Grosseur dans les seins

Grosseur dans les seins

Causes et Symptômes associés

Cancer du sein – Écoulement du mamelon, modification dans la forme ou la texture du sein ou de l’aréole, nodule dur généralement indolore qui adhère partiellement et généralement localisé dans le cadran supérieur et extérieur.

Kyste au sein – Grosse bosse habituellement ronde, lisse et ferme et que vous pouvez comprimer entre vos doigts.

Seins fibrokysliques – Ceux liés au syndrome prcmcnstruel (augmentation de l’appétit, confusion, congestion et sensibilité des seins, dépression, enflure du visage et des extrémités, fatigue, gain de poids, insomnie, irritabilité, léthargie, maux de tête. palpitations, perte de mémoire, sensibilité abdominale et ballonnements intestinaux, etc.) + seins de texture granuleuse.

Ce que vous pouvez faire
Comme bien des femmes, peut-être avez-vous déjà détecté une grosseur « anormale » dans vos seins?
Et, comme bien des femmes également, cette découverte vous a peut-être tourmenté inutilement. En effet, dans la majorité des cas, les nodules qui apparaissent dans les seins sont tout à fait bénins.
Vous devez toutefois consulter votre médecin sans trop tarder,
car il arrive aussi que ces nodules soient cancéreux.

S’il s’agit d’un cancer du sein
Comme nous l’avons déjà mentionné, la grande majorité des kystes aux seins sont bénins. Seul un très mince pourcentage résulte
d’un cancer.
Mais si vous présentez un kyste cancéreux, vous devez vous en occuper en toute urgence! Plus les traitements sont rapides, meilleures sont vos chances de vous en sortir!

Comment prévenir le cancer du sein
Au fur et à mesure que les recherches progressent, les experts
réalisent de plus en plus que le cancer du sein ne frappe pas n’importe qui et n’importe comment. Un cancer peut difficilement s’implanter dans un organisme sain pourvu d’un bon système immunitaire.

On constate aussi que plusieurs mesures préventives spécifiques
contribuent à prévenir le cancer du sein.
Ces mesures sont d’abord et avant tout alimentaires. Notre alimentation est en effet responsable d’environ 40 % des cancers.
Même si les cancers digestifs sont ici les principaux visés, il n’en reste pas moins que les cancers hormono-dépendants dont le cancer du sein sont assez directement liés à ce que nous mangeons.

Les aliments à fuir
Certains aliments sont réputés pour accroître les risques de cancer du sein. Il s’agit des aliments riches en graisses saturées, de ceux qui contiennent des additifs chimiques ainsi que des résidus de nitrate, et de l’alcool.

Réduisez votre consommation de graisses
Saviez-vous que les femmes végétariennes dont le régime est en
général pauvre en graisses souffrent nettement moins du cancer du
sein?
En effet, plusieurs études ont démontré que la consommation de
graisses – et plus particulièrement de graisses saturées – augmente le
risque de développer un cancer. L’augmentation d’oestrogènes qu’entraîne la consommation de graisses saturées favorise l’apparition de même que la prolifération des cellules cancéreuses.
C’est notamment ce qu’a démontré une étude récente italienne
portant sur 750 femmes. Les données recueillies ont clairement fait
ressortir que les femmes consommant beaucoup de graisses saturées
et de protéines animales présentaient un risque de cancer plus
important.

Attention aux additifs chimiques et aux résidus d’engrais
Plusieurs aliments renferment des additifs nocifs pour votre santé. Les salaisons, par exemple, contiennent des nitrites tandis que les aliments fumés renferment du benzopyrène. Ces deux substances
sont reconnues comme hautement toxiques et cancérigènes.
Bien que les légumes soient d’une façon générale de bons aliments pour prévenir le cancer, sachez que les carottes, les épinards, les radis et les salades non biologiques peuvent contenir de fortes teneurs en nitrate, un résidu d’engrais chimiques largement utilisés.
Et lorsqu’ils pénètrent dans l’organisme, ces nitrates se transforment
en nitrosamides, une substance cancérigène.

