Fièvre

Fièvre

Causes et Symptômes associés

Brucellose – Douleurs généralisées, fièvre d’intensité variable, sueurs.

Convulsions fébriles de l’enfant – Convulsions, yeux fixes ou dirigés vers le haut.

Encéphalite – Éruptions cutanées, hoquet, léthargie, maux de tête, raideurs de ta nuque (en cas de méningite), somnolence. Cas graves: convulsions, délire, vomissements.

Endocardite – En cas d’endocardite lente: douleurs articulaires et musculaires, éruptions de petites taches rouges ou pourpres sur tout le corps, fatigue, fièvre (souvent le seul symptômes apparent), frissons, pâleur du visage, perte d’appétit, placards rouges sur la paume des mains et la plante des pieds, rythme cardiaque irrcgulier et/ou rapide, saignements du nez, sang dans les urines. En cas d’endocardite aijruc apparition d’une multitude de petites taches pourpres dues à des hémorragies sous-cutanées, fièvre élevée et îrréguliére. forte diarrhée, frissons, maux de tête, transpiration intense, souffle au cœur.

Fièvre du nourrisson – État général se détériorant, diminution de l’appétit refus de boire.

Fièvre jaune – Douleurs abdominales cl musculaires, jaunisse, visage enflé, vomissements noirs.

Fièvre typhoïde – Congestion du visage, courbatures, constipation (durant la Ie semaine) délire, diarrhée (à la 2e semaine), état de stupeur, fatigue, forte fièvre qui dure une dizaine de jours, insomnies, langue chargée, peau sèche, points roses sur le tronc, pouls faible et accéléré, saignements de nez, vertiges, violents maux de tête.

En cas de: chute soudaine de la température, complications cardio-vasculaires, convulsions, désordres psychiques, diarrhée sanguinolente ou survenant plus de 6 fois par jour, douleurs abdominales brusques et intenses.

Grippe – Brûlures dans les yeux, faiblesse musculaire, frissons, gastro-entente, maux de gorge, maux de tête, muscles douloureux, obstruction des fosses nasales avec écoulements, somnolence, sueurs nocturnes, toux sèche avec ou sans mucosités.

Hépatite virale – Blanc des yeux jaune, courbatures, démangeaisons généralisées avec ou sans éruptions, hypertrophie et sensibilité du foie, fatigue extrême, hoquet, jaunisse, mauvaise haleine, nausées, perte d’appétit, selles claires, sueurs nocturnes, urines foncées (la fièvre est modérée).

Maladie Lyme – Douleurs musculaires, inflammation des articulations, maux de tête. Puis: éruptions cutanées, problèmes cardiaques (syncope, douleurs à la cage thoracique).

Méningite – Chez l’adulte : délire, coma (si non traitée), convulsions, éruptions de petites taches rouges ou pourpres sur tout le corps, intolérance au bruit et à la lumière, maux de tête, raideur de la nuque et de la colonne vertébrale, vomissements . Chez le nourrisson: air malade, convulsions, irritabilité, manque d’appétit, vomissements (aucun des signes classiques: raideurs de la nuque, intolérance à la lumière et au bruit, etc.. ne s’appliquent au nourrisson). Chez l’enfant: air malade, convulsion, changement brusque de comportement, maux de tête, raideurs de la nuque, vomissements.

Mononucléose infectieuse – Fatigue, gonflement des ganglions (aine, aisselles, cou), inflammation aiguë du pharynx (cause du mal de gorge), jaunisse (parfois), maux de tête.

Ostéomyélite – Douleurs osseuses, gonflement, incapacité de bouger l’os atteint, sensation de malaise général, vive sensibilité.

Otite moyenne (aiguë ou chronique) – Pour la forme aiguë : baisse d’audition, bourdonnements, douleurs vives pouvant irradier sur le côté du crâne, fièvre parfois élevée, sensation d’oreille bouchée

– Pour la forme chronique: les mêmes – écoulements de pus et de sang.

Péricardite – Douleurs à la poitrine surtout lors de l’inspiration.

