Déformation des doigts

Déformation des doigts

Causes et Symptômes associés

Arthrose – Articulations rigides, craquements (parfois), excroissances osseuses aux articulalions, gonflement (parfois), inflammation, mouvements limités.

Contracture ischémique – Avant-bras mince, doigts en formes de serres, doigts se redressant lors de la flexion, pâleur de la main, prise d’un objet possible seulement lors de la flexion de la main, sensation du toucher diminuée.

Doigt à ressort – Aucun.

Maladie de Dupuytren – Douleurs au poignet, épaississement de la peau de la main, index et/ou annulaire replié(s) vers l’intérieur, nodules sur la paume.

Malformation congénitale – Mouvements limités.

Nodosités d’Heberden – Douleurs, excroissances osseuses sur le bout des doigts.

Polyarthrite rhumatoïde – Articulations rigides, déformation des orteils (parfois), douleurs à la hanche, douleurs articulaires, douleurs au poignet, douleurs musculaires, douleurs nocturnes et matinales, engourdissement, extrémités froides, inflammation des articulations, gonflement, raideurs, os qui se brisent.

Reprenez confiance
Des genoux ou une hanche en partie déformés par l’arthrose ou
l’arthrite, on peut s’y faire. La démarche en est affectée, des problè-
mes de locomotion apparaissent, mais esthétiquement, au moins,
rien n’y paraît.
Lorsque les doigts de la main sont attaqués, il n’en va pas de même. Non seulement saisir un objet revêt les dimensions dune épreuve, mais en plus, chez certaines personnes, la honte parfois s’installe. On craint de montrer ses mains, on ne sait plus qu’en faire.
Faut-il baisser les bras pour autant? Bien sûr que non. Il est possible de redonner à ses doigts, à vos doigts, non pas une apparence parfaite (cela n’est pas encore possible, dans l’état actuel des connaissances), mais une mobilité qui vous rende davantage lier de vous-même. Après tout, là est l’important, n’est-il pas vrai?

Ce que vous pouvez faire
Voyez en priorité votre médecin. N’attendez pas. car des doigts
qui se déforment doivent être traités dés que possible.
Cette étape franchie, vous devrez vous mettre au travail. Vos arti-
culations, dès à présent, requièrent toute votre attention.
Mais n’ayez crainte : vous n’aurez aucune montagne à déplacer.
En prenant quelques précautions, en suivant de simples conseils,
vous retrouverez un degré de mobilité qui vous satisfera.

S ‘il s’agit d’arthrose
Consultez la rubrique Articulations rigides dans la section Muscles et squelette.

S’il s’agit d’une contracture ischémique
Une contracture ischémique est un arrêt provisoire de la circulation sanguine provoquant de brusques contractions des doigts. Elle survient, par exemple, lors d’un effort.

S’il s’agit du doigt à ressort
Il est facile de reconnaître un « doigt à ressort »: il reste replié sur
lui-même comme si l’on venait tout juste d’appuyer sur une gâchette.
Il existe deux causes à ce problème:
la première : un nodule s’est installé sur le tendon fléchisseur,
ce qui empêche celui-ci de fonctionner normalement;
la deuxième: la gaine synoviale du tendon est enflammée.
Que faire pour vous en sortir?
Un truc très simple: aussitôt que le doigt refusera de revenir à la
position de départ, tirez doucement dessus. Il reprendra vite sa place
normale.
Si le phénomène a tendance à se répéter un peu trop, voyez votre
médecin. Il est possible qu’il vous fasse une injection locale de
cofticostéroïdes afin de vous débarrasser à tout jamais de ce problème.