Modérez votre consommation d’alcool
Même si toutes les recherches n’aboutissent pas à des conclusions incriminantes, plusieurs éludes démontrent qu’une consommation abusive d’alcool augmente le risque de cancer du sein. Dans le doute, peut-être seriez-vous plus sage de vous en tenir à une
consommation raisonnable.

Ce qu’il vous faut mander
Heureusement, il n y a pas que des aliments a fuir. Il y a surtout
plusieurs aliments qui, au contraire, vous aident à prévenir le cancer
du sein cl même à lutter contre sa progression si vous en êtes atteinte.

Les fruits et légumes sur lesquels vous pouvez compter
Un régime anti-cancer comporte des fruits et légumes en abondance. Entre 7 et 10 par jour, recommandent les experts. Ces aliments
riches en couleurs et en saveur renferment plusieurs substances qui
aident votre organisme à mieux faire face à ses agresseurs.

Les bonnes façons de faire cuire vos aliments
La manière dont vous faites cuire vos aliments n’est pas sans conséquences sur votre santé. Autant que possible, faites-les cuire à la vapeur, au micro-onde ou au four plutôt que sur le grill ou à la friture.
Les aliments cuits sur le grill s’imprègnent de substances cancérigènes (les benzopyrènes) produites par la combustion des graisses qui brûlent au contact de la source de chaleur.

Comment déceler un cancer du sein
L’auto-examen régulier, l’examen médical annuel et les mammographies sont vos meilleurs moyens de dépistage.

L’auto-examen des seins
Plus de 90 % des cancers du sein sont décelés par la femme elle-même lors d’un auto-examen. Vous avez donc tout intérêt à examiner vos seins. Faites-le tous les mois, une semaine à 10 jours après
le début de vos règles – si vous les avez toujours!

L’examen manuel
Debout ou couchée, placez les mains à plat sur vos seins et appuyez légèrement en effectuant de petites rotations.
Tentez ainsi de déceler une éventuelle modification dans la texture des tissus. N’oubliez pas de palper les tissus profonds.
– Si vous percevez une nouvelle bosse ou une bosse différente, demandez à votre médecin de l’examiner. Soyez particulièrement vigilante si vous notez une bosse dure qui s’apparente à une fève ou à un pois, surtout si cette bosse adhère aux tissus. Notez également que la majorité des bosses cancéreuses apparaissent dans la partie supérieure externe du sein.

La mammographie
Le professeur et radiologue Jean-Louis Lamarque ne cesse de le dépistage précoce du cancer du sein grâce à des mammographies régulières.
La mammographie, c’est une radiographie très précise des seins qui permet de déceler une tumeur avant que vous puissiez la détecter
par palpation et avant qu’elle n’ait commencé à produire des métastases. A ce stade, vous avez toutes les chances de pouvoir en guérir.
Quand devez-vous passer des mammographies? La question suscite bien des discussions.

S ‘il s’agit d’un kyste au sein
Des kystes qui n’ont parfois rien à voir avec un sein fibrokystique
peuvent apparaître du jour au lendemain. Bien qu’ils soient plus
courants chez les femmes qui arrivent à la fin de la quarantaine, ils
peuvent survenir à tout âge.
Si vous vous découvrez une grosse bosse ronde qui donne
l’impression d’être remplie de liquide, consultez votre médecin. Ce
dernier vous fera passer une mammographie pour vérifier s’il s’agit
véritablement d’un kyste.
Si c’est le cas, votre médecin pourra le vider en aspirant le liquide
qu’il renferme. Si la bosse réapparaît au bout de quelques jours, une
biopsie sera nécessaire afin de déceler un éventuel cancer.

S’il s’agit de seins fihrokystiques
Les seins fihrokystiques se caractérisent par la présence de kystes
sans gravité. Ces grosseurs apparaissent généralement après la trentaine, se développent lentement jusqu’à la ménopause pour ensuite disparaître d’elles-mêmes. Vous l’aurez deviné, ces masses sont étroitement liées à vos hormones.

 

Commentaires