Douleur à l'estomac

Douleur à l’estomac

Causes et Symptômes associes

Brûlures d’estomac: Douleurs pouvant parfois faire croire a l’angine de poitrine ; mauvaise haleine ; remontée jusqu’à la bouche d’un liquide acide et brûlant ; sensation de brûlure apparaissant après les repas

Cancer de l’estomac: Anémie, ballonnement abdominal, brûlures d’estomac, dégoût face à certains aliments, indigestion, perte d’appétit, perte de poids, selles noires, vomissements sanglants

Gastrite aiguë: Crampes dans la partie supérieure de l`abdomen, fièvre, maux de tête, nausées et vomissements, perte d’appétit

Gastrite chronique: Brûlures gastriques, constipation, crampes dans la partie supérieure de l’abdomen, flatulences, langue pâteuse, mauvaise haleine, perte d’appétit, selles noires, sensation d’estomac plein et vomissements parfois sanglants

Hernie hiatale ou diaphragmatique:  Anémie, brûlures d’estomac pouvant devenir très douloureuses – et même irradier vers l’épaule et le bras gauche au point de simuler crise cardiaque déglutition difficile, flatulences, hémorragies prolongées visibles au niveau des selles, hoquets et rots, vomissements avec du sang (Dans 85 % des cas, par contre, les personnes atteintes n’ont aucun symptôme)

Ulcère gastro-duodénal: Anémie, brûlures d’estomac, douleurs abdominales intermittentes dans la zone située au-dessus du nombril (crampes et brûlures épigastriquesK douleurs pouvant irradier dans le dos ou réveiller pendant la nuit, flatulences, mauvaise haleine, nausées, perte d’appétit, selles noires, vomissements (peut-être avec du sang, ce qui kordoope l’aspect du marc de café)

Ce que vous pouvez faire

S’il s’agit de brûlures d’estomac 
Les aigreurs et brûlures d’estomac sont toujours la conséquence d’une hyperacidité. Elles apparaissent généralement après avoir mangé, et peuvent se manifester de 3 façons :
1. Par une sensation de brûlure qui prend naissance derrière le sternum en irradiant vers la gorge et qui peut durer de 30 minutes à 2 heures
2. Par la présence de liquides brûlants qui remontent le long de l’œsophage jusqu’à la bouche.
3. Par de courtes crises qui s’accompagnent d’une douleur dans la poitrine et qui peuvent faire croire à l’imminence d’une crise cardiaque.
Plutôt désagréables, ces manifestations ne sont, généralement, que le fruit du stress, de mauvaises habitudes alimentaires ou, encore, résultent simplement de la consommation d’aliments spécifiques. Il est donc, la plupart du temps, facile de remédier à un tel problème.

Quelques règles de base pour diminuer l’intensité et la
fréquence de vos brûlures d’estomac

– Prenez l’habitude de manger dans un endroit calme, sans empressement et à l’abri du stress.
– Évitez les repas trop copieux ou trop riches en graisses. Ceux-ci
ne font que prolonger la digestion et ne permettent pas à votre estomac de se vider rapidement.
– Si vous souffrez de constipation, consommez plus de liquides et plus de fibres alimentaires.
– Surveillez votre poids : il est en effet reconnu que les personnes obèses sont plus susceptibles d’avoir des brûlures d’estomac.
– Ne mangez pas ou ne buvez pas de liqueurs alcoolisées le soir avant de vous coucher. Par contre, si vous désirez faire une sieste durant le jour après un repas, glissez un oreiller sous votre tête pour que celle-ci soit élevée d’environ 15 centimètres. Vous diminuerez, de la sorte, les risques d’avoir des remontées acides.
– Ne portez pas de ceintures ou de sous-vêtements qui vous
serrent trop fortement la taille.
– Certains médicaments comme les antihistaminiques, les antiinflammatoires, la pilule contraceptive et le valium peuvent
engendrer des brûlures d’estomac. Si vous êtes sous médication, assurez-vous donc auprès de votre médecin que vos médicament ne sont pas à la source de votre problème d’hyperacidité.
– Enfin, si vous fumez la cigarette, il vous faudra arrêter cat la nicotine augmente non seulement le taux d’acidité stomacal mais favorise également les retours d’acidité gastrique.

