Jaunisse

Jaunisse

Causes et Symptômes associés

Anémie: Amaigrissement, confusion mentale, démangeaisons cutanées sans éruptions, diarrhée, douleurs diffuses, engourdissement et picotements dans les extrémités, essoufflement, étourdissements, faiblesse, frigidité, impuissance, insuffisance cardiaque, langue rouge et sensible, lèvres violacées, manque d’appétit, manque de coordination, nausées, pâleur extrême, palpitations, saignements de nez, teint jaunâtre, vertiges, vomissements

Calculs biliaires: Acidité gastrique, flatulences importantes, éructations, légère jaunisse, lourdeur suite aux repas, pouls rapide (lorsqu’un calcul entre dans les conduits biliaires, il provoque des phases de douleur atroce entrecoupées d’accalmies. La douleur irradie en demiceinture au niveau abdominal

Chirrhose du foie: Amaigrissement, apparition de tacnes rougeâtres, athrophie des testicules – chez l`homme, bien sûr -, coma, durcissement et grossissement du foie, flatulences, foie sensible à la palpation, grossissement des seins chez l’homme, haleine fétide, hémorragies diverses (hémorroïdes, saignement du nez, selles sanglantes, vomissements de sang), jaunisse, nausées, œdème de l’abdomen, selles noires, vomissements

Grossesse: Arrêt des menstruations, augmentation du volume des seins, baisse de libido, démangeaisons cutanées au niveau abdominal lorsque le ventre commence à grossir, engourdissements, étourdissements, fatigue, lourdeurs dans les jambes, maux de tête, nausées, œdème localisé dans les extrémités (pieds et chevilles), perte d’appétit, pertes vaginales inhabituelles, pouls accéléré, prise de poids (mais amaigrissement quand la grossesse se déroule anormalement), sensibilité des seins qui dure plus de 2 semaines, varices, vomissements

Hépatite virale de type A: Blanc des yeux jaune, courbatures, démangeaisons généralisées avec ou sans éruptions, fièvre modérée, hypertrophie et sensibilité du foie, fatigue extrême, hoquet, jaunisse, mauvaise haleine, nausées, perte d’appétit, selles claires, sueurs nocturnes, urines foncées

Hépatite virale de type B: Mêmes symptômes que pour l’hépatite virale de type A + épisodes d’arthrite possibles avant l’apparition de la jaunisse

Hépatite virale de type C: Mêmes symptômes que pour l’hépatite virale de type A

Infection néonatale (ictère grave néonatal): Jaunisse débutant dans les 24 heures qui suivent la naissance

Jaunisse du nouveau-né (ictère physiologique): Jaunisse légère apparaissant le 2e ou le 3e jour et disparaissant d’elle-même au bout d’une ou deux semaines, yeux jaunes

Réaction allergique à un médicament: Mêmes symptômes que pour une hépatite toxique

Toxémie gravidique: Amnésie, bourdonnements d’oreille, convulsions, douleurs abdominales très fortes, étourdissements, gain de poids rapide (jusqu’à 1 kg par semaine), hypertension artérielle, maux de tête intenses, œdème généralisé, perte de conscience (après les convulsions), sensation de malaise général (au début), troubles visuels, vertiges, vomissements

Troubles du pancréas: Douleurs subites et atroces dans la régionabdominale, pouls accéléré, vomissements intenses

S’il s’agit de calculs biliaires
Le foie accumule parfois des substances minérales qui, à la longue, peuvent former des calculs. Tant que la taille de ces calculs ne dépasse pas celle d’un grain de riz, aucun problème majeur ne se
pose. Par contre, si les calculs sont plus importants, ils ne passeront pas inaperçus. Lorsqu’un calcul biliaire important pénètre dans un
induit biliaire, il peut provoquer une hépatite, une inflammation ou
encore une infection de la vésicule biliaire ou du pancréas. C’est pourquoi une crise qui dure plus de 3 heures nécessite un traitement chirurgical rapide.

Des cataplasmes pour soulager la douleur
– Cataplasme de graines de lin :
• broyez 200 g de graines de lin ;
• placez-les dans un sac de tissu bien fermé que vous immergez ensuite dans un contenant d’eau bouillante une dizaine de minutes ;
• retirez le sac, laissez-le refroidir légèrement et posez-lc sur la zone douloureuse.
– Cataplasme d’argile :
• détrempez un peu d’argile avec de l’eau froide et appliquez-la sur la région du foie. Maintenez en place 2 heures ;
• si les cataplasmes sont bien supportés, augmentez la quantité d’argile utilisée après quelques jours.

