Extrémités froides

Extrémités froides

Causes et Symptômes associés

Athérosclérose : Parfois aucun. Douleurs à la poitrine, rythme cardiaque irrégulier, vertiges

Choléra:  Crampes abdominales, diarrhée brutale avec selles riziformes (ayant l’aspect de grains de riz), gonflement de l’abdomen, déshydratation, lèvres bleutées, vomissements, yeux excavés

Lupus érythémateux disséminé:  Alopécie ; anémie ; douleurs articulaires/ musculaires intenses de nature arthritique ; éruptions cutanées prurigineuses en papillon sur les joues, les arêtes du nez ou ailleurs ; fièvre ; inflammation pulmonaire (douleurs intenses à la poitrine irradiant vers le cou ou l’abdomen et accentuées par la respiration et la toux, essoufflement marqué, toux) ; inflammation rénale (maux de tête, œdème de la face et des chevilles, perte d’appétit et de poids, urines peu abondantes et sanglantes, vomissements) et troubles cardiaques

Maladie de Raynaud:  Extrémités pâles et douloureuses, sensation de picotement au moment du réchauffement

Œdème pulmonaire:  Crachats écumeux – contenant parfois du sang, durant un effort ou en position étendue -, gonflement des chevilles, lèvres violacées, respiration difficile, rythme cardiaque irrégulier, souffle court pendant la nuit

Polyarthrite rhumatoïde:  Articulations rigides, déformation des doigts et des orteils, douleurs à la hanche, douleurs articulaires, douleurs au poignet, douleurs musculaires, douleurs nocturnes et matinales, engourdissement, inflammation des articulations, gonflement, raideurs, os qui se brisent

Sclérodermie systémique limitée ou diffuse:  En cas de sclérodermie limitée : absence de sueur ; déglutition difficile ; douleurs articulaires ; épaississement, durcissement et rigidité de la peau ; faciès figé, rougeurs et taches cutanées; En cas de sclérodermie diffuse : les mêmes que ci-dessus et hypertension artérielle

Thrombo-angéite oblitérante:  Douleurs aux mains et aux pieds, mains blanches, rouges, puis bleues par temps froid

Un problème de circulation sanguine
Sans trop que l’on sache pourquoi, plus de femmes que d’hommes éprouvent ce symptôme. Heureusement, chez celles-ci, le problème a tendance à s’estomper, une fois la ménopause venue. En attendant, il est fort désagréable à subir.
Pour les autres, le tabac est souvent un facteur de risque. Le tabagisme, on le sait, provoque la vasoconstriction, c’est-à-dire le rétrécissement des artères, phénomène empêchant une bonne irrigation des membres. Mais parfois aussi, comme nous le verrons dans le cas du phénomène de Raynaud, certains instruments de travail, tels le marteau piqueur et la scie mécanique, entraînent ce genre de désagrément.

Ce que vous pouvez faire
II est plutôt rare que le phénomène des extrémités froides, pris isolément, cache une maladie grave. Même s’il s’agit très souvent, à la base, d’un problème de circulation sanguine, il n’y a vraiment pas de quoi s’affoler, du moins dans un premier temps. Si, toutefois, d’autres symptômes surgissent, demandez à voir votre médecin. Il en va de même également dans tous les autres cas. Des remèdes en effet existent, qui peuvent mettre fin à ce sujet de tourment.

S’il s’agit d’athérosclérose 
Certaines de vos artères sont rétrécies du fait que leurs parois internes sont recouvertes de plaques de graisse (ou d’athérome). Résultat, le sang passe moins bien, voire très mal par endroits, à telle enseigne que vos extrémités en souffrent : elles ne sont pas suffisamment irriguées.
Sous nos latitudes, l’athérosclérose est responsable d’une multitude de maladies cardio-vasculaires (par exemple, de l’infarctus du myocarde) et de troubles de la circulation sanguine. C’est en quel-
que sorte le gros méchant loup dans la bergerie. Ses causes sont bien connues : une alimentation trop riche en uraisses animales et en sel, le tabac, l’obésité et la sédentarité. Quant à ses facteurs de risque les plus courants, ce sont le diabète, l’hypertension artérielle et les maladies rénales nécessitant l’emploi de la dialyse.

