s’agit d’unepyélonéphrite aiguë
Consultez la rubrique Miction fréquente avec du sang dans la
non Appareil urinaire.

S’il s’agit d’une pyélonéphrite chronique
Consultez la rubrique Reins douloureux dans la section Appareil
urinaire.

S’il s’agit d’une trichomonase
La trichomonase est une maladie vénérienne assez courante, mais
clic apparaît surtout chez les femmes.
Chez l’homme, le virus se loge dans la prostate et ne provoque
généralement pas de symptômes. Lorsque c’est le cas, les mictions
ont douloureuses et fréquentes. Que le virus provoque des symptô-
mes ou pas, si vous l’avez contracté, vous devenez contagieux et un
traitement s’impose.
Après un diagnostic aisé, votre médecin vous prescrira une théra-
peutique antiparasitaire à la fois simple et efficace.

Attention!
Si vous ne désirez pas être réinfecté de nouveau, suivez le traite-
ment en même temps que votre partenaire.
Quant au reste, le port du préservatif toujours de rigueur.
(Pour plus de détails, consultez aussi la rubrique Pertes vaginales
dans la section Organes sexuels et reproducteurs).

Mais aussi..
Si les douleurs à la miction persistent plus de 24 heures, voyez
votre médecin.
Si vous croyez avoir été infecté par le parasite de la trichomonase, demandez à votre médecin de vous faire cet autre lest, celui du papillomavirus. Ce virus accompagne parfois la trichomonase et est responsable de lésions cutanées, entre autres sur la vulve et le pénis.

En cas, encore une fois, de trichomonase. évitez les douches
vaginales. Elles risquent de repousser l’infection jusque dans
l’utérus.
Si vous avez des écoulements et que le talc aide à les faire dispa-
raître, n’hésitez pas à en faire usage, même si vous prenez déjà
des antibiotiques.

Attention!
La douleur à la miction est, la plupart du temps, un signe de ma-
ladie sans gravité. Mais il ne faut pas la négliger pour autant. Si elle
persiste et si elle est accompagnée de phénomènes un peu plus
inquiétants, comme du sang dans les urines, de la fièvre, etc., la
visite médicale est de rigueur.

 

Commentaires