Souvenez-vous que l’argile ne doit jamais être mise en contact
avec du métal, sinon elle perd ses propriétés thérapeutiques.
Feuilles de chou :
• ébouillantez une grande feuille de chou afin de la ramollir, puis appliquez-la sur la région du foie. Ce cataplasme soulage la douleur en même temps qu’il aide à faire passer les calculs.

S’il s’agit d’une cirrhose du foie
La cirrhose du foie est souvent associée à l’alcoolisme mais la prise des médicaments mentionnés plus haut, l’exposition à des substances toxiques et l’hépatite peuvent aussi conduire à une cirrhose du foie. Compte tenu de la gravité de la maladie, un suivi médical s’impose d’emblée. Vous pouvez, par ailleurs, améliorer les traitements médicaux par des soins maison. Voici quelques suggestions.

Des cataplasmes d’argile
Appliquez soir et matin un cataplasme froid ou tiède – à la rigueur – d’1 centimètre d’épaisseur. Si ces derniers sont bien supportés, vous pouvez passer à des cataplasmes de 2 centimètres au bout de quelques jours. Vous pouvez garder les cataplasmes toute la nuit.

Quelques suppléments alimentaires
Alcoolisme va souvent de pair avec malnutrition. Dans les cas d’une cirrhose provoquée par l’alcoolisme, la prise de suppléments alimentaires s’avère une mesure quasi essentielle pour aider le foie à se régénérer. Ainsi en est-il des vitamines A, B, C, D et E et de plusieurs minéraux et oligo-éléments (choline, inositol, calcium,
magnésium, zinc, chrome).
– Consultez une diététicienne ou un naturopathe pour des recommandations plus précises. Les besoins varient d’une personne à
l’autre.

S’il s’agit d’une grossesse
Le branle-bas hormonal des premiers mois de grossesse impose une surcharge de travail au foie et au pancréas. Ces derniers risquent alors de montrer quelques signes de fatigue, d’où une éventuelle jaunisse, généralement légère, et une grande fatigue généralisée. Prenez beaucoup de repos et appliquez les quelques recommandations que nous vous proposons ci-dessous dans Mais aussi…

Pour plus de détails sur la grossesse, consultez aussi les rubriques suivantes :
– Douleur des seins dans la section Organes sexuels et reproducteurs;
– Pertes vaginales dans la section Organes sexuels et reproduc-
– Démangeaisons cutanées sans éruptions et Œdème localisé dans la section Peau, cheveux et ongles ;
– Nausées et/ou vomissements dans la section Système gastro- intestinal.

S’il s’agit d’une hépatite toxique
– L’hépatite toxique est une inflammation du foie très grave qui résulte de l’ingestion de substances toxiques telle que : acide borique et borates, arsenic, arsine, cuivre et dérivés, hydrocarbures, insectifuges, mercure, organochlorés (insecticides), paradichlorobenzène, paraquat (insecticide), phénol et dérivés, plomb.
– Certains médicaments, si vous les utilisez en trop grande quantité ou sur de longues périodes, peuvent aussi provoquer une hépatite toxique. Parmi les plus à risque figurent : les médicaments antituberculeux, l’halothane, le phénothiazine, les antidépresseurs, les contraceptifs oraux, les stéroïdes anabolisants, le méthyldopa, les
inhibiteurs de la monoaminc-oxydase, le paracétamol et l`érythromycine.
– En présence des symptômes mentionnés dans le tableau, rendezvous d’urgence dans un centre hospitalier. Le traitement consiste à identifier et à supprimer la substance qui empoisonne votre organisme
La guérison ou le décès sont, bien sûr, directement liés à la gravité de l’intoxication et à la rapidité de l’intervention médicale.
– Si vous ne pouvez vous rendre immédiatement au service des urgences, téléphonez à un centre anti-poison pour connaître les mesures à prendre d’urgence. Ayez sous la main le contenant de la substance ingérée le cas échéant.