Des remèdes naturels très efficaces
II existe bon nombre de remèdes naturels qui agiront non seulement en rééquilibrant le rapport alcalinité/acidité de votre estomac  mais qui, également, atténueront les sensations de brûlures et les remontées acides.

Voici les plus importants :
– l’aloe vera est une plante médicinale qui, depuis toujours, a été
utilisée contre les problèmes gastro-intestinaux. Cette plante sera, ici, tout aussi efficace pour éliminer l’hyperacidité que pour soigner un œsophage irrité par les renvois d’acidité gastrique. Buvez-en avant et après chaque repas.
– l’argile verte remplacera très bien l’utilisation des antiacides puisque celle-ci détient des propriétés absorbantes remarquables. Mélangez une cuillerée à soupe d’argile verte dans 0,350 litre d’eau de source et laissez reposer au frais toute la nuit. Buvez une tasse de ce mélange après chaque repas ;
– en cas de brûlures gastriques, vous pouvez aussi utiliser la mélisse. Faites bouillir 50 grammes de mélisse (tiges et feuilles) par litre d’eau. Prenez-en une tasse après chaque repas ;
– le charbon végétal aux herbes éliminera l’excès d’acidité de votre estomac et absorbera les fermentations issues d’une mauvaise digestion. Prenez une tablette trois fois par jour.

Les antiacides contre les brûlures d’estomac occasionnelles
Si vous ne souffrez qu’occasionnellement de brûlures d’estomac, vous pouvez simplement avoir recours à des remèdes comme les antiacides. Peu coûteux et généralement très efficaces, ils sont de plus sans danger lorsque vous n’en abusez pas. Toutefois, vous levez savoir qu’il existe 2 types d’antiacides :
1. Les produits alcalins, comme le bicarbonate de soude. Ceux-ci agissent en neutralisant simplement l’acidité stomacale. Bien que leur effet soit instantané, ils ont l’inconvénient de provoquer un afflux d’alcalinité qui, en retour, force l’estomac à réagir en sécrétant encore plus d’acide chlorhydrique.
2. Les antiacides aux propriétés dites absorbantes, tel le carbonate calcique. Ceux-ci, plutôt que d’avoir une action neutralisante, contiennent des substances qui absorbent le surplus d’acidité sans, en conséquence, créer un afflux d’alcalinité dans votre estomac. Il est donc de loin préférable de toujours avoir recours à des antiacides aux propriétés absorbantes qug neutralisantes. Parmi eux, sous forme liquidg, le Phosphalugel , ou sous forme de comprimés à sucer, Gastrex , MAB , Digestif Marga .

– Enfin, n’oubliez pas que l’usage prolongé d’antiacides n’est pas
recommandé. En effet, les antiacides contenant du magnésium pris de façon répétée peuvent entraîner de la diarrhée tandis que ceux fait à base d’aluminium constipent. De plus, si vous souffrez régulièrement de brûlures d’estomac, des problèmes de santé plus sérieux, tel le début d’un ulcère gastrique pourraient en être la cause.
– Consulter son médecin est donc essentiel dans un tel cas, même lorsque les antiacides calment bien les douleurs.

Comment éliminer les retours d’acidité gastrique 
Les remontées acides, encore appelées « reflux gastro-œsophagien » sont dues au relâchement du sphincter œsophagien. Ce muscle situé à la jonction de l’estomac et de l’œsophage joue le rôle d’une valve dont la fonction est de laisser passer les aliments que vous mangez tout en empêchant l’acide gastrique et le contenu de l’estomac de rebrousser chemin. Il est ainsi reconnu que certains aliments favorisent le relâchement de ce muscle stratégique. Si vous souffrez régulièrement de remontées acides après les repas, vous devrez éviter de consommer les aliments suivants:
– les fritures et la nourriture grasse ;
– les oignons ;
– le jus de tomate et la purée de tomate ;
– les agrumes et les jus d’agrumes ;
– le chocolat ;
– la menthe ;
– le café et l’alcool ;
– la cigarette.

Bien sûr, vous pouvez également avoir recours aux antiacides pour éliminer un tel problème. Cependant, une étude récente effectuée à l’Université d’Oklahoma, aux États-Unis, vient de démontrer que, dans le cas de reflux gastro-œsophagiens, les antiacides pris sous forme de comprimés offraient une plus grande protection que les antiacides liquides. En effet, lorsqu’ils sont mâchés, les comprimés forment une matière gommeuse qui a tendance à coller à la paroi de l’œsophage le protégeant ainsi des reflux acides. De plus, mâcher stimule la production de salive qui a des propriétés antiacides naturelles.

