Vous roulez en voiture et vous entendez un petit craquement ou
un grincement sur le côté gauche à l’arrière de votre voiture. Ou
bien, vous jetez un coup d’œil sur le tableau de bord et vous aperce-
vez soudain un voyant rouge qui vous enjoint d’aller faire vérifier
votre véhicule.
Voilà qui est un peu inquiétant ! Il y a peut-être beaucoup d’ar-
gent en jeu – surtout si votre travail dépend de votre véhicule.
Mais dans la majorité des cas, tous ces petits signes anormaux
n’ont aucune signification réelle. Néanmoins, vous serez sans doute
tenté d’en faire part à votre garagiste la prochaine fois que vous
vous arrêterez à son garage.
Mais imaginez maintenant un conducteur qui se retrouverait plu-
sieurs fois par semaine chez le garagiste pour l’interroger sur divers
bruits étranges et variés qu’il perçoit dans son véhicule (en fait, bien
souvent, il s’agit de bruits normaux qu’il n’a jamais remarqués!).

Passez notre petit test du malade imaginaire

Tout le monde en a déjà fait l’expérience: à la lecture d’un arti-
cle ou d’un ouvrage sur la santé, vous avez ressenti une vive inquié-
tude parce qu’on parlait d’un problème qui pouvait éventuellement
vous concerner.

Les étudiants en médecine ou les divers intervenants en santé ont
souvent vécu les mêmes angoisses.
Ce genre d’inquiétudes passagères n’a rien de pathologique et ne
devrait pas vous… inquiéter.
Tout est question de degré. C’est le caractère obsessionnel qui
constitue le facteur décisif pour diagnostiquer une hypocondrie.
Dans les pires cas, les hypocondriaques sont obsédés en permanence
par leur santé, voire par la crainte de la mort, et toute leur vie est
organisée en fonction de leur obsession. On a donc affaire à une
véritable névrose obsessionnelle.
Voici quelques signes qui pourraient indiquer si vous avez une
tendance – marquée ou non à l’hypocondrie:
– dans les conversations, vous aime/ amener subtilement votre
– pseudo ou non – problème de santé sur la table;
– vous avez le sentiment d’être incompris ou de ne pas être pris au sérieux quand vous parlez de vota1 problème de santé;
le médecin doit répéter plusieurs fois la même chose pour
vous rassurer, mais souvent cela ne suffit pas et vous le soup-çonnez de vous cacher quelque chose de grave. Parfois même,
plus il tient des propos rassurants, plus il vous inquiète:
Vous allez souvent voir plusieurs médecins, car un seul ne suffit pas à vous rassurer;
– vous pensez en permanence à protéger votre santé au point que cela perturbe l’organisation de votre vie;
vos préoccupations ennuient vos proches et vos amis, ou créent des conflits avec eux, ce qui vous isole de plus en plus;
– vous dressez des listes très méticuleuses de vos problèmes où abondent les détails concernant l’heure, etc. (Il peut être bon  d’avoir un journal de santé comme nous l’expliquons plus loin, mais à condition d’éviter les excès descriptifs); pour votre usage personnel ou pour le montrer au médecin, vous avez peut-être aussi dressé un dossier médical extrêmement bien organisé.