headache

Fatigue générale

Causes et Symptômes associés

Anémie – Amaigrissement, confusion mentale, démangeaisons cutanées sans éruptions, diarrhée, douleurs diffuses, engourdissement et picotements dans les extrémités, essoufflement,
étourdissements, faiblesse, frigidité, impuissance, insuffisance cardiaque, langue rouge et sensible, lèvres violacées, manque
d’appélil. manque de coordination, nausées, pâleur extrême, palpitations, saignements de nez, teint jaunâtre, vertiges, vomissements.

Cancer – Très variables selon le type de cancer mais quelques signes avant-coureurs sont fréquents: apparition d’une grosseur dans l’une ou l’autre partie du corps – dans les seins en particulier -, cicatrisation lente, mictions et selles anormales, modification de l’aspect d’une verrue ou d’un grain de beauté, saignements ou écoulements anor-
maux, problèmes digestifs, toux qui n’en finit plus, etc.

Déshydratation – Crampes musculaires, étal de choc, muqueuses sèches, nausées, sensation de soif possible, teint livide, urines peu
abondantes, vomissements.

Diabète insipide – Fatigue générale, perte de poids, soif impérieuse le jour comme la nuit, tendance à la constipation, urines abondantes et fréquentes.

Diabète sucré – Bouche sèche, bourdonnements d’oreilles,
crampes musculaires dans les jambes, engourdissement, faim excessive, frigidité, gain de poids (dans le cas du diabète gras),
impuissance, mauvaise haleine, perle de la libido, perte de poids (dans le cas du diabète maigre), soif excessive, urines abondantes et fréquentes, vision trouble (dans le cas du diabète gras), vulnérabilité aux affections cutanées et vaginales (dans le cas du diabète gras).

Hyperthyroïdie – Amaigrissement (sans perle d’appétit), battements de cœur accélérés et irréguliers. bouffées de chaleur, crampes musculaires, démangeaisons oculaires, dérèglement du cycle menstruel (chez la femme), faiblesse générale, goitre (parfois), hyperactivité, larmoiement, nervosité, protubérance oculaire unilatérale ou bilatérale (il peut même y avoir une difficulté à fermer l’œil protubérant – ou les 2 yeux), sensibilité à la lumière, transpiration excessive, tremblement des doigts, vision floue, yeux cernés et/ou secs.

Hypoglycémie – Baisse de la pression artérielle, bourdonnements d’oreille, comportement étrange, convulsions, étourdissements, évanouissements, grande faiblesse, hypersudation (sueurs froides), manque de concentration, maux de tête, pâleur extrême, palpitations,
perte de connaissance (si non traitée), respiration rapide, sueurs froides, tremblement, vertiges, vision trouble.

Hypotension artérielle – Étourdissements qui accompagnent un
lever brusque, fatigue, manque d’énergie, vertiges.

Hypothyroïdie
– Chez les enfants: allure trapue, distension de l’abdomen, goitre, hyposudation, œdème aux pieds, paupières et visage boursouflés, peau froide et moite, retard de développement physique et mental (petite taille, l’air hébété), traits grossiers.
– Chez l’adulte: apathie, baisse de la libido, changements dans les règles, cheveux clairsemés, constipation, dépression, difficulté à
concevoir un enfant, douleurs musculaires accompagnées de crampes, frilosité, goitre, hyposudation, intolérance au froid, manque
de concentration, ongles secs et friables qui poussent plus lentement, paupières et visage boursouflés, peau froide, sèche et rugueuse; perte d’équilibre, perte de mémoire, ralentissement du rythme cardiaque, règles plus longues et plus abondantes (chez certaines femmes),
rigidité des articulations surtout le matin, somnolence, stérilité, surdité, voix basse et rauque.

Infection virale – Douleurs musculaires diffuses, fièvre persistante, frilosité, gastro-entérite, maux de tête, sensation de malaise, etc.