S`il s’agit d’un cancer de l’estomac 
Malheureusement trop souvent, les toutes premières manifestations d’un cancer de l’estomac peuvent être attribuées à de simples troubles digestifs. Et lorsque des symptômes plus sévères apparaissent (dégoût pour certains aliments, amaigrissement, vomissements sanglants, selles goudronneuses) la tumeur est déjà rendue à un stade bien avancé. L’ablation de l’estomac ou « gastrectomie » est alors, dans la plupart des cas, le seul moyen qu’il reste pour complètement éliminer la tumeur. II va donc de soi que toute détection précoce du cancer de l’estomac augmente les chances se survie. De surcroît, une approche préventive demeure le moyen le plus sûr pour vous éviter d’être frappé par cette terrible maladie. ‘

Prévenez pour ne pas avoir à guérir
Il est aujourd’hui prouvé que les habitudes alimentaires de certaines populations sont liées à un taux de prévalence élevé du cancer de l’estomac. En contrepartie, il est également prouvé qu’une alimentation saine peut jouer un rôle déterminant dans la prévention de cette maladie. Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, suivez donc ces quelques recommandations.
– Limitez votre consommation d’aliments séchés salés comme les chips, galettes et biscuits salés souvent servis avec l’apéritif.
– Évitez les sous-produits de la viande et les viandes fumées en conserve. Tous ces mets préparés contiennent du nitrate de sodium, un agent de conservation reconnu comme étant cancérigène…!
– N’abusez pas de l’alcool. Malgré les bienfaits de plus en plus reconnus du vin, il n’en demeure pas moins que tout excès de boissons alcoolisées ne fait qu’augmenter vos risques d’avoir un cancer de l’estomac.
– On ne le dira jamais assez, la cigarette n’est pas seulement responsable du cancer des poumons. En réalité, en fumant plus d’un paquet de cigarettes par jour, vous avez 50 % plus de risques de souffrir un jour d’un cancer de l’estomac. Qui plus est, même après avoir cessé de fumer, ce taux de probabilité n’en diminue pas pour autant et peut même subsister jus- qu’à 30 ans.
– Consommez beaucoup de fruits et de légumes frais. Riches en fibres, en vitamines et en anti-oxydants, ces aliments permettent de maintenir en bonne santé votre système digestif tout en vous protégeant non seulement du cancer de l’estomac mais aussi de celui du côlon.
– Certains aliments semblent avoir des propriétés anticancéreuses plus spécifiques. Tel est le cas de l’ail, l’échalote, la ciboulette, l’oignon et le poireau, des légumes appartenant à la famille des liliacées. Leurs vertus anticancéreuses s’expliqueraient par leur contenu important en allicine. Des études ont montré que les groupes de population qui en consommaient plus de 12 kg par an étaient exempts de cancer du l`estomac.

S’il s’agit d’une gastrite aiguë
La gastrite aiguë est une inflammation de la muqueuse de l’estomac qui peut avoir de nombreuses causes : excès de mets épicés, allergies alimentaires, nourriture périmée, surconsommation d’alcool, bactéries ou virus, produits chimiques irritants (cigarette, abus d’aspirine). Le stress constitue aussi un facteur prédisposant.
Il arrive, également, que la gastrite soit associée à une inflammation de l’intestin. On parle alors de gastro-entérite. Cette dernière se différencie de la gastrite principalement par la présence de crampes violentes au niveau de la région abdominale inférieure et par de la diarrhée intermittente.
En temps normal, une gastrite aigue ne dure que de 1 à 3 jours.
1-lle nécessite simplement que vous preniez du repos et, qu’au plus fort de la crise, vous vous absteniez de toute nourriture. Néanmoins, une inflammation de la muqueuse gastrique peut devenir permanente lorsque vous avez des gastrites à répétition. C’est la gastrite dite chronique, un trouble sérieux qui peut entraîner de graves complications s’il n’est pas adéquatement traité. C’est la raison pour laquelle il est important de bien identifier et de bien éliminer les causes de votre gastrite. Vous éviterez ainsi à court terme toute récidive de la maladie et, à long terme, des problèmes de santé beaucoup plus sérieux.