Une maladie traîtresse
En effet, l’athérosclérose est souvent asymptomatique. En d’autres termes, rien ne la signale au premier abord. La personne qui en est atteinte ne se rend compte de rien. Elle vaque à ses occupations quotidiennes tout à fait normalement. Le plus souvent, c’est au hasard d’un examen médical de routine que sa maladie est découverte et non parce qu’elle se plaint de tel ou tel symptôme.

Le traitement usuel de l`athérosclérose
Les artères étant obstruées, il faut bien sûr les remettre en bon état. Pour ce faire, la médecine utilise des antiagrégants plaquettaires, des anticoagulants et des vasodilatateurs.

Autres mesures à prendre
– La suppression du tabac est obligatoire. Le tabac en effet participe à la vasoconstriction des vaisseaux, c’est-à-dire à leur rétrécissement. Il est une cause très fréquente des maladies cardio-vasculaires.
– Mangez-vous plutôt gras en général et consommez-vous beaucoup de sel ? Si oui, il vous faudra sans doute revoir vos habitudes alimentaires. Les graisses et le sel, en effet, sont directement responsables de la formation de plaques d’athérome sur les parois internes des artères.
– Que faire ? L’évidence est là : diminuez votre consommation de viandes et de produits gras en général (sauf les huiles végétales) et mangez davantage de fruits et de légumes. Allez-y gaiement aussi du côté des fibres (30 grammes par jour). Les fibres, plusieurs études le démontrent, débarrassent rapidement l’organisme de ses toxines, en ne leur laissant pas le temps de s’installer à demeure.
– L’exercice devra également figurer parmi vos priorités. Faites-en un peu tous les jours, de manière à brûler une partie des graisses accumulées. Pourquoi ne pas vous adonner à la marche, par exemple ? Outre qu’elle rendra vie à vos artères, elle renforcera votre capacité cardio-respiratoire, vous fera maigrir et qui plus est vous détendra.

S’il s’agit du lupus érythémateux disséminé
Cette maladie n’est pas très répandue (de 2 à 5 cas chaque année en France), mais à terme, elle peut invalider. Elle touche principalement les femmes (4 cas sur 5) et se caractérise par l’apparition de plaques sur le visage et des douleurs articulaires. Le pronostic est bon mais encore faut-il se faire traiter.

S’il s’agit de la maladie de Raynaud
Les petites artères de vos extrémités sont rétrécies. Le sang n’arrive plus que très mal à s’y frayer un chemin, raison pour laquelle vos doigts et vos pieds sont pâles, douloureux et refroidis. Ce genre d’ennui survient surtout en période de froid. Pour une raison très simple : le froid favorise la vasoconstriction, c’est-à-dire le rétrécissement des artères. Mais le froid, dans le cas de la maladie de Raynaud, n’est que la goutte qui fait déborder le vase. Les vrais responsables s’appellent hérédité et cryoglobuline.
La cryoglobuline est une immunoglobuline (protéine du sérum sanguin) ayant la propriété de faire baisser la température du corps en deçà de son point normal, soit 37°C. Sa présence dans le sang est anormale, aussi, lorsqu’elle est détectée, faut-il dans certains cas songer à épurer ce dernier. Mais avant d’en arriver là, mieux vaut que vous vous en remettiez d’abord à votre médecin, qui vous prescrira probablement des inhibiteurs calciques.
Ceux-ci ont pour effet de dilater les artérioles mal en point, en bloquant l’entrée du calcium, principal responsable de leur contraction brutale.

