Douleur à la hanche

Douleur à la hanche

Causes et Symptômes associés

Arthrose de la hanche (coxarthrose) – Craquements (parfois), déformations, douleur lors de la marche et boiterie, excroissances osseuses aux articulations, gonflement (parfois), inflammation, mouvements limités.

Avitaminose D – Contractures musculaires, douleurs dans les membres et la colonne vertébrale. Enfant: os mous, rachitisme.

Bursite de la hanche – Articulations enflées et rouges, chaleur, mouvements limites, sérosité.

Entorse des adducteurs – Douleurs à l’aine.

Fracture du col du fémur – Genou et pied tournés vers l’extérieur, marche très difficile.

Luxation congénitale de la hanche – Déplacement du fémur, sciatique.

Maladie de Legs-Perthes-Calvé – Atrophie des muscles de la partie supérieure de la hanche, boiteric. douleurs à la hanche et au genou, mouvements limités.

Ostéomalacie – Déformations osseuses (vertèbres et membres inférieurs), douleurs articulaires aux épaules, os qui se brisent.

Ostéoporose – Asymétrie des membres inférieurs (parfois), difficulté à lever un poids, douleurs dans le bas du dos (parfois), douleurs à
l’aine (surtout après une chute), os qui se brisent, risque accru de fractures.

Polyarthrite rhumatoïde – Articulations rigides, déformation des doigts et des orteils (parfois), douleurs articulaires, douleurs musculaires, douleurs nocturnes et matinales, engourdissement,
extrémités froides, inflammation des articulations, gonflement, raideurs, os qui se brisent.

Tendinite de la hanche – Fourmillements (parfois), grande sensibi-
lité à la palpation, mouvements limités.

Votre hanche est à la fois très solide et très vulnérable

Après l’épaule, c’est la partie la plus mobile de votre corps. Mais c’est aussi la plus sollicitée. Pensez-y. Outre qu’elle supporte tout votre poids, elle vous permet de marcher, courir, sauter, enjamber un obstacle, danser ou encore rester assis pendant de longues heures. En quelque sorte, elle est votre pierre d’assise. Celle sans qui une infinité de gestes, de mouvements vous seraient à tout jamais interdits. En revanche, elle peut se révéler très vulnérable. Formidablement vulnérable, même. Le temps passant, en effet, ou tout simplement un accident survenant, il n’est pas rare qu’elle montre des signes.

Ce que vous pouvez faire
Bien sûr, vous pouvez réagir, lutter contre la fatalité. Les problèmes liés à la hanche ne sont pas tous insolubles, tant s’en faut. En tout premier lieu, voyez sans faute un médecin, surtout si vos douleurs se manifestent la nuit ou qu’elles constituent des empêchements dans vos activités régulières. Il est très important que vous maîtrisiez d’abord cet aspect de votre malaise. Par la suite, vous aurez le choix : ou vous en remettre complètement à la médication prescrite par votre médecin, ou tenter quelques-unes des approches thérapeutiques que nous vous suggérons. Ce sera à vous départager le pour et le contre.

S’il s’agit d’une arthrose de la hanche (coxathrose)
Consultez la rubrique Articulations rigides dans la section Mus-
cles et squelette.

S’il s’agit de l’avitaminose D
Elle entraîne un ramollissement des os et par conséquent des dou-
leurs. Elle est duc à une carence en vitamine D d’origine alimentaire
ou à une malabsorption de celle-ci.
On la traite avec des doses massives de la vitamine en cause.

S’il s’agit d’une bursite de la hanche
Consultez la rubrique Douleurs articulaires^(en général) dans la
section Muscles et squelette.

S’il s’agit d’une entorse des adducteurs
On l’appelle plus prosaïquement « entorse des cavaliers », du nom
de ses principales victimes.
Si vous en êtes affligé, votre démarche n’a rien de particulière-
ment élégant. Elle est très pénible, voire forcée. Mais en général, ce sont surtout les sportifs et les artistes travaillant beaucoup avec leurs jambes qui en souffrent: skieurs, patineurs, footballeurs, danseurs, etc.

Les mesures a prendre
Rassurez-vous, vous n’avez rien là qui soit très grave. À moins que vous ne vous soyez déchiré un ligament ou un tendon (en ce cas. il vous est impossible de marcher), il est tout à fait possible de se remettre de ce genre d’ennui en quelques jours.
Voici quelques suggestions: pour commencer, repos absolu. Laissez vos tendons ou vos ligaments, qui ont subi un étircment, reprendre leur forme première; en même temps, faites des applications de glace matin, midi et soir, à raison de 20 minutes chaque fois. Cela calmera la douleur et obligera ligaments et tendons à se contracter;
lorsque la douleur aura disparu (au bout de 2 à 4 jours, normalement), faites de légers exercices (marche, vélo, gymnastique douce) afin que vous puissiez recouvrer votre mobilité; si votre entorse est d’origine sportive, n’oubliez pas cette règle de base: faites au moins 10 minutes d’exercices d’échauffement avant d’entrer en lice. Cela vous évitera des blessures.