Gardez le lit et buvez beaucoup
Au plus fort de la crise, les douleurs et les malaises liés aux crampes, aux nausées et aux vomissements doivent être endurés « stoïquement ». Vous pouvez néanmoins adoucir votre sort de plusieurs façons. Il est donc sage, tout au moins la première journée, de garder le lit et surtout de vous abstenir de toute nourriture. Il est important, également, que vous buviez beaucoup pour prévenir toute déshydratation.
Contentez-vous de boire, au début, de l’eau et des tisanes. Il
existe de nombreuses plantes qui détiennent des propriétés antispasmodiques et anti-inflammatoires comme la camomille, la mélisse ou, encore, la racine de consoude. Ces tisanes sont donc, également, excellentes pour calmer les spasmes de l’estomac et apaiser les douleurs liées à l’inflammation de la muqueuse gastrique.
Par ailleurs, si boire vous donne envie de vomir, laissez la nature suivre son cours. Votre estomac sera, ainsi, libéré plus rapidement des aliments indigestes ou des substances toxiques et irritantes qui sont, actuellement, à la source de votre gastrite. Lorsque les nausées et les vomissements finissent enfin par disparaître, vous pouvez tranquillement recommencer à manger. Toutefois, contentez-vous pour la première journée de nourriture liquide comme des jus de fruits naturels non sucrés, des bouillons de légumes et des soupes légères. Si votre organisme semble bien accepter ces premiers aliments et que votre état s’améliore de façon notable, vous pouvez alors passer à l’étape finale de votre rétablissement.

Optez pour un retour à la normale tout en douceur 
Une gastrite met toujours à rude épreuve votre système digestif. Ne soyez donc pas trop pressé de retrouver votre tasse de café matinale ou votre petit verre d’apéritif. En fait, tout dépendant de la sévérité de votre gastrite, dites-vous bien qu’une bonne semaine de modération alimentaire ne sera pas trop pour donner le temps à votre estomac de retrouver ses pleines fonctions. De plus, à vouloir aller trop vite, vous ne feriez que prolonger de plusieurs semaines l’état de faiblesse dans lequel se trouve votre système digestif. Dans tous les cas, attendez donc que votre organisme se soit bien rétabli avant de songer à une gastronomie élaborée ! Bien au contraire, faites-vous des repas légers faciles à digérer et choisissez des aliments qui ne risquent pas d’irriter votre estomac. Préférez, par exemple, le riz blanc au riz complet. Faites cuire, tout simplement, vos légumes à la vapeur et assaisonnez-les avec un peu de beurre. Contentez-vous aussi, les premier jours, de biscottes et mangez plutôt des fruits que des crudités.

Par la suite, et au fur et à mesure que vous retrouvez l’appétit, vous n’avez qu’à réintégrer graduellement à votre menu quotidien les crudités, les produits laitiers, la viande et le poisson. Enfin, si malgré tous vos efforts et toutes vos précautions vos malaises gastriques se prolongeaient plus de 3 jours, ou encore réapparaissaient après une courte période, consultez votre médecin.

S`il s’agit d’une gastrite chronique
La gastrite chronique est une inflammation de la muqueuse de l’estomac qui persiste sur une longue période de temps. Une telle
inflammation chronique est, généralement, due aux séquelles de gastrites aiguës consécutives ou, encore, est la conséquence d’une consommation excessive et prolongée d’epiecs, d’alcool ou de toutes autres substances irritantes.
Outre les douleurs et les malaises gastriques que peut engendrer une gastrique chronique, certaines formes de la maladie risquent éventuellement de mener à de plus graves complications comme un ulcère ou même un cancer de l’estomac.
– Il est donc toujours important de consulter votre médecin et, surtout, d’agir rapidement. Soigner une gastrite chronique vous demandera de la patience, car plusieurs mois peuvent être nécessaires pour en venir à bout ou, tout au moins, pour arriver à la garder sous contrôle.