S’il s’agit de la maladie de Dupuytren
Son origine est inconnue. Mais des facteurs de risque existent:
alcoolisme, diabète, prise de certains médicaments (les antiépilepti-
ques, entre autres).
L’hérédité jouerait également un certain rôle, mais rien de défini-
tif n’a encore été établi de ce côté.
La maladie de Dupuytren n’en est pas une dont on peut aisément
se débarrasser. Même lorsqu’elle est traitée, il est toujours possible
qu’elle revienne à la charge. Qui plus est, il n’est pas rare qu’elle
s’attaque aux deux mains.
Mais il reste une chose: en s’en prenant tout de suite à la cause,
vous aurez de bonnes chances d’éviter la récidive.
Comment vous y prendre?
Demandez d’abord à votre médecin si, par hasard, vous ne seriez pas un candidat au diabète, cause possible de la déformation de vos doigts. Cette procédure de clarification est d’autant plus essentielle que beaucoup de gens ignorent qu’ils sont diabétiques. N’ayant en apparence aucun des symptômes habituellement liés à cette maladie (ce qui est souvent le cas chez les non-insulinodépendants), la surprise est totale lorsqu’ils se voient atteints des affections les plus diverses.

Ayez-en donc le cœur net.
– Si vous prenez des antiépileptiques, demandez à votre médecin si
ce n’est pas là que gît le cœur du problème. Le cas échéant, il
devra réviser, voire changer votre médication.
– L’alcool représente un autre facteur de risque non négligeable. Si
vous en consommez de façon abusive, vous resterez, que vous le
vouliez ou non, un abonné perpétuel de la maladie de Dupuytren.
Pourquoi ne pas revoir vos habitudes à la baisse?
Mais d’abord et avant tout: la chirurgie
En effet, il n’existe aucun médicament ni même aucune thérapie
capable, dans un premier temps, de vous délivrer de la maladie de
Dupuytren.
Aucune sauf, bien sûr, la chirurgie.
La raison en est simple: des brides de rétraction de même que
des nodules s’étant formés sur vos paumes, il faut procéder à leur
ablation pour permettre à vos articulations de fonctionner à nouveau.
Par la suite, ce sera à vous déjouer. Vous devrez, si possible, éviter le risque de récidive en vous en prenant à la cause réelle de vos difficultés.

S’il s’agit d’une malformation congénitale
Certaines malformations congénitales impliquant les os et les
articulations peuvent être traitées. C’est le cas. par exemple, pour la
hanche. Pour les doigts – et la colonne vertébrale il n’en va pas de
même. Il faut prendre son mal en patience.

S’il s’agit d’une (ou de) nodosité(s) d’Heberden
Le repos s’impose, surtout lors d’une crise.
S’il n’y a pas d’inflammation, mettez de la glace; sinon, une compresse très chaude vous soulagera très efficacement.
Quelques exercices légers des mains et des doigts compléteront le
traitement, de même que des automassages.
L’origine des nodosités d’Heberden
Elle est bien connue: l’arthrose (voyez la rubrique Articulations
rigides dans la section Muscles et squelette).
Les nodosités d’Heberden sont en fait des ostéophytes, c’est-à-
dire des excroissances osseuses que le corps fabrique spontanément
pour réparer les lésions causées entre autres par l’arthrose.
Lorsqu’elles s’installent sur une surface osseuse, elles ne gênent
habituellement pas. On ne leur accorde même aucune attention particulière.
C’est lorsqu’elles sévissent au niveau des articulations qu’il faut
intervenir.
Mais une fois la nodosité formée, la douleur en général tend à
disparaître.

S’il s’agit de la polyarthrite rhumatoïde
Consultez la rubrique Inflammation des articulations dans la
section Muscles et squelette.

Mais aussi…
– La marche, par exemple, est excellente. Outre qu’elle délie les
articulations, elle vous empêche de grossir, elle augmente votre
capacité cardiorespiratoire, favorise la concentration, sans oublier qu’elle est un somnifère fort efficace et on ne peut plus naturel.

Attention!
Surveillez tout signe de contracture ischémique. Cette maladie peut avoir des conséquences graves car elle signifie un arrêt de la circulation sanguine locale. A terme, elle mène à la gangrène et
donc, à l’amputation. Mais étant fort aisée à reconnaître (relisez la liste des symptômes associés, plus haut), il vous sera toujours possible d’agir à temps.

 

 

 

Commentaires