Maladie D’Adisson (insuffisance surrénalienne) – Anémie, anomalies cutanées (peau anormalement foncée ou bronzée, taches noires, etc.), chute des poils pubiens, crampes stomacales, déshydratation, diarrhée ou constipation, douleurs abdominales, faiblesse et fatigue qui s’aggravent de plus en plus, hypotension artérielle, indigestions accompagnées de nausées et de vomissements, perte de poids et d’appétit, perte de conscience, sensation de froid, vertiges.

Maladie pulmonaire – Douleurs musculaires, enrouement, fièvre,
frissons, irritation des bronches, malaise général, mucus, toux.

Maladies parasitaires (malaria, dysenterie, bilharziose, toxoplasmoseankylostomîase, ascaridiose, oxyurose, ténia, etc.) –  Assez variables selon la maladie contractée mais les symptômes suivants sont souvent présents: amaigrissement, diarrhée, douleurs abdominales, éruption cutanée, fièvre, frisson, grande fatigue, maux de tête, nausées, perte de poids, vomissements.

Mauvaises habitudes de vie (mauvaise alimentation, abus d’alcool, tabagisme, manque de sommeil, manque d’exercice, etc.) – Détérioration générale de la santé, fragilité psychologique (dépression, irritabilité, tendance excessive, etc.), maladies à caractère
immunitaire (allergie, rhume, grippe, etc.).

Obésité – Ballonnement abdominal, cellulite, douleurs aux pieds, aux jambes et au dos, essoufflement, hypertension, insuffisance cardiaque, mauvais fonctionnement général de l’organisme, troubles liés au diabète, varices (voyez aussi le tableau de la rubrique
Obésité dans la section Symptômes généraux).

Problèmes de foie (hépatite, mononucléose, etc.) – Courbatures, fièvre, foie sensible à la palpation, gastro-entérite, jaunissement de la
peau et du blanc des yeux, maux de tête, perte d’appétit, selles décolorées, urines foncées.

Stress excessif – Accélération du pouls, agitation, anxiété, baisse de la libido, bouche sèche, chute de cheveux, difficultés psychologiques, irritabilité, déprime, divers ennuis de santé (allergies, cou ou dos raide, diarrhée, maux de tète, etc.), insomnie, manque de concen-
tration, pertes de mémoire, sueurs froides, tensions musculaires, tremhlements.

Svndrome de fatigue chronique – Fatigue intense qui vous oblige à réduire de 50 % ou plus vos activités normales et qui peut persister plusieurs mois, voire des années (ce syndrome se manifeste souvent
après une grippe ou une autre infection).

Troubles cardiaques – Abus d’alcool, essoufflement à l’effort, excès de poids, hérédité, obésité, sédentarité, stress excessif, tabagisme.

Ce que vous pouvez faire
Vous « traînez la patte » après une journée de plein air? Vous vous sentez « lessivé » après une grosse semaine de travail?
C’est tout ce qu’il y a de plus normal!
Une bonne dépense d’énergie entraîne généralement une bonne fatigue. Le temps que vos piles se rechargent et tout devrait rentrer dans l’ordre.
La fatigue liée à une infection virale peut aussi, à la rigueur, être considérée comme normale étant donné l’effort accru que doit fournir votre organisme pour surmonter la situation. Cette fatigue s’en ira sans doute d’elle-même lorsque vous vous serez débarrassé de votre virus.

Par ailleurs, si votre fatigue dure depuis quelques semaines
– voire des mois – sans raisons apparentes, posez-vous des ques-
tions. Une consultation médicale s’impose peut-être, car certaines
fatigues cachent une maladie parfois importante – dont notamment
le diabète, certaines maladies pulmonaires, l’hépatite, etc.

S’il s’agit d’une anémie
Consultez la rubrique Anémie dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit d’un cancer
Consultez la rubrique Perte de poids dans la section Symptômes
généraux.

S’il s’agit d’une déshydratation
On recommande généralement de boire 2 litres d’eau par jour,
incluant celle que vous procurent vos aliments. L’eau maintient une
bonne hydratation du corps, ce qui vous évite les coups de fatigue,
mais elle est également indispensable pour évacuer les toxines du
corps.
Consultez la rubrique Déshydratation dans la section Symptômes
généraux.

