Articulations rigides

Articulations rigides

Causes et Symptômes associés

Âge – Variables (douleurs, gonflement, etc.).

Arthrose – Craquements (parfois), déformations, ex-croissances osseuses aux articulations, gonflement (parfois), inflammation, mou-
vements limités.

Désordre neurologique – Variables (douleurs, vertiges, etc.).

Polyarthrite rhumatoïde – Déformation des doigts et des orteils,
douleurs à la hanche, douleurs articulaires, douleurs au poignet, douleurs musculaires, douleurs nocturnes et matinales, engour-
dissement, extrémités froides, inflammation des articulations, gonflement, raideurs, os qui se brisent.

Sclérodermie systémique limitée ou diffuse

En cas de sclérodermie limitée: absence de sueur; déglutition difficile, douleurs articulaires; épaississement. durcissement et rigidité de la peau; extrémités froides; faciès figé, rougeurs et taches cutanées

En cas de sclérodermie diffuse: les mêmes que ci-dessus et hypertension artérielle.

Quand sortir de son lit devient une épreuve…
« Chaque âge a ses plaisirs », disait Boileau, mais aussi ses déplai-
sirs, aurait-on envie d’ajouter.
Vos articulations en témoignent: ne commencent-elles pas, le
temps passant, à renâcler à la tâche, à se faire tirer de plus en plus
l’oreille?

Des articulations qui refusent d’obéir, qui prennent un temps infini à se délier, rien de plus désagréable, n’est-il pas vrai ? Toutes nos
lâches quotidiennes se muent en terribles épreuves de force : se
lever le matin, se rendre à la salle de bains, se pencher pour ramasser
un objet, introduire une clef dans une serrure…
Mais rien n’est perdu, rassurez-vous. Il est maintenant possible
de combattre l’ennemi la raideur articulaire – et même de le refou-
ler. Comment ? C’est ce que nous allons voir.

Ce que vous pouvez faire
Soyons clair cependant: il n’existe pas de médicament miracle
ou de cure qui puisse vous redonner vos articulations souples d’antan.
Mais vous pouvez contrôler le mal.
Pour commencer, mettez-vous à l’écoute de vos articulations.
Sont-elles raides le matin surtout ? Sont-elles, en plus, douloureuses, voire très douloureuses?
– Quelles sont les parties de votre corps qui vous font le plus
souffrir ? Y en a-t-il plusieurs? Y a-t-il d’autres symptômes
qui accompagnent votre mal?
Demandez-vous également si un traumatisme ne pourrait pas ex-
pliquer votre problème. Beaucoup de vieilles blessures, en effet,
avec l’âge se transforment en raideur articulaire. Vous n’avez pas nécessairement d’arthrite. Dans votre cas, l’usure des ans a fait en sorte que tendons et ligaments ont maintenant tendance à demeurer étirés. Il s’ensuit que vos articulations sont instables et donc vous posent des problèmes.
Dans le même ordre d’idée, le travail de lubrification, à l’intérieur de vos articulations, se fait moins bien. Résultat, cou, dos ou
genoux sont particulièrement raides, surtout le matin.
Mais il est possible aussi que votre mal soit dû à une longue période d’immobilité. Avez-vous été alité dernièrement pour raison de maladie? Avez-vous subi une fracture ayant nécessité un plâtre? Si c’est le cas, n’ayez crainte, avec un peu d’exercice tout reviendra dans l’ordre.