Peste – État de stupeur, éruptions de taches rouges tournant au noir, fortes fièvres, frissons, grosseurs aux aines, sous les aisselles et ailleurs sur le corps.

Pneumonie – Battements de cœur rapides, douleurs thoraciques lors de l’inspiration, essouflement. frissons intenses, lèvres violacées, odeurs corporelles, toux grasse avec mucosités sanguinolentes.

Rougeole – Crampes, douleurs aux oreilles, fièvre élevée. inflammation des muqueuses des yeux, du nez, de la gorge et du larynx, écoulement et congestion nasale, grosses taches rouges qui couvent la letc depuis l’arrière des oreilles et qui gagnent tout le corps, manifestation de troubles de la conscience, maux de tète intenses, petites taches blanches sur la muqueuse des joues et à l’intérieur de la bouche, respiration difficile, toux, yeux rouges et sensibles à la lumière.

Salpingite – Constipation, douleurs pelviennes intenses et persistantes, maux de dos, pertes vaginaux anormaux, sensation de faiblesse, tachycardie (100/min.) (la fièvre modérée et intermittente).

Scarlatine – Démangeaisons, enflure des ganglions au niveau de la nuque, fièvre, langue chargée et blanche avec l’extrémité ayant l’aspect d’une framboise rouge vif. mal de gorge, maux de tête, multitude de taches rouges sur tout le corps, peau qui pèle, visage devenant pourpre sauf détail caracténstique – autour de la bouche, vomissements.

Sinusite – Douleurs faciales et oculaires, fatigue, gorge irritée, grande quantité de mucus vert et jaune, larmoiements, mauvaise haleine, maux de tête, nez bouché, toux sèche avec ou sans mucosités, voix nasillarde.

Stomatite herpétique – Fièvre élevée qui précède les autres symptômes; goût désagréable dans la bouche; inflammation des gencives; langue blanchâtre, sensation de cuisson sur la langue vésicules sur la langue, les joues et les gencives.

Tuberculose – Douleurs à la poitrine, essoufflement, fatigue, fièvre surtout le soir, perte de poids, sueurs nocturnes/froides, toux grasse avec crachats sanguinolents.

Typhus – Congestion du visage, courbatures, délire, éruption de taches rougeâtrcs qui tournent au noir, état de stupeur, fatigue, forte fièvre qui dure une dizaine de jours, langue chargée, pouls faible et accéléré, violents et persistants maux de tête.

La fièvre, votre alliée
La température normale du corps humain est de 37°C. On parle
de fièvre lorsqu’elle atteint plus de 37,5°C le matin ou 37,8°C le soir.
Cela dit. la fièvre n’est pas cet ennemi du genre humain que vous
croyez peut-être, tant s’en faut.
En fait, elle est une saine réaction du corps. Ou, si vous préférez, un mécanisme de défense naturelle. Sans la fièvre, en effet, votre résistance aux maladies infectieuses serait de beaucoup moindre.
L’organisme recourt instinctivement à la fièvre dans un cas
précis : lorsqu’il est envahi par une bactérie ou un virus. Dès lors, il
libère des protéines du type pyrogènes qui, à leur tour, iront sonner
l’alerte du côté de l’hypothalamus, la glande qui contrôle la tempé-
rature interne du corps.
L’hypothalamus fera sa contribution à la lutte contre l’envahis-
seur en relâchant de son côté une substance appelée prostanglandine.
Ce sont les prostaglandincs qui causent la fièvre. Grâce à elles, la production de globules blancs est stimulée et ainsi la course de la
bactérie ou du virus freinée.

Ce que vous pouvez faire
Normalement, il faut laisser la fièvre suivre son cours. Elle est le signe que votre organisme lutte âprement contre un envahisseur et que tôt ou tard il remportera la victoire.
Cependant, si vous avez plus de 40ºC ou encore si votre fièvre est associée à une maladie bactérienne grave (pneumonie, encéphalite, méningite, etc.), il faut consulter dans les plus brefs délais. Pour mémoire, la température normale prise par voie buccale est de 37°C et, par voie rectale, de 37,7°C (plus ou moins selon les
périodes de la journée et le degré d’activité physique). Si vous la  prenez par voie buccale ou au niveau de l’aisselle, n’oubliez pas d’ajouter 0,5°C à votre lecture.