S’il s’agit d’une hépatite virale de type A
Elle se transmet par voie digestive, plus précisément par les selles, l’eau et la nourriture. L’hygiène est la clé de la prévention. Dans la plupart des pays du Tiers-Monde, elle sévit à l’état endémique.
En Europe, où les conditions d’hygiène sont plus sévères, elle exerce des ravages mais à un niveau tout de même restreint. La consommation d’eau contaminée ou de fruits de mer mal cuits en
provenance du Tiers-Monde en sont les causes les plus fréquentes.
– Soyez particulièrement vigilant quant aux installations sanitaires
et n’oubliez pas de vous laver les mains lorsque vous sortez des toilettes.
– Nettoyez toujours les aliments que vous portez à votre bouche. L’eau que vous buvez doit également être au-delà de tous soupçons.
– Méfiez-vous des baignades dans des eaux douteuses.
– Si vous côtoyez une personne contaminée ou que vous prévoyez un voyage vers une destination où les risques de contamination sont élevés, pensez à vous faire immuniser.
– L’immunisation est également recommandée aux personnes dites à risque :
• partenaires sexuels multiples ;
• voyages ou relations avec des personnes habitant des zones où la maladie existe à l’état endémique ;
• usagers des drogues intraveineuses ;
• travailleurs dans les hôpitaux, garderies, centres d’alimentation, centres dentaires, égouts, ramassage des ordures, police, service des incendies, prisons, etc.

Pour vous soigner
L’hépatite se guérit d’elle-même au bout de 5 semaines mais elle exige beaucoup de repos. Elle sape littéralement vos réserves
d’énergie. Une grande fatigue peut persister durant plusieurs semaines. En ce qui concerne votre alimentation, vous pouvez manger normalement. Par contre, limitez votre consommation d’alcool et d’aliments riches en graisses, car leur digestion impose beaucoup de travail au foie.
– Dans certains cas, l’hépatite A peut s’aggraver et être suivie de rechutes. Consultez alors votre médecin sans trop tarder.
– Enfin, si vous êtes souffrant, limitez les contacts avec votre entourage. L’hépatite est contagieuse durant environ 3 semaines, avant et après l’apparition des symptômes.

S’il s’agit d’une hépatite virale de type B
Son mode de transmission est triple : sexuel, sanguin et fœtomaternel. Les utilisateurs de drogues intraveineuses, le personnel médical et les personnes qui ont subi une transfusion sanguine – le virus n’est pas toujours facile à détecter chez les donneurs de sang – sont les plus susceptibles d’être contaminés.
Cette maladie est extrêmement répandue dans les pays suivants :
Chine, Corée, Taïwan, Vietnam et tous les pays méditerranéens en
général (Grèce, Italie, etc.). En Afrique, elle existe à l’état endémi-
que. Si donc vous prévoyez voyager dans l’une de ces contrées, soyez
prévenu.
Depuis une dizaine d’années, et c’est le cas surtout en Amérique du Nord, les cas d’hépatite B ont triplé. Le plus étrange est que dans 31,5 % de ces cas, on ignore la source exacte de la contamination. Le virus de l’hépatite B provoque les mêmes symptômes que l’hépatite A mais en plus sévères. Si vous n’êtes pas traité correctement, l’hépatite B peut évoluer vers une hépatite suraiguë ou une cirrhose du foie. Sachez aussi que le virus de l’hépatite B est extrêmement infectieux : 100 fois plus que celui du SIDA.  Vous devez donc être sur vos gardes. Les mesures à prendre sont les mêmes que celles décrites dans le cas de l’hépatite A (voyez plus haut).
– Il existe également un vaccin préventif contre l’hépatite B. Il est fortement suggéré de se le faire administrer s’il y a risque que vous entriez en relation avec une ou des personnes infectées.

C’est le cas :
• des usagers des drogues intraveineuses ;
• des gens ayant relations sexuelles avec des partenaires multiples (dans le doute, utilisez toujours un préservatif).
– II en va de même si vous travaillez dans le domaine de la santé, dans un établissement psychiatrique ou pénitenciaire, si vous êtes policier, pompier ou embaumeur.

S’il s’agit d’une hépatite virale de type C
Pour ce qui est de l’hépatite C, aucun vaccin n’est disponible actuellement. Vous devez donc être vigilant. Le mode de transmission est le même que dans le cas de l’hépatite B et les mesures à prendre sont donc identiques. Si vous en êtes atteint, soignez-vous selon toutes les règles de l’art.
Vous devez cependant prendre conscience d’une chose : même si elle est aussi relativement bénigne, l’hépatite C, sur une longue période (10 ans et plus) représente un facteur de risque pour le développement d’autres maladies du foie.
De fait, de 50 à 80 % des personnes atteintes d’hépatite C finissent par souffrir de cirrhose ou d’une forme d’insuffisance hépatique.

S’il s’agit d’une infection néonatale (ictère grave néonatal)
– Pour prévenir l’ictère néonatal, une infection résultant d’une incompatibilité sanguine entre le fœtus et sa mère, vous devez
procéder à au moins 2 analyses de sang au cours de votre grosT
sesse : une première au terme du 3e mois et l’autre durant le 8e mois.
– En cas d’incompatibilité sanguine, vous ferez l’objet d’une surveillance médicale précise et régulière, et il est possible que votre
nouveau-né reçoive des soins spécifiques dès sa naissance.

