Bruits abdominaux excessifs

Bruits abdominaux excessifs

Causes et Symptômes associés

Allergie alimentaire: Alternance de constipation et de diarrhée, aphtes buccaux (parfois), crampes abdominales, nausées, rots, vomissements

Diarrhée: Variables, selon le problème de santé (voyez Diarrhée aiguë et Diarrhée chronique dans la section Système gastro-intestinal)

Entérite: Ballonnement abdominal, déshydratation, diarrhée, douleurs abdominales, fièvre

Maladie de Crohn: Anémie, constipation ou diarrhée, démangeaisons anales, dénutrition, douleurs arthritiques, douleurs dans la partie supérieure droite de l’abdomen, fièvre modérée, fissures anales, hémorragies rectales, nausées, perte de poids, sang dans les selles, selles douloureuses, selles très malodorantes (parfois), vomissements

Occlusion intestinale: Ballonnements abdominaux, constipation, douleurs à l’abdomen, vomissements

Rectocolite hémorragique: Diarrhées avec sang, douleurs à l’abdomen Parfois : fatigue, perte de l’appétit, perte de poids, saignements rectaux, selles douloureuses et très malodorantes

Votre ventre gargouille ? 
Voilà qui est tout à fait normal. Cela indique que le processus digestif est en cours.
Mais il y a gargouillis et gargouillis. Si les vôtres ressemblent davantage à un remue-ménage en profondeur, dressez l’oreille. Un certain niveau « d’activité » est acceptable. Au-delà, vos intestins vous font signe que quelque chose ne va pas.  Le plus souvent, il s’agit d’une révolte de vos intestins provoqué par une bactérie. Mais ne courez pas de risques inutiles : voyez votre cause.

Ce que vous pouvez faire
Si vous trouvez que votre ventre « travaille » trop, demandez-vous d’abord si le phénomène n’est que passager. Très souvent, de simples difficultés digestives sont à l’origine de gargouillis plutôt gênants. Si tel est le cas, il n’y a bien sûr rien à faire si ce n’est prendre
son mal en patience ou encore avaler un verre d’eau chaude. Pour le reste, dites-vous que des bruits abdominaux excessifs ne se présentent jamais seuls. Us viennent nécessairement accompagnés
de symptômes qui, eux, ne mentent pas : nausées, vomissements,
diarrhée, maux de ventre, etc. Dans cette éventualité, il faut bien sûr
consulter sans tarder. Seul un médecin, armé de son stéthoscope, peut traduire le langage de votre ventre.

S`il s`agit d`une entérite 
La muqueuse de votre intestin grêle (petit intestin) est enflammée. Sans doute avez-vous mangé un aliment ou bu un liquide contaminé par un virus ou une bactérie. De fait, l’entérite s’attrape uniquement par voie virale ou bacté- Elle se manifeste souvent en voyage, lors d’un brusque changement de nourriture, par exemple. Mais vous pouvez aussi en faire les frais dans la tiédeur de votre foyer, en commettant par exemple l’imprudence de dévorer une pâtisserie plus tout à fait fraîche. Le virus ou la bactérie responsable de l’entérite se met en général à l’œuvre dans les 4 à 72 heures suivant l’ingestion du liquide ou de l’aliment contaminé. Dans certains cas, les symptômes sont très sévères, à la mesure du degré de contamination.

Faut-il aller à l’hôpital ?
Pas nécessairement. La plupart du temps, en observant une période de repos et en avalant régulièrement de l’eau additionnée de sel afin de compenser les pertes de liquide (1 cuillerée à café et demie de sel pour 1 litre d’eau), les symptômes disparaissent spontanément au bout de quelques jours. Mais il peut aussi arriver qu’ils soient à l’origine d’une déshydratation inquiétante. Il faut alors consulter. Souvent, dans ce cas, la prise d’antibiotiques s’avérera nécessaire de même qu’une réhydratation en bonne et due forme.

Pouvez-vousprévenir l’entérite ?
Bien sûr. En prenant quelques précautions, vous pourrez épargner une multitude d’avanies à votre intestin grêle.
1. N’achetez et ne consommez que des produits frais. Si vous avez le moindre doute, abstenez-vous.
2. Lors de la préparation des aliments, assurez-vous que vos mains et celles de vos aides, s’il y en a, soient rigoureusement propres. Ce conseil peut vous sembler superflu de prime abord, mais dites-vous qu’il suffît d’un rien, très souvent, pour contaminer un aliment aussi sensible que le poisson, par exemple.
3. Si vous devez partir en voyage dans un pays étranger et que vous craignez pour vos intestins, voyez votre médecin au préalable. II
vous prescrira sûrement un médicament qui vous mettra à l’abrides chocs occasionnés par le changement de nourriture. Dites-vous que vous aurez beau prendre toutes les précautions usuelles (ne pas manger de fruits non pelés, éviter l’eau du robinet, etc.), la contamination finira toujours par vous rattraper, si vous n’ajoutez pas un médicament contre les dérangements intestinaux à votre trousse de voyage.

Attention !
Si vous prenez des diurétiques et qu’en même temps vous subissez un épisode de dérangement intestinal, méfiez-vous. Les diurétiques, en effet, accélèrent les pertes de liquide, chose que dans votre cas vous devez éviter. En tout état de cause, parlez-en à votre médecin.

 

Commentaires