Autres suggestions
Les inhibiteurs calciques, en effet, ne suffisent pas toujours complètement à la tâche. Il faut souvent prendre d’autres mesures. Voici les principales.
– Évitez autant que possible les expositions au froid. Si vous n’avez pas le choix, couvrez-vous bien au préalable. Faites bien attention à votre tête en particulier car, au dire des médecins, 55 % de la chaleur du corps s’échappe par cet endroit. En cas de crise, prenez un bon bain chaud. Les artérioles de vos extrémités se dilateront instantanément.
– Si vous fumez, vous feriez bien de cesser, car le tabac est probablement pour beaucoup dans votre problème. Le tabac, ne
l’oublions pas, provoque la vasoconstriction, c’est-à-dire le rétrécissement des artères. Connaissez-vous le gingko (Gingko biloba), une plante vendue sous forme d’extrait ? De plus en plus de médecins n’hésitent pas à le prescrire, ce qui n’est pas surprenant puisque beaucoup d’études ont démontré que le gingko :
• améliore la circulation en fluidifiant le sang et en empêchant la formation de caillots :
• est excellent pour le cerveau car il permet une bonne oxygénation cérébrale.

Si cet extrait de plante vous intéresse, F American Academy of Anti-Aging Medicine recommande d’en prendre quotidiennement 80 mg.
Les huiles de poisson possèdent également des propriétés curatives intéressantes. Une étude faite par PAlbany Médical Collège auprès de 11 personnes souffrant de la maladie de Raynaud démontre en effet que, 3 mois après avoir pris régulièrement des huiles de poisson, 5 d’entre elles n’avaient plus de symptômes de la maladie.

S’il s’agit du phénomène de Raynaud
II produit exactement les mêmes symptômes que la maladie de Raynaud (dont il est d’ailleurs un proche parent), mais ses causes
sont complètement différentes.

Elles sont de 2 ordres :
1. L’usage de machines vibrantes du type marteau-piqueur ou scie mécanique (le fonctionnement des artérioles – petites artères irriguant les extrémités – s’en retrouve perturbé).
2. L’habitude des vasoconstricteurs.

Le traitement
Il est simple. Si vous prenez des vasoconstricteurs, il faut bien sûr demander à votre médecin de revoir, si possible, votre ordonnance. Manifestement, le effets secondaires, sur vous, sont trop importants. Si la cause de vos soucis se retrouve plutôt du côté des machines vibrantes, vous n’aurez pas vraiment le choix. Vous devrez passer par la chirurgie. Elle consiste essentiellement à sectionner les fibres nerveuses rattachées à vos artérioles. Par la suite, toutefois, il vous faudra sans doute songer à trouver un autre travail, car le risque de récidive, dans votre cas, est toujours possible.

Mais aussi…

– Par temps froid, surtout avant d’aller dehors, buvez une boisson chaude et prenez l’habitude de bien vous réchauffer les mains. Vous éviterez ainsi en partie la vasoconstriction.
– La crise vous menace ? Battez les bras à la manière des hélices d’un avion. Vous enverrez ainsi du sang jusqu’à vos extrémités.
– Si vous avez souvent froid aux pieds, essayez les capsules de poivre. Vous en trouverez dans les boutiques diététiques. Elles sont très efficaces, au dire des personnes qui en ont fait l’essai.
– Voici une technique de rééducation des artères, telle qu’enseignée par le Dr Murray Hamlct, ancien directeur de l’Army’s Cold Research Division à Natick, Massachussets. Une précision cependant : pour des raisons évidentes, elle doit être pratiquée en saison froide seulement.

1. En position assise, gardez les mains pendant 5 bonnes minutes
dans une bassine d’eau chaude.
2. Enveloppez-les dans un linge et allez dehors. Enlevez le linge et restez ainsi pendant une période de 2 à 5 minutes.
3. Retournez les tremper au chaud, cette fois pendant 10 minutes.
4. Enveloppez-les à nouveau dans un linge et repartez au « front ».
5. Enlevez le linge et laissez derechef vos mains à l’air libre pour une autre période de 2 à 5 minutes.

Selon le Dr Hamlet, si vous répétez cette expérience de 3 à 6 fois par jour pendant 50 jours, la température de vos mains en viendra à dépasser celle du milieu ambiant de quelques degrés. Et l’effet,
ajoute-t-il, peut durer jusqu’à 2 ans.

Attention ! 
Si, outre que vos extrémités sont froides, vous avez de la fièvre, vous sentez fatigué ou encore éprouvez des douleurs aux articulations, faites-en part à votre médecin. Le phénomène des extrémités froides en soi n’est pas très grave, comme nous l’avons dit, mais il n’en va pas de même si vous avez d’autres symptômes.

Commentaires