mal de tete

Mal de tête

Causes et Symptômes associés

Le symptôme le plus universel
90% d’entre nous avons de temps à autre mal à la tête. En fait, le symptôme le plus universel qui soit. Et le plus désagréable,

Des maux de tête, il en est de toutes les intensités, aigu, vrillant,
pulsatile, etc., et de diverses sortes.
Dans 95 % des cas, fort heureusement, le mal de crâne, comme
l’appelle plus communément, ne porte pas à conséquence. Il est
loui au plus le signe que vous avez peut-être abusé des bonnes cho-
ou encore pas assez ou trop dormi.
C’est lorsqu’il a un caractère répétitif prononcé et qu’il induit une
panoplie de symptômes parfois éprouvants qu’il faut y regarder de
plus près.

Ce que vous pouvez faire
Il faut d’abord en identifier la cause. Beaucoup de maux de téte
(95 %) sont en réalité dus à des causes externes sur lesquelles il est
possible d’agir.
Une fois donc que vous aurez mis le doigt sur le coupable, vous
pourrez prendre vos propres dispositions et peut-être même, en
tenant compte des indications que vous trouverez plus bas, prévenir
une prochaine attaque.
S’il s’avère que vous souffrez de migraine ou encore d’une
céphalée répétitive, le mieux sera de consulter un médecin. Ces
types de maux de téte, en effet, appellent un traitement médical en
profondeur. Que vous pourrez compléter au besoin par des mesures
à caractère plus domestique.

S’il s’agit d’arthrose cervicale
Consultez la rubrique Cou raide dans la section Muscles et squelette.

S’il s’agit d’une céphalée de tension
Elle représente 9 maux de tête sur 10. Et, rassurez-vous, elle est
très rarement cause de problèmes sérieux.
Elle survient souvent le matin, au réveil, ou dans le courant de
l’après-midi. Elle est presque toujours accompagnée d’une raideur
désagréable de la nuque, signe que les muscles du cou sont contractés.
Les causes de la céphalée de tension sont diverses. Ce peut être le
stress, la fatigue, des yeux surmenés (au bureau, par exemple) ou tout simplement une mauvaise posture de la tête pendant le sommeil.

Comment faire face à une céphalée de tension
N’attendez pas : dés les premiers signes du mal, si possible, prenez un analgésique, aspirine ou paracétamol. Si vous tardez à réagir, la douleur sera plus difficile à chasser.
Au besoin, isolez-vous. Fuyez le bruit, les mauvaises odeurs, la
lumière, etc. Dormez, si vous le pouvez.

S’il s’agit d’une encéphalite
Consultez la rubrique Fièvre dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit d’un glaucome aigu
Consultez les rubriques:
– Troubles de la vision dans la section Œil, pour Glaucome;
– Yeux injectes de sang, même section, pour Glaucome aigu.

S’il s’agit d’une grippe
Consultez la rubrique Douleurs musculaires (en général) dans la
section Muscles et squelette.

S’il s’agit d’une hémorragie méningée
Elle est parfois fatale. Elle fait suite normalement à un traumatisme crânien ou à une rupture de vaisseau ayant entraîné un épanchement de sang dans les méninges. Le seul traitement possible est la chirurgie.

S’il s’agit de l’hypertension artérielle
Ici, les maux de têle surpissent en pleine nuit – troublant par le
fait même votre sommeil – ou encore au réveil.
Dans 90 % des cas, on ignore l’origine de l’hypertension arté-
rielle. On parle alors d’hypertension artérielle essentielle (ou H.A.F.),
une maladie dont souffrent environ 500.000 Français.
L’hypothèse la plus probable, pour l’instant, veut qu’elle soit
causée par un rétrécissement du calibre de vaisseaux sanguins des
reins, phénomène qui empêcherait ceux-ci d’être alimentes convenablement en sang.
En réaction, les reins libéreraient dans le sang un excès de rénine.
une substance qui. en se combinant avec une autre en provenance du
foie, l’angiotensinc. provoquerait une élévation de la pression artérielle.
En tout état de cause, l’hypertension artérielle est une maladie
grave. Lorsqu’elle n’est pas traitée – et il arrive, hélas, que ce soit le
cas -, elle peut dégénérer en complication sérieuse: hémorragie
méningée, accident vasculaire cérébral, insuffisance cardiaque, etc.
Les causes connues
Dans 10 % des cas, nous retrouvons la surconsommation de sel,
une maladie rénale (cause la plus fréquente), une artériopathic (maladie des artères) et un déséquilibre glandulaire.
Lorsque l’on connaît la cause de l’hypertension artérielle, à
savoir lorsqu’elle liée à une pathologie ou à un abus, on la considère
comme un symptôme.
Pour en savoir plus long sur l’hypertension artérielle en tant que
symptôme, reportez-vous à Hypertension artérielle dans cette même
section (Symptômes généraux).
En 24 heures, la pression artérielle varie beaucoup
En effet, elle est à son plus bas vers le milieu de la nuit. Au réveil, elle s’élève, pour atteindre son apogée vers midi.
Par la suite, elle diminue quelque peu pour connaître une autre
remontée vers le soir.

S’il s’agit d’hypoglycémie
Consulte/ la rubrique Étourdissements dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit de la maladie de Norton
Elle frappe en grande majorité les femmes de 60 ans et plus. Sa cause est inconnue. Il s’agit d’une inflammation des artères temporales, raison pour laquelle la douleur se fait uniquement sentir aux tempes.
Seul un examen sanguin associé à une biopsie de l’artère tempo-
rale permet de faire un diagnostic précis. Le traitement est basé sur
la prise de corticostéroïdes.

S’il s’agit de la maladie de Lyme
Consultez la rubrique Inflammation des articulations dans la
section Muscles et squelette.

S’il s’agit d’une méningite
La méningite donne des maux de tête très pénibles accompagnés
d’une extrême raideur de la nuque.
Cette maladie fait habituellement son apparition l’hiver, au sein
de petites collectivités: caserne, collège, pensionnat, etc. Dans 70 %
des cas, elle frappe les enfants en dessous de 5 ans; pour le reste, ce
sont des personnes de moins de 30 ans.
La méningite est une maladie contagieuse – et dans certains cas,
très dangereuse – qui s’attaque aux méninges, c’est-à-dire aux enveloppes fibreuses qui protègent l’encéphale et la moelle épinière. Le liquide céphalo-rachidien (il entoure le système nerveux) est aussi
atteint par la même occasion.
Il existe plusieurs sortes de méningites dépendant de l’origine (bactérie, virus ou champignon) : à cryptocoque, à méningocoque, à pneumocoque, à staphylocoque, à gram négatif, grippale, tuberculeuse, etc.

Attention!
Consultez dans les cas suivants: si vous avez mal à la tête depuis 3 jours, avez de la fièvre, avez le cou très raide, éprouvez des troubles de la vision, ou si le mal est très sévère et revient périodiquement.

 

 

Commentaires