S’il s’agit d’une jaunisse du nouveau-né (ictère physiologique)
C’est un problème relativement fréquent chez les nouveau-nés. Il se produit entre le 2 et le 5 jour suivant la naissance et il se résorbe en moyenne au bout de 2 semaines.
L’excès de bilirubine dans le sang du nouveau-né s’explique tout simplement par la lenteur du foie à entrer en fonction. Mais une fois l’équilibre rétabli, le corps reprend sa coloration normale.
Cette jaunisse légère qui affecte 1 nouveau-né à terme sur 5, disparaît généralement d’elle-même et sans affecter la santé du bébé.
– Si toutefois le problème persiste après 2 semaines, une visite chez le pédiatre s’impose. Il se peut que le foie de bébé soit plus paresseux que la normale. En ce cas, il faudra veiller à l’activer.
– Et c’est important ! Si la jaunisse est plus sérieuse, elle risque d’entraîner une anémie.

S`il s’agit de la maladie de Gilbert (cholémie familiale)
Voilà bien la moins grave des maladies caractérisées par un jaunissement de la peau puisque c’est là son unique conséquence. La coloration jaunâtre peu marquée et interminante ne nécessite aucun traitement.

S`il s’agit d’une réaction allergique à un médicament
Trouvez le médicament en cause et demandez à votre médecin de lui trouver un substitut. Ou encore, dirigez-vous du côté des médecines naturelles.

S`il s’agit de troubles du pancréas
Les problèmes de pancréas nécessitent des traitements médicaux urgents en cas de crise.
– Tout comme pour les problèmes liés au foie, le régime alimentaire doit être pauvre en graisses et exclure complètement l`alcool.
– Limitez également votre apport en protéines (viandes, produits laitiers, œufs, etc.). Mettez plutôt l’accent sur les hydrates de carbone (céréales, pâtes, légumes racines, etc.). Prenez des repas légers afin de faciliter votre digestion.

Mais aussi…
Pour camoufler un teint jaunâtre, vous pouvez toujours appliquer une généreuse couche de fond de teint sur votre visage mais vous seriez décidément plus sage de vous occuper de votre foie ou de votre pancréas. Ce sont généralement ces organes qui sont responsables du jaunissement du teint.

Vos aliments bénéfiques
– Pour tous les problèmes liés au foie ou au pancréas, la question alimentaire joue un rôle fondamental. Évitez de boire de l’alcool, limitez votre consommation de graisses et de sucre.
– En revanche, consommez en abondance les fruits et légumes suivants :
• carottes (cuites à la vapeur ou sous forme de jus), artichauts, cresson de fontaine, oignons, olives, asperges, céleri,
cerfeuil, laitue, ortie, endives, chicorée, persil, pommes de terre ;
• pommes, raisin, oranges, clémentines, pamplemousses et citrons.
– Voici également quelques plantes tout à fait bénëtiques pour votre foie :

Le chardon Marie
Très peu de plantes ont fait l’objet d’études cliniques mais c’est le cas du chardon Marie. Cette plante qui s’est avérée très utile pour le foie jouit donc d’une reconnaissance toute scientifique. Elle protège et régénère les cellules hépatiques, aide à traiter les hépatites virales et les cirrhoses dues à l’alcool ou à des solvants organiques. C’est d’ailleurs le seul remède réellement efficace en cas d’intoxication aux amanites phalloïdes, un champignon mortel.
– Pour profiter des bienfaits de cette plante, prenez-la en infusion ou en teinture (jusqu’à 10 ml par jour).
– Vous pouvez l’utiliser seule ou en combinaison avec de la verveine, des racines de pissenlit ou de l’artichaut. Vous pouvez aussi ajouter 5 gouttes d’hydrastis.

Le pissenlit
Prenez-le en décoction ou en teinture, seul ou en combinaison avec de la verveine, du chardon Marie, du fusain noir, de l’arbre de neige ou de l’hydrastis.

Autres mesures nécessaires 
En plus de surveiller votre alimentation, adonnez-vous régulièrement à des activités physiques, qu’il s’agisse de jardinage, de marche, de vélo, de danse, etc.
– Attention également aux émotions négatives. La colère, la peur, l’envie, etc., sont autant d’émotions qui engendrent des blocages énergétiques au niveau du foie.

 

 

Commentaires