S’il s’agit du diabète insipide
Consultez la rubrique Soif intense dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit du diabète sucré
Consultez les rubriques:
– Miction fréquente et excessive (polyuric) dans la section Appareil
urinaire;
– Frigidité et Perte de la libido dans la section Organes sexuels et reproducteurs.

Sil s’agit d’une hyperthyroïdie
Consultez les rubriques:
– Goitre dans la section Peau, cheveux et ongles;

S’il s’agit d’hypoglycémie
Consultez la rubrique Etourdissements dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit d’hypotension artérielle
Vous souffrez d’hypotension artérielle si les chiffres de la tension
abaissent au-dessous de 10 cm de mercure. L’hypotension artérielle se rencontre principalement chez les personnes fatiguées, celles qui ont facilement tendance à s’évanouir et qui, d’une façon générale, manquent d énergie.
Par ailleurs, l’hypotension peut aussi résulter d’une dénutrition, survenir suite d’un état de choc ou d’un collapsus secondaire à une hémorragie profuse ou à une insuffisance cardiaque. Elle peut finalement être symptomatique de la maladie d’Addison.
Les symptômes ci-dessus mentionnés devraient vous inciter à passer une visite médicale. Bien que l’hypotension soit moins grave que l’hypertension, elle est souvent plus difficile à guérir.

Un problème énergétique?
Si vous souffrez d’hypotension artérielle non associée à l’un des troubles de santé ci-dessus mentionnés, vous avez peut-être bien un problème d’ordre énergétique.
Vous devez alors fortifier votre énergie vitale. Voici quelques suggestions pour ce faire: faites régulièrement de l’exercice. Rien de mieux que de « bouger » pour faire le plein d’énergie. La pratique d’un sport quelconque est excellente mais vous pouvez aussi vous diriger vers une approche orientale telle le qi-gong, de tai-chi ou le hatha-yoga.
Ces trois disciplines combinent avantageusement le travail corporel et énergétique; consultez un acupuncteur. L’acupuncture vise précisément à harmoniser l’énergie qui circule dans votre corps.

Des suppléments alimentaires bénéfiques
Quelques suppléments alimentaires et plantes peuvent vous être
utiles. Voici quelques suggestions intéressantes:
– les vitamines C et B5 qui fortifient les glandes surrénales;
– les vitamines du complexe B qui, en doses importantes, agissent comme stimulant nerveux;
le phosphate de fer pour son effet tonique sur les vaisseaux sanguins ce qui peut augmenter la pression sanguine;
– la vitamine E pour fortifier le cœur.
Comme les posologies peuvent varier selon votre état de santé, il faut d’abord en parler à votre médecin.

Des plantes-remèdes
Voici maintenant quelques suggestions de plantes utiles pour leur effet tonique sur les systèmes nerveux et circulatoire.
– Le ginseng, une grande plante de la pharmacopée, agit comme
régulateur de la tension artérielle. Si vous souffrez d’hypotension, le ginseng fera monter votre pression sanguine en agissant comme stimulant cardiaque.
Le ginseng est particulièrement efficace pour régulariser une basse tension due à un choc opératoire ou à un traumatisme cardiaque.
Autre avantage majeur du ginseng, vous pouvez l’utiliser avec d’autres médicaments. Celui-ci contribue alors à atténuer leurs
effets secondaires (dépression, impuissance sexuelle, toxicité, etc.
Vous pouvez vous procurer du ginseng dans les boutiques diététiques. La marque Ginsana, qui a fait l’objet de plusieurs études,
est sans doute la plus sûre actuellement.
Posologie: 2.000 mg par jour. On recommande généralement d’en prendre durant quelques semaines – plus ou moins 6 semaines – puis de faire une courte interruption – de 2 à 4 semaines.
– L’agripaume (Leonurus spp) est connue depuis fort longtemps pour ses effets toniques sur le cœur.