Quelques mesures complémentaires
Avez-vous déjà songé au gel de silice? Il contient une substance
naturelle qui aide muscles et tendons à demeurer souples.
Prenez-en quotidiennement 2 cuillerées à soupe. (Pour plus de détails sur ce produit, voyez Le gel de silice pour redonner souplesse aux tendons à la rubrique Douleurs articulaires (en général) dans la section Muscles et squelette).
Autre substance à ne pas négliger: la vitamine C. Outre ses propriétés antioxydantes, elle contribue à la formation du collagène, une protéine sans laquelle peau et muscles ne seraient plus fonctionnels. Ne vous gênez donc pas: faites amplement provision de cette vitamine. N’hésitez d’autant moins qu’elle est dénuée de tout caractère de toxicité. Tous les surplus que vous prendrez, en effet, seront automatiquement évacués par votre organisme. Comme dose de départ, nous vous suggérons 500 mg quotidiennement. Mais en réalité, tout dépend de votre état de santé général, si vous fumez ou non (la cigarette, on le sait, détruit la vitamine C), bref, de vos véritables besoins. Dans le doute, demandez l’avis de votre médecin.

S’il s’agit d’une fracture du col du fémur
C’est là, hélas, un problème fréquent chez les gens du troisième âge, en particulier chez les femmes souffrant déjà d’ostéoporose.
La personne fait une chute, se relève et, bien qu’elle ait mal, continue de vaquer à ses affaires. La plupart du temps, elle flaire anguille sous roche, « mais puisque je suis capable de marcher », se dit-elle, elle croît faire une bonne action en tâchant d’oublier. Or c’est là la pire attitude à adopter.
Si vous faites une chute, surtout sur la hanche, ne prenez aucun risque, consultez immédiatement un médecin. Une fracture de la hanche ou du col du fémur peut avoir des conséquences dramatiques, en particulier si vous êtes âgé et souffrez d’ostéoporose.
Comment traite-t-on une fracture du col du fémur?
Cela dépend beaucoup du type de fracture que vous avez; de toute façon, une hospitalisation est impérative pour faire un bilan de la fracture. Ensuite, le chirurgien vous informera du type d’intervention à réaliser en fonction du type de fracture: soit une plaque pour maintenir le col du fémur, soit une prothèse de la tête et du col du fémur.
– Par la suite, une rééducation à l’aide d’un kinésithérapeute sera
nécessaire pour renforcer vos muscles, vous aider à marcher à nouveau, soulager les douleurs et contribuer à la consolidation de
votre fracture.
– Pour une bonne consolidation de vos os et aussi de façon préventive, un régime riche en calcium et en magnésium est un atout
précieux.

S’il s’agit d’une luxation congénitale de la hanche
C’est un problème que l’on rencontre surtout chez les femmes vivant en Bretagne et dans le Massif central. Il est caractérisé par une insertion incomplète de la tète du fémur dans la cavité de l’os iliaque.
Grâce à différentes techniques orthopédiques, il est facile, de nos
jours, de remédier à cette situation.

S’il s’agit de la maladie de Legg-Perthes-Calvé
Consultez la rubrique Boitcric dans la section Muscles et squelette.

S’il s’agit d’osteomalacie
Consultez la rubrique Os qui se brisent dans la section Muscles et
squelette.

S’il s’agit d osteoporose
Consultez la rubrique Os qui se brisent dans la section Muscles et
squelette.

S’il s’agit de polyarthrite rhumatoïde
Consultez la rubrique Inflammation des articulations dans la section Muscles et squelette.

S’il s’agit d’une tendinite de la hanche
Consultez la rubrique Douleurs articulaires (en général) dans la section Muscles et squelette.

Mais aussi…
Nombre de personnes âgées craignent de sortir durant l’hiver, de peur de faire une chute pouvant s’avérer fatale. En un sens elles ont raison.
Mais avez-vous déjà songé que vous pourriez réduire considérablement le risque de chute, grâce à un moyen très simple?
Ce moyen simple, c’est l’exercice régulier.
Grâce à l’exercice, vous accroîtriez et votre résistance musculaire et votre masse osseuse. Qui plus est, vous seriez en mesure de réagir plus rapidement en cas de danger ou d’obstacle.
Pourquoi ne pas vous y mettre vous aussi? Il existe de nombreux
programmes d’exercices physiques (en solo ou en groupe) spécialement conçus pour les gens de votre âge. Informez-vous
auprès de votre médecin ou de votre clinique.
Si vous souffrez de problèmes chroniques aux os, prenez soin de voir régulièrement votre médecin. Il pourra vous aider à réajuster le tir, lorsqu’il le faudra.

Attention!
Si après une chute ou un coup, la douleur persiste au-delà du raisonnable (quelques jours), consultez un médecin sans la moindre
hésitation. Il en va de même si vous avez également des douleurs à la jambe ou au pied.
Votre colonne vertébrale vous fait-elle mal? Méfiez-vous aussi.
Une hernie discale est vite arrivée, surtout après une chute.

Commentaires