Quoi qu’il en soit, voici les règles de bases importantes que vous devez suivre dans une telle situation.
– Prenez l’habitude de manger des petits repas.
– Bannissez les épiecs fortes de votre alimentation.
– Ayez recours à des antiacides lorsque vous souffrez d’hyperacidité gastrique. (Voyez plus haut S’il s’agit de brûlures d’estomac dans cette même rubrique).
– Assurez-vous que vous ne souffrez d’aucune allergie alimentaire. Réduisez votre consommation d’alcool au minimum.
– Renseignez-vous auprès de votre médecin, lorsque vous êtes sous médication, pour en savoir plus sur les effets secondaires que peuvent exercer vos médicaments.
– Vérifiez si votre milieu de travail ou même votre maison ne vous expose pas, à votre insu, à des produits chimiques nocifs.
– Arrêtez de fumer ou, du moins, réduisez votre consommation de manière significative.

S’il s’agit d’une hernie hiamie ou diaphragmatique
Le diaphragme est ce muscle qui sépare votre thorax de votre abdomen où se trouve notamment l’estomac. C’est pourquoi l’œsophage, qui amène la nourriture de la bouche vers l’estomac, traverse le diaphragme par un orifice appelé hiatus. Or, il arrive qu’une petite portion de l’estomac soit poussée vers le haut et remonte par cet orifice diaphragmatique. Une poche se forme par delà cet orifice et Ton parle donc alors d’hernie hiatalc ou diaphragmatique.
Ce phénomène peut passer totalement inaperçu chez plus de 80 % des personnes affectées. Chez les autres, le symptôme le plus significatif consistera sans doute en brûlures d’estomac qui prendront parfois des proportions inquiétantes.

Ce symptôme s’explique comme suit. 
Normalement, le muscle qui ceinture l’orifice diaphragmatique se contracte pour empêcher la remontée des sécrétions acides de l’estomac. Mais pour diverses raisons, ce sphincter diaphragmatique peut ne pas fonctionner – de manière occasionnelle ou prolongée. Le reflux gastro-œsophagien est donc inévitable et il provoque cette sensation de douleur derrière le sternum que l’on associe aux brûlures d’estomac. Cette douleur peut même s’aggraver et se diffuser vers l’épaule et le bras à la façon d’une crise cardiaque. Mais comme cette douleur ne s’accentue pas avec l’effort, vous n’avez pas à craindre une crise cardiaque.

Pourquoi ce phénomène ?
D’abord, parallèlement à une hernie hiatale, l’anneau musculaire peut s’affaiblir avec le temps. Ce sont donc généralement les gens de 50 ans et plus qui souffrent de ce problème.
Par ailleurs, en dehors de l’âge, certaines situations ou positions hernie hiatale. C’est-à-dire plus précisément:
– la grossesse;
– l’obésité;
– Paprès-repas (c’est généralement le moment que choisit la douleur pour apparaître) ;
– le simple fait de vous allonger, de vous pencher (de telles positions amplifient la douleur) ;
– la tendance à forcer à la selle ;
– les éternuements ou les toussements ;
– les exercices très exigeants pour les abdominaux

Quelques trucs très simples
– Après un repas :
• efforcez-vous de rester debout au moins 2 ou 3 heures ;
• buvez beaucoup d’eau.
– En cas de brûlures d’estomac, vous pouvez utiliser des antiacides, mais prenez le temps d’essayer le gel d’aloe vera ou l’argile verte. Ces 2 solutions de rechange vous permettront d’éviter l’usage prolongé des antiacides, qui n’est pas sans conséquences.
– Surélevez la tête de votre lit d’une dizaine de centimètres. Vous
empêcherez ainsi la remontée des sécrétions irritantes dans l’œsophage au moment où vous vous étendrez pour vous reposer.
– Prenez des petits repas, faibles en graisses, et limitez votre consommation d’alcool.
– Cette dernière mesure vous aidera en plus à maigrir, si vous souffrez d’obésité qui représente un facteur d’aggravation.
– Autres restrictions alimentaires à part l’alcool : les boissons gazeuses, le jus de citron.
– Le fait d’exercer une forte pression sur la cavité abdominale est le commun dénominateur derrière plusieurs causes de la hernie hiatale. Par conséquent :
• ne forcez pas lorsque vous allez à la selle ;
• évitez ce qui peut entraîner des toussements : tabagisme, atmosphère polluée, etc ;
• restreignez la pratique des exercices trop exigeants pour les
• ne portez pas de vêtements serrés (quand ceux-ci le sont, ils s’exercent une pression non négligeable sur votre abdomen)

Une conséquence grave à surveiller
Outre ces symptômes fort évidents que sont les brûlures d’estomac, il en existe un autre moins frappant mais qui n’en constitue pas moins un signe grave qui vous montre qu’il est vraiment temps de faire quelque chose : du sang dans les selles. Ce symptôme signifie en effet qu’une partie importante de l’estomac est remontée dans votre cage thoracique. Il en résulte des hémorragies internes importantes qui entraîneront à la longue une carence importante en fer – et donc une anémie.