S’il s’agit d’une brucellose
Voilà une maladie que Ton retrouve surtout sur les pourtours la Méditerranée. Elle y est même assez répandue, tout au moins parmi les agriculteurs.
Son mode de transmission est en effet unique : de l’animal a l’homme par voie soit cutanée, soit digestive (produits laitiers, essentiellement).
La brucellose prend généralement plusieurs semaines avant de se
déclarer. Et lorsque finalement elle se manifeste, elle est caractérisée
par une fièvre dite ondulante, c’est-à-dire en dents de scie. Son vecteur est une bactérie du genre Brucella que bovins, caprins et porcins communiquent ensuite à l’homme.

Son traitement
Il repose sur une combinaisons de différents antibiotiques.
Simultanément, des mesures d’hygiène s’imposent:
• prenez garde aux produits laitiers provenant d’animaux malades;
• lavez-vous toujours bien les mains après une période de contact avec les animaux.

S’il s’agit il’une endocardite
L’endocardite est une maladie insidieuse qui atteint principale-
ment les personnes âgées de 20 à 40 ans.
L’endocardite peut prendre 2 formes distinctes.
L’endocardite^ lente qui affecte surtout les patients déjà aux
prises avec des problèmes de cardiopathie vasculaire (malformations cardiaques). À défaut d’un traitement médical approprié, la maladie peut entraîner le décès en quelques mois.
Vous ne devez donc pas tarder pour consulter votre médecin.

S’il s’agit de la fièvre du nourrisson
L’enfant est bouillant? Demandez-vous d’abord s’il n’a tout simplement pas trop chaud.
Les cas d’hyperthermie ne sont pas rares chez les nouveau-nés et les nourrissons. Trop chaudement vêtu ou dormant dans une pièce à
l’atmosphère étouffante, bébé semble fiévreux alors qu’en réalité il
ne demande qu’un peu d’air.
Si c’est le cas, libérez-le. au besoin rafraîchissez son environnement. Vous pouvez aussi le plonger dans sa baignoire, mais prenez garde que l’eau ne soit pas plus de 2°C en dessous de sa température.

S’il s’agit de la fièvre typhoïde
La fièvre typhoïde est une maladie infectieuse grave et très contagieuse. Sa cause est une bactérie appelée Salmonella typhi, transmise à l’homme par des matières fécales ou de l’urine infectée.
L’infection se produit par l’assimilation d’eau ou d’aliments souillés. Les produits laitiers, les coquillages crus, les fraises sont les aliments les plus susceptibles de transmettre les germes pathogènes.
Bien que les cas d’infection soient maintenant plus rares dans les pays industrialises, ils restent fréquents dans les pays pauvres où les installations sanitaires laissent souvent à désirer. La maladie est très répandue en Amérique du sud, sauf en Argentine, au Brésil, au Honduras, au Mexique, au Paraguay et au Venezuela.
Heureusement, il existe un vaccin contre ce type de fièvre, encore
qu’il ne soit pas efficace à 100 %. Si vous consommez des aliments
ou des boissons très contaminées, en effet, vous attraperez quand
même la maladie.
Par conséquent, gare à ce que vous buvez et mangez, si vous voyagez dans certaines parties réputées difficiles du monde! Sur place, n’utilisez que des eaux en bouteille que ce soit pour boire, pour laver vos aliments ou pour cuisiner. Ne consommez ni glace, ni lait non stérilise, ni fruits de mer.

S’il s’agit d’une grippe
Consultez la rubrique Douleurs musculaires (en général) dans la
section Muscles et squelette.

S’il s’agit d’une hépatite virale
Consultez la rubrique Jaunisse dans la section Peau, cheveux et ongles.

S’il s’agit de ta maladie de Lyme
Consultez la rubrique Inflammation des articulations dans la
section Muscles et squelette.

