Apnée du sommeil

Apnée du sommeil

Causes et Symptômes associés

Apnée centrale : Les mêmes que dans le cas d’une apnée obstructive

Apnée obstructive : Arrêts respiratoires d’une durée de 10 secondes  ou  plus,  suivis  d’une reprise respiratoire bruyante et de ronflements sonores, bouche sèche au réveil et céphalées  matinales,  hypertension artérielle, somnolence diurne, troubles de la personnalité.

Ce que vous pouvez faire 

S`il s’agit d’une apnée centrale 
Contrairement à l’apnée obstructive, l’apnée centrale est due à un dérèglement du système nerveux. En effet, c’est le cerveau qui,
durant le sommeil, omet d’envoyer les commandes nécessaires à la régulation de la respiration. L’arrêt complet des mouvements thoraco-abdominaux qui s’ensuit empêche alors le dormeur de respirer. Si les apnées dites d’origine centrale sont particulièrement rares, il n’est cependant pas inhabituel que des personnes souffrent d’une forme mixte d’apnée. Les arrêts respiratoires sont ainsi à la fois le fruit d’un mécanisme central et obstructif. Quoi qu’il en soit, l’apnée centrale nécessite les mêmes tests et le même suivi médical qu’une apnée obstructive.

S’il s’agit d’une apnée obstructive
L’apnée obstructive est la forme la plus fréquente des apnées du sommeil. Elle se caractérise par de courts arrêts respiratoires provoqués par un affaissement des muscles du voile du palais et de la
luette. Le dormeur peut alors arrêter de respirer pendant 10 à 60 se-
condes et ces interruptions peuvent se répéter au rythme de 20, 30 et même 120 fois par heure ! L’apnée obstructive a, bien sûr, de lourdes conséquences sur la qualité du sommeil des personnes qui en souffrent même si, la plupart du temps, les dormeurs n’ont pas conscience des nombreux « micro-réveils » qu’ils subissent durant la nuit. Le réveil matinal qui s’accompagne immanquablement de maux de tête et la somnolence qui persiste tout au long de la journée sont, pourtant, des indications évidentes d’un profond désordre du sommeil.

Si rien n’est fait, des troubles de la personnalité finissent également par apparaître. En effet, l’irritabilité, l’anxiété, le manque de concentration, les troubles de la mémoire, les troubles d’apprentissage, la fatigue chronique, la dépression et même la perte d’intérêt pour la sexualité deviennent, à la longue, de plus en plus manifestes. A travers tout cela, il faut bien le dire, l’entourage est aussi affecté. C’est la raison pour laquelle, un jour ou l’autre, les personnes atteintes d’apnée risquent aussi d’être confrontés à des problèmes familiaux, un divorce ou une perte d’emploi.
Outre ces bouleversements psychologiques, des problèmes de
santé spécifiques comme l’hypertension et l’irrégularité excessive
des battements du cœur sont associés à l’apnée obstructive et peu-
vent, éventuellement, conduire à la défaillance cardiaque ou l’acci-
dent vasculaire cérébral.
Il ne fait donc aucun doute que l’apnée du sommeil est un
problème de santé qui nécessite une intervention rapide si Ton veut
éviter le pire. Fort heureusement, votre conjoint pourra sonner
l’alarme quand il – ou elle, le plus souvent – remarquera les arrêts
respiratoires entremêlés d’étranges grognements et ronflements qui
se manifesteront chaque nuit.
Il ne faut surtout pas, alors, que vous négligiez ses inquiétudes. Bien au contraire, dites-vous qu’il est grand temps d’aller consulter votre médecin.