Que faire contre l’âge?
La chaleur humide est votre meilleure alliée. Prenez donc un bain
(ou une douche) toujours très chaud, le matin et/ou le soir.
Autre source de bienfait: les compresses. Faites des applications
2 à 3 fois par jour, à raison de 20 minutes la séance. Si vous vous
demandez comment faire pour disposer d’une compresse très
chaude en un rien de temps, voici la recette:
Réglez votre four à micro-ondes à la chaleur maximale et mettez-y, pendant 1 minute, un gant de toilette (ou tout autre tissu) imbibé d’eau.
A ne surtout pas négliger: l’exercice. Le sédentarité est en effet
votre pire ennemi. Ne laissez pas vos articulations inactives, elles
risqueraient de rouiller pour de bon.
Toutes les études le démontrent: l’exercice est essentiel au bien-être des articulations.
Au moins 3 fois par semaine, donc, pendant 20 minutes, prati-
quez une activité physique qui permette à vos articulations de
reprendre du service. La marche, accélérée ou non, pourrait
constituer un excellent départ, pour vous.
La marche offre de multiples avantages: elle fait fondre les grais-
ses, délie les membres, accroît la capacité respiratoire, habitue le
cœur à l’effort, sans parler qu’elle est excellente pour la concen-
tration et qu’elle n’a pas son pareil pour chasser les idées noires.
Une seule contre-indication à l’exercice: les périodes de crise. Si
vous avez mal, si vous constatez un gonflement, prenez du repos.
Attendez que la douleur s’estompe, ensuite remettez-vous à
l’exercice.
Dans l’intervalle, faites taire le feu de la douleur à l’aide de la
glace. Un bon conseil: ne posez pas le sac de glace directement lur votre peau. Mettez plutôt un vêtement ou une pièce de tissu entre les deux. Autre manière de calmer la douleur : l’aspirine. Mais attention: l’aspirine est un anti-inflammatoire (de type non stéroïdien) et en tant que tel il peut mettre les parois de votre estomac à rude épreuve: les saignements, voire les ulcères dus à une trop grande consommation de ce médicament sont en effet monnaie courante. N’excédez donc jamais la dose quotidienne recommandée et si possible attendez, pour en prendre, l’heure des repas. Cependant une variété d’aspirine dite « enrobée » ayant pour avantage de se dissoudre dans le petit intestin plutôt que dans l’estomac, est maintenant disponible sur le marché. Les risques d’irritation s’en trouvent bien sûr considérablement réduits. Comme ce type de médicament se vend sans ordonnance, vous pouvez vous adresser à votre pharmacien pour plus de détails.

S’il s’agit d’arthrose
On l’appelle plus communément la « maladie de l’usure ». Elle se
manifeste en général passé la soixantaine.
Ses causes sont diverses, traumatisme, hérédité, pratique d’un
sport, mais la plus commune reste et demeure le vieillissement des
tissus.
L’arthrose se caractérise par la dégénérescence des cartilages, ces
tissus qui font en quelque sort office d’amortisseurs entre les os.
Le mécanisme est le suivant: lorsque les lésions provoquées par
l’arthrose sont suffisamment avancées, les os des articulations en
viennent à se frotter l’un contre l’autre, d’où ces douleurs très vives
que vous ressentez à l’occasion.
Comme beaucoup de maladies de type dégénératif, l’arthrose ap-
paraît par poussées, suivies de périodes de rémission plus ou moins
longues. Fait étrange, elle s’attaque surtout aux femmes. On compte en effet 3 femmes victimes d’arthrose pour 1 homme.

Les moyens de lutter contre l’arthrose
Lors d’une crise, le mot d’ordre est simple: repos. Ne vous déplacez que lorsque vous y êtes obligé (et encore, vous pouvez toujours vous munir d’une canne) et évitez tout ce qui pourrait s’appeler surmenage.

– Dès que vous irez mieux, consultez un médecin qui, après analyse de votre cas pourra vous faire part de l’étendue des dommages et des mesures à prendre.
– Si votre état vous le permet, vous pouvez sans l’ombre d’une hésitation vous livrer à la pratique d’un sport ou vous adonner à une activité physique de votre choix. L’important est de bouger,
c’est-à-dire de faire fonctionner vos articulations.
En cas de douleur, les thérapies à chaud ou à froid restent toujours de rigueur. Elles n’ont pas leur pareil pour calmer les vilains élancements.
Si vous n’en avez jamais fait l’expérience, commencez par la chaleur, bains chauds, douches chaudes, compresses, etc. (voyez plus haut Que faire contre l’âge) et constatez quels en sont les effets sur vous. Par la suite, vous ferez votre choix.
Une précaution à prendre: s’il y a inflammation (c’est-à-dire rougeur, gonflement), procédez à l’inverse, à savoir par le froid: application de glace sur les articulations douloureuses, en l’occurrence.
– Accusez-vous un certain embonpoint? Si oui (et beaucoup de
victimes d’arthrose sont dans votre cas), il vous faudra peut-être
envisager de suivre un régime amaigrissant.
Votre surplus de poids, vous l’admettrez, ne vous aide pas. Il en
demande beaucoup trop à vos articulations.
Si bien que vous aurez beau prendre le meilleur médicament qui
soit, rien n’y fera si vous ne vous débarrassez pas de vos kilos su-
perflus. Parlez-en à votre médecin.
Autre façon de soulager la douleur: les médicaments. Ils sont
nombreux: analgésiques, anti-inflammatoires, etc. Les injections
de cortisone sont également employées, mais en dernier recours
seulement.
Pourquoi Parce que la cortisone, comme tous les corticostéroïdes, avec l’usage, peut entraîner une perte osseuse importante.