S’il s’agit d’une méningite
Consultez les rubriques:
– Mal de tête dans la section Cerveau et système nerveux;
– Taches rouges virant au pourpre ou au noir dans la section Peau, cheveux et ongles.

S’il s’agit d’une mononucléose infectieuse
On l’appelle aussi la « maladie du baiser en raison de son mode de transmission typique: la salive.
Elle est caractérisée par une fièvre de 38 ou 39°C et par une grande sensation de fatigue. Sans trop que l’on sache pourquoi, ses victimes sont en général des adolescents ou déjeunes adultes (entre 15 et 21 ans).
La maladie est causée par le virus d’Epstein-Barr, dont la période d’incubation varie de 2 à 6 semaines. Ce virus a une particularité: il se multiplie dans les globules blancs, raison pour laquelle vous êtes si fatigué. En effet, le nombre de globules blancs augmentant au détriment des globules rouges, votre organisme n’offre plus la même résistance, loin de là.

S’il s’agit d une ostéomyélite
C’est une maladie grave s’attaquant au tissu osseux. Ses victimes sont en général les jeunes enfants et les adolescents, c’est-à-dire la tranche d’âge encore en pleine croissance.
Le responsable est le staphylocoque doré, une bactérie qui s’installe dans un os ayant subi un traumatisme: blessure, fracture, etc.
L’ostéomyélite, si elle n’est pas prise en charge dans de brefs délais, peut provoquer la destruction de l’os atteint, voire un empoisonnement du sang. Son traitement est à base d’antibiotiques.

S’il s’agit d’une otite moyenne (aiguë ou chronique)
Consultez les rubriques Douleur d’oreille et Ecoulement d’oreille
dans la section Oreille.

S’il s’agit d’une péricardite
Consultez la rubrique Douleur à la poitrine dans la section Cœur
et système circulatoire/respiratoire.

S’il s’agit de la peste
Consultez les rubriques Grosseurs et Taches rouges virant au pourpre ou au noir dans la section Peau, cheveux et ongles.

S’il s’agit d’une pneumonie
Consultez la rubrique Toux avec mucosités sanguinolentes dans
la section Cœur et système circulatoire/respiratoire.

S’il s’agit du rhumatisme articulaire aigu (ou fièvre
rhumatismale)
Consultez la rubrique Inflammation des articulations dans la sec-
tion Muscles et squelette.

S’il s’agit d’une sinusite
Consultez la rubrique Nez bouché dans la section Nez et gorge.

S’il s’agit d’une stomatite herpétique
Consultez la rubrique Langue blanchâtre dans la section Bouche.

S’il s’agit de la tuberculose
Consultez la rubrique Perte de poids dans la section Symptômes
généraux. isq 23b slloo

S’il s’agit du typhus
Tout comme la peste, le typhus est une maladie épidémique qui a
quasiment disparu de nos régions mais qui représente toujours une
menace dans les pays où sévissent la pauvreté et la famine. Cette
maladie se transmet: le plus fréquemment, par les poux de tète ou de corps (on parle alors de typhus exanthématique);
In cas d’infection, vous devez suivre un traitement aux antibioti-
ques à large spectre et ce, le plus rapidement possible, sinon
l’issue de cette maladie est la mort. Surtout dans le cas de la, première variété (typhus exanthématique), puisque les manifestations liées à la seconde (typhus murin) sont en général moins intenses.

– Les malades doivent être isolés tant que la maladie n’est pas entièrement guérie, et leurs vêtements, leurs draps de lit et tout
autre objet possiblement infecté doivent être soigneusement nettoyés.
– Côté prévention, cela se résume essentiellement à 2 points si voui
voyagez dans des zones à risque (pays pauvres):
1. Adoptez une hygiène extrêmement stricte;
2. Faites-vous vacciner.

Attention!
Un accès de fièvre dû à la grippe finit toujours par se résorber,
généralement sans dégâts.
Mais il n’en va pas de même si vous êtes vraiment très fiévreux
(40°C et plus: le maximum que le corps peut endurer est de 42°C)
ou que vous avez une maladie d’origine bactérienne.
Dans ce cas, ne perdez pas de temps, consultez.

 

 

Commentaires