Essayez d’arrêter de ronfler
Bien que tous les ronfleurs ne souffrent pas d’apnée obstructive, celle-ci se retrouve surtout chez 1 % des hommes âgés de 30 à 50 ans qui ronflent de façon régulière et bruyante. Comme l’apnée et les ronflements sont intimement liés, certaines personnes pourront éliminer leur problème en apprenant tout simplement à contrôler l’intensité de leurs ronflements. Il vous suffit, par exemple, de vous habituer à dormir sur le côté, ou encore d’essayer l’un des nombreux autres trucs qui existent pour arrêter de ronfler. (Pour plus de détails, consultez la rubrique Ronflement dans la section Symptômes généraux). Les personnes obèses et les hypertendus sont également une catégorie de gens très à risque. Ici, il peut être important, avant toute chose, d’essayer de perdre du poids ou de pratiquer une forme ou l’autre de relaxation. Bien sûr, si tous ces efforts de base ne donnent aucun résultat tangible, vous n’aurez d’autre choix que de vous en remettre à votre médecin afin qu’il puisse déterminer le traitement le plus approprié à votre cas.

L’uvulo-palato-pharyngoplastie
L’uvulo-palato-pharynKoplastie (UPPP) est une intervention chirurgicale souvent pratiquée pour éliminer les problèmes de ronflements chroniques et bruyants chez les gros ronfleurs. Néanmoins, les gens souffrant d’apnée obstructive peuvent également profiter d’une UPPP, car le but premier de cette opération est de retirer l’excédent des tissus oropharyngés qui s’affaissent pendant le sommeil et bloquent la respiration.
Toutefois, si les résultats que l’on obtient à court terme au moyen d’une UPPP sont très bons, ceux à long terme semblent plus mitigés. Ainsi, la réduction des arrêts respiratoires obtenue après l’intervention ne se maintiendrait pas chez tous les patients.

Un traitement de choix
Si vous ne craignez pas de dormir avec un masque nasal appliqué sur votre nez durant toute la nuit, la « respiration nocturne spontanée en pression positive continue » est probablement le traitement de choix pour vous. C’est en tous cas l’un des plus utilisés et l’un des plus efficaces puisqu’il permet de restaurer une respiration parfaitement normale et un sommeil exempt de micro-réveils. Ce traitement bien simple consiste en un appareil qui souffle de l’air sous pression dans un masque. La pression de l’air permet ainsi de maintenir la gorge ouverte et de prévenir les apnées et les ronflements.
Pour les personnes qui ont tout essayé et qui sont profondément affectées par leur état de santé, l’inconvénient du traitement est bien peu de choses. À long terme, il est généralement accepté dans 70 % des cas.
Il est à noter cependant qu’une fois le traitement interrompu, les apnées resurgissent.

Mais aussi…
– C’est un fait plutôt rare que d’entendre des enfants ronfler. Mais lorsque tel est le cas, une grande vigilance s’impose car leurs ronflements dénotent la plupart du temps un problème de sommeil.
Les enfants obèses ou qui ont une hypertrophie des amygdales sont particulièrement à risque.
– L’apnée du sommeil en bas âge peut avoir les mêmes conséquences désastreuses que chez les adultes. Des difficultés de concentration, de mauvais résultats scolaires et des problèmes de comportement peuvent en être les premières manifestations.
– Si votre enfant ronfle ou fait d’autres bruits durant la nuit et qu’il semble avoir un mauvais sommeil, n’hésitez donc pas : allez le faire examiner chez le médecin. Il y va de sa santé physique et mentale.

Attention! 

Les bébés devraient faire l’objet d’une attention toute particulière lorsque des troubles du sommeil sont perceptibles. En effet, il est reconnu qu’il existe un lien entre l’apnée du sommeil chez les bébés et le syndrome de la mort subite. La somnolence diurne qui afflige les personnes souffrant d’apnée du sommeil ne devrait jamais être prise à la légère car elle peut être la source de graves accidents. Bien souvent, des malades qui se croient en pleine possession de leurs moyens s’endorment, malgré tout, au volant de leur voiture.
Soyez donc toujours très prudent si votre apnée n’est pas sous contrôle médical. Il n’est pas nécessaire de mettre votre vie et celle des autres en danger.

Commentaires