Hypertension artérielle

Hypertension artérielle

Causes et Symptômes associés

Maladie des artères – Variables.

Maladie des glandes surrénales (hyperaldostéronisme
primaire, syndrome de Cushing) – Dans le cas de l’hyperaldosléronisme primaire (syndrome de Conn): hourdonnements d’oreille, crampes, faiblesse musculaire, engourdissement, fourmillements, miction fréquente et excessive, rythme cardiaque perturbé, soif excessive
– Dans le cas de la maladie de Cushing: acné, atrophie de la peau, augmentation des tissus adipeux au niveau de la poitrine, du dos, du visage (faciès lunaire) et du cou (cou de bison), céphalées, cicatrisation lente, ecchymoses, faiblesse musculaire, hypertension, impuissance, obésité, régles irrégulières (chez la femme), vergeturcs
rougeâtres.

Maladie des reins – Variables.

Sur consommation de sel – Souvent aucun.

Toxémie gravidique (ou toxémie de grossesse: pré-éclampsie/éclampsie) – Amnésie, bourdonnements d’oreille, convulsions, douleurs abdominales très fortes, etourdissements, gain de poids rapide (jusqu’à I kg par semaine), jaunisse, maux de tête intenses, œdème généralisé, perte de conscience (après les convulsions), sensation de malaise général (au début), troubles visuels, vertiges, vomissements.

Ce que vous pouvez faire
Étes-vous vraiment hypertendu?
Pour le savoir, il ne suffit pas de prendre sa tension une seule
fois. II faut revenir à la charge à plusieurs reprises, à quelques jours,
voire quelques semaines d’intervalle, jusqu’à ce le verdict ne fasse
plus de doute.

La pression systolique mesure la force avec laquelle votre cœur
expulse le sang en direction des artères.
La pression diastolique, elle, dépend du calibre de vos artères. Si elles sont petites, votre cœur devra fournir un effort supplémentaire,
et il s’ensuivra une élévation de la pression artérielle.

S’il s’agit d’une maladie des artères
Les maladies des artères, lorsqu’elles se traduisent par une vaso-
constriction, c’est-à-dire un rétrécissement, entraînent nécessairement une élévation de la pression artérielle. Le sang en effet ayant plus de difficulté à se frayer un passage, il s’ensuit un effort accru du cœur.
Les principales arténopathies responsables de l’hypertension
artérielle sont:
l’artériosclérose: voyez Jambes tendues et douloureuses dans
la section Muscles et squelette;
– l’athérosclérose : voyez Extrémités froides dans la section
Coeur et Système cireulatoire/respiratoire;
– la coarctation de Paorte : rétrécissement congénital de l’aorte
que l’on corrige par voie chirurgicale;
– la périartérite noueuse: inflammation des artères de petites
et moyennes dimensions amenant entre autre le sang aux reins.

S’il s’agit d’une maladie des reins
C’est la cause la plus fréquente de rhypertension artérielle symptomatique.
Les reins, faut-il le dire, son! très importants dans le processus de
régulation de la pression artérielle. Ils sécrètent une enzyme, la
rénine, qui en est en quelque sorte l’épine dorsale.
Lorsque la rénine demeure à un taux stable dans l’organisme,
votre pression artérielle s’élève et s’abaisse tout à fait normalement,
au gré de vos activités. Si vos reins en sécrètent trop parce qu’ils
sont malades, tout le processus s’affaisse. Ou plutôt, bondit.

Mais aussi…
L’obésité est un important facteur de risque, en ce qui concerne
rhypertension artérielle. C’est prouvé : elle est souvent la cause
de plusieurs millimètres de pression en trop sur la colonne de
mercure.
Si vous avez des kilos superflus, pourquoi ne pas vous mettre au régime pendant quelques temps ? Vous serez surpris des résultats. Peut-être même direz-vous adieu ensuite à votre hypertension.
Un conseil que tout bon médecin vous prodiguera: faites vérifier
votre pression artérielle au moins tous les ans. A la moindre montée de celle-ci, vous serez ainsi en mesure de réagir efficacement.
II est possible de prendre sa tension soi-même, encore que ce ne
soit pas vraiment nécessaire, sauf dans les cas sévères ou encore
si vous désirez vraiment savoir si vous avez ou non de hypertension.
Première étape : procurez-vous un tensiomètre (appareil pour
mesurer la pression artérielle). Vous en trouverez dans toutes les
pharmacies, de différents modèles, dont un se présentant sous la  forme d’un bracelet s’enroulant autour du poignet. Faites bien attention toutefois : certains modèles sont loin d’être fiable.

Demandez conseil à votre pharmacien.
Deuxième étape: la prise de la tension. Pour ce faire, certains
conditions sont à remplir.
1. Vous devez être au repos depuis au moins 15 minutes.
2. Vous ne devez ne pas avoir mangé, fumé ou être allé dehors par temps très froid ou très chaud depuis 1 heure.
3. Pour prendre votre tension, votre bras doit être à plat sur une table ou posé de manière oblique ; il ne doit jamais baller le long de votre corps.
4. Après avoir pris votre tension à un bras, faites de même avec l’autre. Ne soyez pas surpris si vous enregistrez un écart. Dans certains, cas, en effet, la tension diffère d’un bras à l’autre. On
dit alors qu’elle est labile.
5. Dans les jours et les semaines qui suivent, continuez de la prendre pour avoir une confirmation de votre tension. Il n’est pas nécessaire d’en faire un rite quotidien, bien au contraire, cependant il est bon de faire plusieurs lectures pour en arriver à un diagnostic le plus équilibré possible.

Attention!
L’hypertension artérielle, même symptomatique, peut avoir des
conséquences graves si vous ne la traitez pas.
Si elle est d’origine artérielle, par exemple, vous pouvez souffrir
d’insuffisance cardiaque, une maladie mortelle dans certains cas.

 

Commentaires