S ‘il s’agit d’un ulcère gastro-duodénal
L’ulcère est une maladie qui affecte aussi bien les hommes, les femmes et les enfants. Il est à la fois le résultat d’un déséquilibre du milieu acide de l’estomac et d’une incapacité de la paroi de l’esto-
mac à se protéger contre les sucs gastriques très acides que celle-ci
sécrète. Une ou plusieurs plaies peuvent alors se former soit dans la
cavité de l’estomac, soit au niveau du duodénum. L’ulcère de l’estomac se manifeste le plus souvent après 60 ans et touche surtout les femmes.
– L’ulcère duodénal est, quant à lui, plus fréquent chez les hommes et survient plutôt entre 30 et 50 ans. De plus, l’ulcère duodénal peut se reconnaître par une sensation de faim douloureuse tandis que, dans le cas d’un ulcère de l’estomac, la douleur est généralement associée à l’ingestion de nourriture.
Dans tous les cas, l’aggravation de l’ulcère peut entraîner une perforation de la paroi digestive et provoquer des saignements ou même des hémorragies internes. Fort heureusement, une telle situation demeure assez rare. Bien que le stress et l’anxiété ont depuis toujours été mis en cause dans l’ulcère, les scientifiques savent aujourd’hui qu’une bactérie appelée Hélicobacter pylori est aussi bien souvent impliquée dans l’apparition et l’évolution de la maladie.

Toutefois, la présence de cette bactérie chez un individu ne signifie pas automatiquement qu’un ulcère soit présent. Les chercheurs estiment en effet que plus de la moitié de la population mondiale est infectée par la bactérie, les pays en voie de développement étant les plus touchés avec 80 % de gens infectés.
Or, parmi toutes ces personnes à risque, seules 10 à 15 % d’entre elles auront un ulcère dans les 20 prochaines années !
Malgré cela, il n’en demeure pas moins que de 70 à 90 % des gens qui ont un ulcère sont infectés par la bactérie. Il peut donc être important de passer un test de dépistage, si votre passé médical indique qu’un risque existe. Néanmoins, dans tous les cas, bactérie ou pas, vous pouvez faire beaucoup en soignant votre ulcère par des moyens naturels.

Le stress, toujours un grand coupable
S’il est reconnu, aujourd’hui, qu’un ulcère peut être guéri grâce aux antibiotiques, ceux-ci ne feront rien cependant pour éliminer votre stress. Et c’est un fait que vous ne devez pas perdre de vue :
les personnes stressées, anxieuses, sous pression psychologique continue ou aux prises avec des difficultés émotionnelles sont plus susceptibles d’avoir un ulcère de l’estomac ou du duodénum. Vous ne pouvez donc rejeter toute la faute sur une mystérieuse bactérie.
En fait, un mode de vie déréglé où prédomine le stress affectera directement votre système immunitaire. Dans de telles circonstances, L`Hélicobacter pylori risque de se développer plus facilement dans votre estomac et de faire son travail sournois.

Adopter un mode de vie sain ne peut donc que vous être bénéfique. Par conséquent :
– réservez-vous des périodes durant la journée pour vous relaxer, faire du yoga ou encore méditer ;
– prenez l’habitude de manger à des heures régulières dans un environnement calme;
– maintenez-vous en forme en faisant régulièrement de l’exercice physique.

Évitez l’alcool, la cigarette et… l’aspirine
L’alcool et le tabac sont deux facteurs irritants qui non seulement augmentent la fréquence des ulcères mais ralentissent également leur guérison. Il en va de même de l’aspirine et des anti-inflammatoires non stéroïdiens qui endommagent la muqueuse tapissant la paroi de l’estomac. Et si vous fumez la cigarette tout en prenant régulièrement de l’aspirine, vous multipliez par 2 vos risques de développer un ulcère.

