incontinence_effort_medicaments

Incontinence urinaire

Causes et Symptômes associés

Constipation – Flatulences, langue chargée, maux de ventre, miction fréquente et excessive (parfois), migraines, sensation de lourdeur à l’abdomen.

Faiblesse des muscles du plancher pelvien – Aucun.

Hypertrophie de la prostate – Affaiblissement du jet urinaire, difficulté à vider complètement la vessie, douleurs dans la région de la prostate, gouttes retardataires, miction fréquente la nuit, miction fréquente et impérieuse, présence de sang dans le sperme (parfois), rétention d’urine (parfois).

Réaction médicamenteuse – Variables (en fonction de la médication).

Sclérose en plaques – Douleurs faciales, engourdissement, faiblesse musculaire croissante, fatigue, four millements, mouvements incontrôlable des yeux, paralysie faciale, perte de libido ou frigidité/impuissance, pertes de mémoire, raideurs musculaires, troubles de coordination (perte d’équilibre, etc.), troubles émotifs, vertiges, vision floue/ dédoublée.

Les 2 types d’incontinence

Ne vous en faites pas: des millions de Français et de Françaises
sont aux prises avec ce problème. Pour gênant qu’il soit, il n’a rien
d’insoluble.
L’incontinence urinaire se définit par une incapacité physique (et
non psychologique) à contrôler les muscles de la vessie et de l’urè-
tre. Tout dépendant de la cause, cette incapacité peut être provisoire
ou à long terme.
Une multitude de causes expliquent l’incontinence provisoire : la
prise de certains médicaments, la grossesse, l’obésité, voire le pas-
sage à la ménopause. Une fois la cause éliminée, le problème, il va
sans dire, se règle souvent de lui-même.
Il n’en va pas de même avec l’incontinence à long terme. Ici,
comme vous allez le voir, quelques précautions s’imposent.

Ce que vous pouvez faire

Vous soulevez un poids, vous riez trop fort, vous vous mouchez
bruyamment, voire vous décidez de faire un peu de jogging – et voi-
là que votre vessie fait relâche.
Ce type de malheur somme toute quotidien – est la plupart du temps lie à l’âge ou à un changement physiologique cause, par exemple, par plusieurs grossesses.

La première étape consistera donc, pour vous, à identifier la cause du problême:
– êtes-vous un constipé chronique?
– prenez-vous certains médicaments réputés pour leur effet diurétique ?
– éprouvez-vous des ennuis avec votre prostate?
les muscles de votre plancher pelvien sont-il relâchés parce
que vous souffrez d’un surplus de poids ou que vous avez subi
2 grossesses et plus?
Cela fait, voyez ce qui suit.

S’il s’agit de constipation
Consultez la rubrique Miction fréquente etexcessiye dans la
section Appareil urinaire.

S’il s’agit d’une faiblesse des muscles du plancher pelvien
Entendons par là 3 choses:
1. Le relâchement du périnée, c’est-à-dire le muscle qui soutient la
vessie.
2. La descente de la vessie proprement dite.
3. La faiblesse du sphincter urétral.
La faiblesse de muscles du plancher pelvien est un problème sur-
tout féminin. On le retrouve presque exclusivement chez celles
ayant eu plusieurs accouchements. Sa solution est simple : revivi-
fier les muscles impliqués, à savoir le périnée et le sphincter uré-
tral. Quant à la vessie, une rééducation s’impose.

Pour le périnée et le sphincter urétral: les exercices de Kegel
Ces exercices, inventes dans les années 40 par un médecin améri-
cain du nom d’Arnold Kegel. ont fait leurs preuves. Selon le Dr Jo-
seph M. Montella de l’Université Thomas Jefferson de Philadelphie,
ils sont efficaces dans 70 à 90 % des cas.
Même si vous n’êtes pas un fanatique de la prouesse physique,  sachez que les exercices de Kegel sont très faciles d’exécution. Vous pouvez les faire partout: dans une file d’attente, en lavant la vaisselle, en regardant la télévision, en faisant une marche, bref, là où nu un effort de concentration ne vous est demandé.

