Cellulite

Cellulite

Causes et Symptômes associés

Cause hormonale: Douleurs cutanées dans les zones affectées, rétention d’eau, santé générale qui peut laisser à désirer (constipation, digestion difficile, mauvaise circulation sanguine)

Intoxication des tissus adipeux: Mêmes symptômes que ceux mentionnés ci-dessus dans Cause hormonale

Obésité: Ballonnement abdominal ; douleurs aux pieds, aux jambes et au dos ; essoufflement ; fatigue générale ; hypertension ; insuffisance cardiaque ; mauvais fonctionnement général de l’organisme ; troubles liés au diabète ; varices (voyez aussi le tableau de la rubrique Obésité dans la section Symptômes généraux)

Ce que vous pouvez faire
Sur le plan médical, la cellulite est une affection bien bénigne. Pour preuve, les encyclopédies et les dictionnaires médicaux n’en traitent généralement pas. Et pourtant, ce qu’elle dérange ! Les femmes surtout puisque les hommes n’en sont que rarement atteints.
Et que vous vaut ce « privilège » mesdames ? Vos hormones notamment !

S’il s’agit d’une cause hormonale
En tant que femme, vous avez reçu à votre naissance 2 fois plus d’adipocytes – des cellules ayant pour fonction de stocker des graisses – que les hommes. Vous pouvez donc accumuler davantage de graisses. De plus, durant les jours qui précèdent les règles, lors de l’ovulation et durant la grossesse, votre corps sécrète beaucoup de folliculine, une hormone qui joue un rôle important dans le développement de la cellulite.
En effet, la folliculine favorise la rétention d’eau dans les cellules. Cette accumulation d’eau, plus que les graisses elles-mêmes, confère à votre peau une texture granuleuse. La folliculine vous prédispose donc, en quelque sorte, à la cellulite.

S’il s’agit d’une intoxication des tissus adipeux
Comme nous venons de le voir, les tissus adipeux de la femme peuvent facilement se gorger d’eau. Mais ils constituent aussi un « refuge » fort prisé de vos toxines organiques dont votre organisme ne peut se départir.
Si vos organes sécréteurs (foie, reins, poumons et peau) fonctionnent au ralenti, vous risquez donc davantage de développer de la cellulite.
Une bonne solution contre la cellulite consiste à stimuler vos différents métabolismes organiques.

Pour donner un coup de pouce à votre foie et à vos reins
– Consommez des aliments sains dépourvus d’additifs chimiques (colorants et saveurs artificielles, conservateurs, etc.), de résidus d’engrais chimiques et de pesticides.
– Pour mieux vous alimenter, l’idéal consiste à manger au « début de la chaîne ». En mangeant des céréales et des légumineuses par exemple, vous ingérez moins de toxines qu’en mangeant de la viande. La bete dont vous vous nourrissez contient, en plus concentré, les toxines provenant de sa propre alimentation.
– Si votre santé vous le permet, allez régulièrement au sauna. La transpiration abondante qu’il déclenche permet une excellente désintoxication générale de l’organisme.
– Drainez votre organisme ! Pour activer vos fonctions hépatiques et/ou rénales et ainsi favoriser l’élimination de l’eau captive de vos cellules adipeuses, ayez recours aux plantes suivantes :
• fenouil : la racine de fenouil draine vos surplus d’eau mais, en particulier, celle localisée dans la partie inférieure du corps, là où la cellulite tend précisément à s’incruster. Autre point d’intérêt, contrairement aux médicaments diurétiques, le fenouil n’entraîne pas de fuite des sels minéraux ;
• pissenlit : cette plante des plus communes est toute indiquée pour nettoyer les reins et la vésicule biliaire ;
• prêle : elle draine et revitalise à la fois ;
• algues : grâce à leur teneur en iode, les algues stimulent légèrement la glande thyroïde et favorisent ainsi l’élimination des graisses.

Pour fortifier vos poumons et votre cœur
– Faites un peu d’exercice physique tous les jours. L’exercice
– même modéré – vous permet d’éliminer beaucoup de toxines. Il est d’ailleurs étonnant de constater que les femmes qui s’entraînent régulièrement développent très peu de cellulite.
– Respirez ! Si vous n’arrivez pas à trouver l’énergie ou le temps pour faire de l’exercice, rien ne vous empêche de respirer plus à fond. De bonnes habitudes respiratoires favorisent une meilleure oxygénation de vos tissus.

S’il s’agit d’obésité 
La cellulite se développe plus allègrement chez les femmes qui affichent un poids trop élevé. Ainsi, la perte de poids ou mieux, le
contrôle du poids, s’avère parfois utile pour lutter contre la cellulite.

Mais aussi…
La liposuccion, une intervention chirurgicale qui consiste à aspirer les graisses cellulitiques, gagne de plus en plus d’adeptes. Mais, attention, ramélioration que vous pouvez en espérer varie passablement selon votre profil. La candidate idéale est plutôt
mince, plutôt jeune et possède une peau tonique. Le tonus de la peau, qui va souvent de pair avec le jeune âge, est particulièrement important. Comme l’explique le Dr Roland Charbonneau, de l’Association des spécialistes en chirurgie plastique et esthétique du Québec, la peau de vos cuisses pourrait être comparée à une culotte de cycliste en lycra. « Si votre culotte est neuve, donc très élastique, elle vous moule à la perfection » Par contre, si la fibre élastique commence à se relâcher et que de surcroît vous perdez du poids, votre culotte devient moins moulante. Il en va de même de la peau. Apres une liposuccion, une peau trop lâche risque de pendouiller et de prendre un aspect de « tôle ondulée ».

Ca fait mal ?
La majorité des femmes qui ont subi l’intervention ne prennent des antidouleurs que durant quelques jours, malgré l’inconfort provoqué.
La durée de votre convalescence dépend de la grandeur de la zone traitée. Si vous vous faites aspirer au niveau du ventre et des cuisses, par exemple, vous aurez du mal à vous asseoir et à bouger durant 2 jours.
Dans tous les cas, les zones traitées se couvrent d’ecchymoses assez spectaculaires qui mettent entre 6 et 8 semaines avant de s’atténuer. La liposuccion entraîne aussi la formation d’œdèmes dans les 2 semaines qui suivent l’intervention.

Quel médecin choisir ?
Ne vous laissez pas « lipoaspirer » par la première main venue. Un bon travail exige passablement d’expérience et de dextérité. Si vous décidez de passer aux actes, menez d’abord votre petite enquête.

Attention !
Les fluctuations hormonales qui caractérisent la puberté, la grossesse et la ménopause rendent ces périodes tout à fait propices à la prolifération cellulitique.
Il est alors particulièrement indiqué de bien vous nourrir et de vous adonner à des exercices réguliers. Autrement, vous risquez de prendre des kilos que la cellulite aura vite fait de « coloniser ».

Commentaires