Vous pouvez la prendre en infusion ou en teinture, seule ou en association avec du muguet (Convallaria majalis L.) ou de
l’aubépine (Crataetus spp.).
Attention! L’agruipaume est contre-indiquée durant la grossesse.
Le romarin (Rosmarinus qfficinalis L.) est aussi un bon tonique, aussi bien pour le système nerveux que circulatoire. Maurice Mességué, célèbre herboriste français, mentionne dans Mon herbier santé: J ‘ai requinqué en quelques jours, avec force infusions et bains de cette plante, des dizaines d’anémiques, de convalescents, de vieillards, de surmenés, de neurasthéniques et de dépressifs…
Vous pouvez le prendre en infusion, en teinture (pas plus de 10 ml par jour) ou, comme le recommande Maurice Mességué, en ajouter les parties aériennes à l’eau de votre bain.
Le romarin se combine bien avec la bétoine (Stachys officinalis Trev.) ou l’agripaume (Leonurus spp).

S’il s’agit d’une hypothyroïdie
Consultez la rubrique Goitre dans la section Peau, cheveux et ongles.
S’il s’agit d’une infection virale.
Lorsque votre corps est aux prises avec un virus, il dépense beaucoup d’énergie. Suffisamment pour que vous vous sentiez très fatigué pour quelques jours, voire quelques semaines.
Pour refaire vos forces, vous avez besoin de plus de sommeil.
D’ailleurs, en cas de grippe — la grippe est de loin l’infection virale la plus répandue -, ne recommande-t-on pas de garder le lit?
Consultez la rubrique Fièvre dans la section Symptômes généraux.
S’il s’agit de la maladie d’Addison (insuffisance surrénalienne)
Consultez la rubrique Chute des poils pubien_s dans la section
Organes sexuels et reproducteurs.

S’il s’agit d’une maladie pulmonaire
Consultez la section Cœur et système circulatoire/respiratoire

S’il s’agit de maladies parasitaires
Plusieurs parasites provoquent un état de fatigue chronique accompagné, dans bien des cas, d’une perte d’appétit Vous dépérissez au profit de votre parasite. Si vous éprouvez quelques-un ou plusieurs des symptômes ci-dessus mentionnés, consultez rapidement un médecin afin d’obtenir un diagnostic clair et les soins qui s’imposent.
Plusieurs maladies parasitaires sévissent dans les régions tropicales. Si vous voyagez dans ces contrées, vous devez donc redoubler de vigilance;
– faites-vous vacciner avant de partir;
– ne buvez que des eaux en bouteille;
– évitez de consommer des fruits et des légumes crus.

S’il s’agit de mauvaises habitudes de vie
Une fois de plus, nous en revenons à l’importance d’une alimentation saine et équilibrée.
– Consommez régulièrement des fruits et légumes ainsi que des céréales entières, des légumineuses, des noix et un peu de viande maigre si vous le désirez. Par contre, attention aux excès de graisses, de produits raffinés, de sucre et d’alcool.
Pour prévenir un affaiblissement général, consommez abondamment des aliments riches en fer, en vitamines B et C. Cette dernière favorise l’assimilation du fer. Parmi les vitamines du groupe B, la BI2 est particulièrement indiquée, car cette vitamine joue un rôle important dans la formation des globules rouges. On sait qu’une déficience en globules rouges conduit à un état anémique et à une grande fatigue.
– Les viandes et les produits laitiers sont d’excellentes sources de fer aussi bien que de vitamines B12.
– Grâce à leur teneur en chlorophylle, les légumes verts vous fournissent beaucoup de fer. Pour maximiser l’absorption de ce fer. arrosez vos légumes d’un filet de jus de citron au moment de
servir.

De l’importance dit petit déjeuner
Pour débuter votre journée en pleine forme et vous rendre allègrement jusqu’au soir, vous avez besoin d’une bonne réserve de
« carburant ». Prenez un petit déjeuner nutritif.
À votre menu, intégrez:
– des protéines (noix, graines, œufs, produits laitiers, etc.);
des hydrates de carbone (sucres) complexes (céréales entières, pain, pommes de terre, etc.).
Par contre, si votre petit déjeuner se doit d’être copieux, attention
aux dîners trop lourds!

