Convulsions

Convulsions

Parfois effrayantes à voir
Elles surviennent parfois brusquement. Rien ne les annonce.
C’est ce qui leur donne d’ailleurs leur caractère parfois effrayant.
Les convulsions sont des contractions musculaires involontaires
qui engagent tout le corps. Elles se manifestent sous forme de crises,
c’est-à-dire par coups.
Leur explication n’est pas unique, loin de là. Non seulement elles
peuvent être causées par un soudain surcroît de l’activité électrique
dans le cerveau, comme c’est le cas lors d’une crise d’épilepsie,
mais aussi par une brusque chute du taux de glucose, une blessure à la tête, une tumeur, une maladie virale, une grossesse qui tourne mal. etc. Bref, elles représentent un mal auquel il n’est pas toujours facile de trouver une cause dans l’immédiat, et cela d’autant plus que très souvent elles vous prennent au dépourvu.

Ce que vous pouvez faire
Dans certains cas (comme dans celui de l’épilepsie), si le malade est déjà suivi, il n’y a rien à faire, si ce n’est appliquer les directives du médecin.
Dans d’autres, toutefois, aucune hésitation n’est permise: il faut
immédiatement conduire la personne atteinte à l’hôpital ou appeler
les secours d’urgence.
Des convulsions qui ne sont pas prises en charge dans les plus brefs délais, en effet, peuvent être mortelles. Surtout lorsqu’elles sont associées à une perte de conscience.

S’il s’agit de l’alcoolisme 
Une consommation excessive d’alcool ou son brusque sevrage,
dans le cas d’un alcoolique, peuvent causer des convulsions.
Chose certaine, il faut conduire la victime à l’hôpital dans les
plus brefs délais.
Si le problème est dû à une consommation excessive d’alcool, la réaction médicale doit être d’autant plus prompte qu’il y a risque de coma et donc de mort.
Quant au sevrage, il commande un traitement différent, à savoir à base d’anticonvulsivants. Rappelons que le sevrage de l’alcool doit
se faire autant que possible sous supervision médicale, faute de quoi
des réactions paroxystiques du genre convulsions nsquent de survenir. Pour plus de détails sur l’alcoolisme, consultez la rubrique Nausées et/pu vomissements dans la section Système gastro-intestinal.

S’il s’agit des con valsions fébriles de l’enfant
En général, ses victimes ont moins de 2 ans. Elles ont une forte
fièvre en raison d’une maladie contagieuse, otite, rougeole, etc., et
leur température peut atteindre 38,5°C. Les convulsions normalement durent peu : de 2 à 3 minutes seulement. Mais elles sont parfois à ce point saisissantes que bien des parents ne savent plus comment réagir.

Comment réagir
Très important: il faut d’abord rafraîchir l’enfant. Pour ce faire, frottez-lui le visage et le reste du corps avec un linge imbibé d’eau tiéde ou légèrement froide. Ne succombez surtout pas à la tentation de l’immerger dans de l’eau froide. Vous provoqueriez ainsi un choc thermique grave.
Aussitôt qu’il semble aller mieux, amenez-le à l’hôpital. Des anticonvulsivants lui seront administrés. En même temps, il subira un examen révélant s’il y a risque ou non de méningite, une possibilité dont il faut tenir compte dans ce cas.

S’il s’agit d une encéphalite
Consultez la rubrique Fièvre dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit d’une hypoglycémie
Coasultcz la rubrique Élourdisscmcnts dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit d’une intoxication (alcool méthylique, médicaments)
Ses victimes sont très souvent les enfants un peu fureteurs et à
qui on laisse trop de choses à portée de la main, dont des médicaments et un produit aussi dangereux que l’alcool méthylique, par exemple.
Que faire lorsque les dégâts sont faits et que l’enfant est soudain
pris de convulsions?
Il entre dans la fabrication des solvants de peinture, des antigels
et des vernis.
En cas d’ingestion, n’attendez pas : amenez l’enfant de toute
urgence à l’hôpital.

S’il s’agit d’une méningite
Consultez les rubriques:
– Mal de tête dans la section Cerveau et système nerveux;

S’il s’agit d’une toxémie gravidique (ou toxémie de grossesse: pré-clampsie/éclampsie)
La toxémie gravidique encore appelée pré-éclampsie et eclampsie dans une phase de développement ultérieure – est une complication grave qui ne peut survenir que durant la grossesse.
Heureusement, elle n’atteint que les femmes enceintes n’ayant jamais eu d’enfant. Sans compter qu’elle demeure assez rare.
La toxémie gravidique survient dans le dernier tiers de la grossesse, soit après 6 mois. On n’en connaît pas la cause.

S’il s’agit d’un traumatisme crânien
Consultez la rubrique Vertiges dans la section Symptômes généraux.

S’il s’agit d’une tumeur maligne au cerveau
Ici, 30 à 40 % des patients ont des convulsions.
Le traitement d’une tumeur varie beaucoup. Ce sera la chirurgie
dans le cas d’une tumeur primaire, suivie de la radiothérapie et de
la chimiothérapie.
– Pour le reste, on administrera des corticostéroides pour faire dégonfler la tumeur, et des anticonvulsivants.
Envisagez aussi la possibilité d’une psychothérapie pour travailler sur les composantes psychiques de votre problème de santé.

S’il s’agit d’urémie
Vos reins ne suffise ni plus à la tâche. Ils sont incapables d’éliminer les toxines charriées par votre sang. Résultat, votre taux d’urée.

Mais aussi…
Lorsque les convulsions surviennent, voici la procédure à suivre:
faites en sorte que la victime ne se fasse pas mal et, si elle vomit, tournez-lui la tète de côté. Assurez-lui par la suite une bonne ventilation, au besoin desserrez son col. Ne lui donnez rien par la
bouche et ne lui envoyez pas d’eau sur le visage. Attendez que la
crise se passe. ./ji ….
S’il s’agit d’un enfant faisant des convulsions suite à un accès de
forte fièvre, donnez-lui une petite dose d’acétaminophène après
la crise.
Les cataplasmes à base de moutarde ou d’argile peuvent également se révéler utiles, lorsqu’il s’agit de calmer les convulsions.
Les cataplasmes à base moutarde s’appliquent sur les pieds et les jambes, et ceux à base d’argile, sur la nuque, la colonne vertébrale et le bas-ventre.

 

 

 

 

Commentaires