Ce que vous pouvez manger
On a cm pendant longtemps que les aliments acides favorisaient l’apparition de l’ulcère. Aujourd’hui, une telle notion a bien été relativisée et les restrictions alimentaires qui en découlaient ont grandement diminué. Voici donc quelques règles de bases simples à suivre.
– Limitez la consommation d’aliments qui risquent d’irriter la muqueuse de votre estomac, comme les condiments acides, le vinaigre, les épices, les fritures, les jus de fruits, le café et le thé noir.
– Diminuez votre apport en viande puisque celle-ci nécessite une digestion très chargée en acide chlorhydrique.
– Évitez les aliments qui sont difficiles à digérer ou qui provoquent de l’intolérance alimentaire. Méfiez-vous tout particulièrement du lait : non seulement il est, bien souvent, source d’allergie mais il augmente aussi le niveau d’acidité gastrique.
– Optez pour une alimentation riche en îibres. Lie nomoreux cnercheurs pensent, en effet, que les fibres alimentaires peuvent prévenir les récidives de la maladie.
– Facilitez le travail de votre estomac en prenant l’habitude de bien mâcher vos aliments et en évitant de faire des repas trop copieux.

Quelques aliments et remèdes essentiels pour soigner votre ulcère

La racine de réglisse contient des substances qui, d’une part diminuent la quantité des sécrétions acides et, d’autre part, accélèrent la guérison de la paroi gastrique ulcérée.
Pour profiter de ses vertus :
• faites bouillir de 30 à 50 g par litre d’eau pendant 5 minutes puis laissez macérer toute la journée ;
• buvez-en une tasse avant et après chaque repas en évitant, toutefois, de prolonger le traitement.

Note importante : la réglisse est toutefois déconseillée aux gens souffrant d’hypertension.
– Le jus de chou contient de la vitamine E, une substance ni plus ni moins anti-ulcère qui forme une barrière entre la muqueuse de l’estomac et les sécrétions acides. Vous pouvez en boire jusqu’à
– Les propriétés cicatrisantes du gel d’aloc vera font de cette plante un remède de premier choix pour guérir des plaies ulcéreuses.
S’il s’agit d’un produit de qualité, 2 grosses cuillerées à table de gel buvable avant et après chaque repas suffiront. Et si le goût vous déplaît, mélangez simplement le gel avec un jus de fruit.
– Le miel, qui est un antibiotique naturel, serait en mesure de prévenir la prolifération de YHèlicobacter pylori. Lors de tests effectués en laboratoires, une colonie de cette redoutable bactérie a ainsi été détruite au contact d’une solution de 5 % de miel de fleur de manuka.

Que faire si vous avez L`Hélicobacter pylori ?
Lorsqu’un test de dépistage vient confirmer la présence de L`Hélicobacter pylori, il vous faut alors avoir recours à une fibroscopie pour vérifierqu’un ulcère est également bien présent.
Lors de cette intervention plus désagréable que douloureuse, le médecin vous introduit par la bouche un endoscope (faisceau de
fibres de verre) au bout duquel une minuscule caméra permet de visualiser la muqueuse de votre estomac. La fibroscopie est actuellement le moyen le plus fiable pour diagnostiquer un ulcère. Si une plaie ou une lésion est découverte, votre médecin peut alors vous prescrire des antibiotiques associés à un antiacide. De plus, pour déjouer toute résistance éventuelle de la bactérie, il est possible d’utiliser plusieurs types d’antibiotiques lors d’un même traitement; Cette approche, très efficace, semble aussi donner de bons résultats à long terme puisque plus de 85 % des patients ainsi traités n’auront pas de récidive.

Mais aussi…
– Une douleur dans la poitrine peut aussi bien être la manifestation d’une brûlure d’estomac que d’une crise cardiaque. Comment faire la part des choses pour ne pas vous inquiéter inutilement ? Eh bien, règle générale, une des caractéristiques de la douleur associée à l’angine de poitrine est de s’aggraver lorsque vous faites de l’exercice physique et de diminuer quand vous vous reposez. Si vous êtes en mesure de faire ce lien avec votre douleur dans la poitrine, consultez sans tarder votre médecin.
– Si vous souffrez régulièrement de reflux gastro-œsophagiens,
consultez votre médecin. Une telle pathologie peut, en effet,
entraîner à la longue une irritation et, parfois même, une lésion de
la paroi de l’œsophage.
– Si vous vomissez du sang ou encore avez des selles goudronneu-
ses, consultez sans tarder votre médecin.

Commentaires