La fatigue « sugar blues »
La consommation de sucres rapides (sucre blanc, miel, mélasse, etc.) fait rapidement grimper votre taux de sucre sanguin, ce qui se manifeste par un coup de fouet énergétique. Cette hausse est toute-fois suivie d’une chute non moins marquée qui, elle, se traduit par un coup de barre.
Le café, l’alcool et le tabac ont souvent un effet similaire.
S’il s’agit d’obésité.
Consultez la rubrique Obésité dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit de problèmes de foie
Consultez la rubrique Jaunisse dans la section Peau, cheveux et
ongles.

S’il s’agit d’un stress excessif
Paradoxal! Malgré toute la « high-tech » caractéristique de notre époque qui. en principe, devrait nous laisser plus de temps libre, la majorité des gens se plaint de manquer de temps.

Entre les multiples tâches à accomplir et les tracas quotidiens,
peut-être avez-vous, vous aussi, l’impression de ne plus avoir une
seule minute pour reprendre votre souffle.
Attention! Si un tel mode de vie n’entraine pas de conséquences
graves sur de courtes périodes, à la longue, il mène tout droit au
burn-out.
Pour éviter ce triste écueil, apprenez à faire la part des choses. Il y a des « priorités » qui peuvent attendre plus que d’autres. Souvenez-
vous qu’il y a un temps pour travailler et un temps pour s’amuser.
Adonnez-vous à des activités qui vous font vraiment plaisir, qui vous permettent de « décompresser » et d’oublier un tant soit peu vos
préoccupations. Apprenez à dire  » non » lorsque cela est nécessaire.
Quelques suggestions?
Marche en plein air, vélo, yoga, danse, tai chi, relaxation, musique, peinture, dîners entre ami(e)s, lecture, cinéma, etc.
Paradoxalement, toutes ces activités, loin de vous « faire perdre
du temps », vous permettent au contraire d’en gagner à long terme.
Consultez la rubrique Stress excessif dans la section Cerveau et
système nerveux.

S’il s’agit du syndrome de fatigue chronique « yuppi flu »
Consultez la rubrique Fatigue générale dans la section Cerveau et
système nerveux.

S’il s’agit de troubles cardiaques
Consultez la section Coeur et système circulatoire/respiratoire.

Mais aussi…
Des points antifatigue
Pour chasser la fatigue, massez-vous ! Le massage de certains points précis de votre anatomic favorise le bien-être et la détente:
– à l’aide du pouce, massez le pli intérieur du poignet (tout près de la paume) en effectuant des mouvements de va-et-vient.
Massez les deux poignets; massez la ligne médiane du torse depuis la base du sternum jusqu’au nombril; tracez une ligne imaginaire qui relie vos deux oreilles en passant sur le dessus de la tête. Massez le point situe au centre de cette ligne, soit sur le sommet de la tète.

Recourez aux plantes toniques
Plusieurs plantes peuvent vous aider à restaurer votre énergie :
outre le romarin et la sauge, vous pouvez essayer le ginseng. Son
effet tonifiant vous fera le plus grand bien.
Attention!
Une fatigue apparente peut, si on y regarde de plus près, n’être
rien d’autre que de l’ennui. Vous vous souvenez de vos années
d’école? Un professeur fait son cours devant une classe d’enfants
qui bâillent à s’en décrocher les mâchoires et qu’on croirait prêts à
sombrer dans les bras de Morphée.
La cloche de la récréation retentit et voilà que tous bondissent sur
leurs jambes. La simple idée du plaisir en perspective suffit à leur
faire retrouver toute leur énergie.
Cette médecine du plaisir pourrait-elle suffire à vous délivrer de
votre « fatigue »? À vous de voir!
Rappelez-vous, cependant, que la fatigue résulte souvent d’un
ensemble de facteurs. Dans ce cas, il est donc important d’adopter
une démarche plus globale qui tient compte tant du corps que de
l’esprit.
Par ailleurs, en dernier ressort, il vous faudra peut-être aussi chercher une cause moins connue que celles mentionnées dans cette rubrique.

 

 

Commentaires