Démangeaisons vulvaires

Démangeaisons vulvaires

Causes et Symptômes associés

Diabète sucré – Bouche sèche, bourdonnements d’oreilles, crampes musculaires dans les jambes, engourdissement, faim excessive, fatigue générale, frigidité, gain de poids (dans le cas du diabète gras), impuissance, mauvaise haleine, perte de la libido, perte de poids (dans le cas du diabète maigre), soif excessive, urines abondantes et fréquentes, vision trouble (dans le cas du diabète gras), vulnérabilité aux affections cutanées et vaginales (dans le cas du diabète gras).

Herpès – Démangeaisons, enflure, formation de petites vésicules regroupées qui éclatent et se couvrent d’une croûte, picotements sur la zone affectée (les lèvres, la vulve ou le pénis), relations sexuelles douloureuses.

Infection vaginale – Fortes démangeaisons, pertes blanches et granuleuses.

Ce que vous pouvez faire

S’ils’agit du diabète sucré
Consultez les rubriques:
– Miction fréquente et excessive (polyurie) dans la section Appareil urinaire;
– Frigidité et Perte de la libido dans la section Organes sexuels et reproducteurs.

S’il s’agit de l’herpès
Consultez la rubrique Ampoule dans la section Peau, cheveux et ongles.

S’il s’agit d’une infection vaginale
Consultez les rubriques Démangeaisons vaginales et Pertes vaginales dans la section Organes sexuels et reproducteurs.

Mais aussi…

1. Pour les savons, crèmes, lotions, etc.
– Évitez l’emploi de produits parfumés: savons, crèmes, huiles de bain, solutions moussantes pour le bain, shampooing.
– La région vulvairc est une muqueuse qui, comme la bouche, n’a pas besoin d’être nettoyée au savon. Si vous avez toutefois l’impression qu’un « savonnage » est nécessaire, utilisez un savon non-parfumé.
– Nettoyez vos sous-vêtements avec des savons doux et sans parfum, rincez abondamment et laissez sécher à l’air libre. N’utilisez pas de détergents trop concentrés, d’eau javellisante, d’assouplissant ou de produits antistatiques.

– Les produits hydratants de même que les produits pour épiler ou
raser, les protections solaires, le talc, le bicarbonate de soude, la
fécule de maïs sont tous des produits qui peuvent irriter la mu-
queuse.
– Il en va de même des lubrifiants vaginaux, des produits médica-
menteux (gelée de benzocaïne, etc.).
– Evitez encore les vaporisateurs hygiéniques.
– Attention aux douches vaginales. Elles détruisent la protection
naturelle présente dans le vagin et dans la vulve.
Les douches tièdes assèchent et irritent beaucoup moins la vulve qu’un bain chaud.
Si vous prenez un bain, rincez soigneusement la baignoire à l’eau
courante afin d’éliminer toutes traces de détergents. Rincez éga-
lement votre baignoire après l’avoir utilisée pour éviter de conta-
miner quelqu’un d’autre.
– Évitez de vous laver les cheveux dans le bain. Le shampooing qui
se retrouve dans l’eau du bain peut être irritant.
Lorsque vous vous lavez les cheveux sous la douche, ne laissez
pas le shampooing glisser jusqu’à votre vulve. Inclinez la tête vers l’avant pour permettre à l’eau de couler directement sur le sol de la douche.
Après le bain ou la douche, vous pouvez utiliser un séchoir à cheveux pour bien assécher votre vulve mais prenez soin de régler le séchoir à basse température.

3. Pour les vêtements
Ne portez pas de slip durant la nuit afin de permettre à votre
vulve de s’aérer.
Durant le jour, ne portez pas de slips trop moulants. Choisissez le
blanc et les fibres naturelles. Les teintures ainsi que les fibres
synthétiques sont plus susceptibles de provoquer des irritations.
– Lavez les nouveaux slips avant de les porter.
– Portez des vêtements amples et souples plutôt que des vêtements
épais et moulants (jeans, juste-au-corps, bas-collants, vêtements
de lycra ou de spandex). Si vous portez des bas de nylon, taillez une ouverture dans l’entre-jambe du collant afin de permettre une
meilleure aération. Vous pouvez également porter des bas de nylon et des jarretelles.
– Portez toujours un slip sous vos collants.
– Evitez de porter trop longtemps votre maillot de bain, surtout s’il est mouillé. Changez-vous dés que vous sortez de la piscine.
– Ne vous habillez pas trop chaudement.

4. Pour la chaleur et l’irritation
Evitez la chaleur excessive causée par les couvertures électriques, les lils d’eau surchauffés, les housses de matelas en plastique, les sièges d’auto chauffants, les longues randonnées en auto et les sièges de plastique.
Ne restez pas en position assise pendant de longues périodes, évitez aussi de croiser vos jambes.
L’usage de papier toilette teinté peut être irritant.

5. Pour le traitement
– Plutôt que de traiter des vaginites récurrentes par vous-même
avec des produits vendus sans ordonnance, consultez votre médecin.
– Il arrive qu’un traitement prescrit pour soigner une infection
urinaire provoque une vaginite. Si cela vous est déjà arrivé, mentionnez-le à votre médecin. Celui-ci pourra alors vous prescrire
un traitement plus court (3 jours) à base de nitroturantoïne. Ces
– traitements affectent moins la flore vaginale.

6. Pour les relations sexuelles
Les spermicides contenus dans les mousses contracepuves (sur les préservatifs, les gels, les éponges, etc.) peuvent être irritants.
Évitez absolument les contacts génitaux après vous être adonnée
à des contacts anaux, aussi réduits soient-ils.
Certains facteurs tels le post-partum. la ménopause et l’usage de
certains contraceptifs oraux favorisent les problèmes de lubrification.

Des lubrifiants solublcs à l’eau peuvent alors être utilises généreusement mais ils ne doivent pas contenir de substances graisseuses.
– La salive, le frottement avec la moustache et la barbe peuvent être irritants.
L’irritation de la vulve peut aussi être due à des rapports sexuels trop fréquents, surtout durant vos règles alors que la muqueuse vaginale est plus sèche.

7. Pour l’hygiène aux toilettes
Dernier point mais non le moindre – le plus important en fait essuyez-vous toujours de l’avant vers rarrière. Autrement, vous risquez de répandre les bactéries présentes dans les selles jusqu’à la vulve et provoquer une infection.

 

Commentaires