À manipuler avec soin, donc.
(Pour en savoir davantage sur les effets secondaires de la corti-
sone, consultez Mais aussi… à la rubrique Démangeaisons cuta-
néesavec éruptions dans la section Peau, cheveux et ongles).
La solution chirurgicale fait aussi partie du corpus. Mais on n’y a
recours que lorsqu’il y a destruction complète des cartilages.

Quelques recommandations importantes
Pour être efficace, la niacinamide doit être prise à fortes doses.
La dose journalière recommandée est de 20 milligrammes alors
que les doses recommandées pour les maladies articulaires varient de 1 à 4 grammes par jour.

Or, à ce stade, la niacinamide risque de surencombrer votre foie.
Que faire pour pallier à cet inconvénient? Très simple: faites-vous examiner par votre médecin, qui jugera si votre foie est en mesure d’accueillir un visiteur parfois embarrassant.
– Le docteur Wright recommande également de bien faire la différence entre la niacine et la niacinamide, qui sont deux formes de
la vitamine B3. Seule la niacinamide agit réellement dans le cas des maladies articulaires.
– Il faut préciser aussi que la thérapie par la niacinamide ne guérit pas comme telles les maladies arthritiques, mais vise uniquement à en contrôler les manifestations.
– Sachez aussi que. si vous arrêtez de prendre de la niacinamide, les symptômes risquent de refaire surface.

S’il s’agit d’un désordre neurologique
Ce terme recouvre de nombreuses maladies du système nerveux,
dont les névrites (inflammation d’un ou plusieurs nerfs).
Leurs causes, cependant, sont sensiblement les mêmes: alcoolisme, carence alimentaire, diabète, infection, etc.
Le traitement de ces maladies dépend bien sûr de la cause.

La différence entre l’arthrite et l’arthrose
L’arthrose, c’est la lente destruction des cartilages situés entre les os. C’est une maladie surtout liée à l’âge car elle est la conséquence du vieillissement des tissus.
L’arthrite, à l’inverse, peut apparaitre à tout âge. Elle s’attaque essentiellement à la membrane synoviale, à savoir au liquide lubrifiant qui permet un meilleur fonctionnement des articulations. Lorsque la membrane s’enflamme, des rougeurs et des gonflements se manifestent, qui entraînent de facto un état de crise chez le malade.

S’il s’agit de la polyarthrite rhumatoïde
Consultez la rubrique Inflammation des articulations dans la
section Muscles et squelette.

S’il s’agit de la sclérodermie systémique limitée ou diffuse
En France, on n’en recense chaque année que de 2 à 16 cas par million d’adultes. C’est donc une maladie rarissime. Elle se traduit par une sclérose (épaississement) de la peau et des viscères.
La sclérose systémique peut avoir un caractère limité ou diffus.
(Pour plus d’informations, consultez la rubrique Eruptions diverses généralisées sur tout le corps dans la section Peau, cheveux et ongles).

Mais aussi…
Répétons-le: sauf en période de crise, l’exercice est l’une des meilleures choses que vous puissiez faire pour discipliner vos articulations. Si vous n’en avez jamais fait, commencez graduellement: 10 minutes par jour au début, puis peu à peu, tâchez
Deux choses à éviter les mouvements brusques et les sports trop exigeants physiquement. Attendez d’être en meilleure forme pour en arriver là.
En tout état de cause, soignez vos articulations. Pour ce faire, rien de mieux que le calcium et le magnésium, deux oligo-éléments essentiels à leur bonne santé. A noter, le calcium et le magnésium, lorsqu’ils sont pris simultanément, renforcent leurs effets.
– Du calcium, vous en trouverez bien sûr dans les produits laitiers et leurs dérivés, mais aussi dans les haricots verts et le cresson, certains poissons comme la sardine, le saumon et les crustacés, les eaux calcaires et, enfin, les noix et les amandes.
– Quant au magnésium, ses principales sources sont les noix et les amandes, encore une fois, ainsi que le chocolat (eh oui !), le d’aller jusqu’à 20 minutes.

Attention!
On ne le dira jamais assez: écoutez votre corps. Si, en dépit des
recommandations que nous vous avons faites (toutes basées sur les
avis des spécialistes en rhumatologie), la douleur persiste, voire augmente, voyez votre médecin. La possibilité d’une autre pathologie
demeure. Ne perdez pas ceci de vue: la raideur des articulations peut cacher une multitude de désordres, entre autres neurologiques.

 

 

Commentaires