Leur but: redonner leur tonus aux muscles contrôlant l’évacuation de l’urine.
Vous procédez comme suit:
au moins 3 fois par jour, et 10 fois de suite, resserrez tous les muscles urogénitaux mais sans faire trop d’effort. Chaque contraction devrait durer environ 20 secondes;
répétez cet exercice pendant une période de 3 mois. Si vous ne notez aucune amélioration sensible, voyez alors votre médecin. Il se pourrait dans votre cas que la solution chirurgicale soit celle qui vous convienne le mieux. Certains médicaments ralentissant la formation de l’urine peuvent aussi vous être prescrits.

Les facteurs responsables de l’affaiblissement des muscles du plancher pelvien
Chez la femme, le grand coupable très souvent s’appelle:
les accouchements répétés. Pour les deux sexes, il s’agit de l’obésité et de la constipation.

Disciplinez votre vessie
Avez-vous tendance à écouter un peu trop votre vessie?
En d’autres termes, vous précipitez-vous aux toilettes chaque fois
que Penvic se fait sentir ? Si oui, il vous faudra reprendre les choses
en main. Bref, éduquer votre vessie.

Un moyen très simple pour ce faire est d’apprendre à espacer vos
visites aux toilettes :
– si vous êtes habitue à y aller à toutes les heures environ, ne
changez rien à cette routine pendant la première semaine ;
– à la deuxième, ajoutez une demi-heure à vos visites, et ainsi de
suite, jusqu’à ce que vous puissiez vous retenir pendant 4 heu-
res. Vous aurez alors VAINCU votre vessie.

S’il s’agit d’une hypertrophie de la prostate
Consultez la rubrique Miction fréquente et impérieuse dans la
section Appareil urinaire.

S’il s’agit d’une réaction médicamenteuse
Plusieurs médicaments sont à l’origine de l’incontinence urinaire.
Parmi eux, vous trouverez les antihypertenseurs, de même que les
antidépresseurs et les diurétiques.
Ces médicaments ont souvent un effet direct sur les reins, en
occasionnant un surplus d’urine difficile à contrôler.
Si vous croyez que de là viennent tous vos problèmes, demandez
à votre médecin de revoir votre médication. Si la chose s’avère
impossible pour des raisons liées à votre état de santé, reportez-
vous plus bas à Mais aussi…. Vous y trouverez quelques trucs et
moyens pour refréner les ardeurs de votre vessie.

S’il s agit de la sclérose en plaques
Consultez la rubrique Engourdissement dans la section Symptô-
mes généraux.

S’il s’agit de spina bifida
Le spina bifïda est une malformation congénitale de la colonne
vertébrale. Il est très rare en France.
Le traitement est uniquement chirurgical.

Mais aussi…

  • Évitez les liquides faisant unner : le jus de pamplemousse, le thé, le café et alcool.
  • Ne soulevez pas de poids trop lourds.
  • Lorsque vous urinez, interrompez-vous plusieurs fois, ceci pour en forcer votre sphincter urétral.
  • En hiver, ayez toujours les pieds au chaud. Le froid, c’est bien connu, excite la vessie.
  • Les sous-vêtements absorbants vous aideront à passer sous silence certains dégâts. Ne craignez pas d’en porter, du moins au début de votre rééducation.

Quelques remèdes homéopathiques pour vous
Arnica: si vous avez un problème d’incontinence après une chi-
rurgie.
Causticum: pour les cas d’incontinence survenant surtout l’hiver
ou après un effort.
Ferrum phos: si vous avez de la difficulté à vous retenir.
Kreosotum: si vous vous « échappez » avant d’arriver aux toilettes.
Lycopodium: si vous êtes à ce point stressé que votre vessie vous désobéit.

« La goutte qui fait déborder le vase »
Beaucoup d’hommes, surtout âgés, ont ce problème: leur miction se termine invariablement en « goutte-à-goutte ».
Résultat, ils mouillent leurs sous-vêtements sinon leur pantalon. C’est là une forme d’incontinence, bien sûr, mais légère, en pratiquant régulièrement la technique de Kcgcl, cette petite difficulté devrait normalement se résoudre. Un examen de la prostate est aussi à envisager car là gît peut-être l’origine du mal.

Attention!
Certains cas d’incontinence urinaire peuvent être dus non pas à une vessie un peu trop comprimée ou à un sphincter paresseux, mais à un désordre neurologique sévère. On appelle ces cas « incontinence
urinaire permanente ».
Dans le doute, faites-vous examiner par votre médecin.

Commentaires